Coups de coeur

  • Erre, erre

    Sébastien Brebel

    Un homme se réveille dans une voiture accidentée, qu'il abandonne au milieu d'un champ. Il continue à pied sur la bande d'arrêt d'urgence, avant d'être pris en stop par un automobiliste volubile. A la nuit tombée, ils arrivent dans un village qui se révèle être celui de sa grand-mère. Dès le lendemain, il fait une série de rencontres surprenantes : une femme seule dans un lotissement dont le mari s'est volatilisé dans la nature, une pharmacienne névrosée qui a bien connu sa mère, la tenancière de l'auberge et son étrange compagnon, un paon dénommé Léon. Dahlia, l'amie du compositeur Lutz, qui vit dans une ferme à l'abandon et entraînera le narrateur dans une forêt située non loin du village, au bord d'un précipice vertigineux.
    Dans une chambre, les pensées s'incrustent dans les motifs des papiers peints à fleurs, et les rêves se confondent avec les souvenirs. Les heures filent à toute allure, et on se retrouve sans l'avoir voulu au guidon d'une mobylette sur la voie rapide.
    Est-ce la même personne, vraiment, qui entre dans un labyrinthe et en ressort ?

    Impossible à résumer !

    Il erre, erre, sans raison, sans but. Convoque des noms, des images qui nous retiennent, nous entrainent. Et dans cette errance sans épilogue(s), il nous tient sous sa coupe ; happés.

    Un superbe texte, dont la forme épouse le thème (mais quel est-il ?).

    A découvrir !

    Pierre - La vie devant soi

  • L'Odeur de chlore, c'est la réponse de l'usager au programme "Modulor" de l'architecte Le Corbusier. C'est la chronique d'un corps qui fait ses longueurs dans la piscine du Corbusier à Firminy. Le lieu est traité comme contrainte d'écriture qui, passage de bras après passage de bras, guide la remémoration. Dans ces allers-retours, propres à l'entraînement, soudain ce qui était vraiment à raconter revient : le souvenir enfoui offre brutalement son effarante profondeur.

    Quelque chose de très contemporain cherche à se formuler ici : comment dit-on « l'usager » au féminin ? Comment calcule-t-on la stature de la femme du Modulor ?

    Lorsque le corps idéal est conçu comme le lieu du standard, comment s'approprier son propre corps ? Comment faire naître sa voix ? Comment dégager son récit du grand récit de l'architecte ?

    J'ai cherché à traduire la langue du corps, une langue qui est toute eau et rythme. Délaissant la fiction, j'ai laissé le réel me submerger. À la « machine à habiter », je réponds avec du corps, de la chair, jusqu'à rendre visible l'invisible, jusqu'à donner une place à l'inaudible.

    Si tu savais comme je suis bien.

  • L'organisation secrète du Corps royal des quêteurs part à la recherche d'une ville mythique d'Amérique du sud où sept moines ont autrefois caché certaines reliques des rois de Tolède afin de les soustraire à l'invasion arabe de la péninsule ibérique. Une course contre la montre pour trouver enfin la table du roi Salomon, avant les sbires de la multinationale Voynich.

  • Tempête sur la route de la rentrée ! La famille de scarabées Bouzman doit s'arrêter à Insect'Hôtel qui est quasi complet. Toute tassée, dans une chambre minuscule, taille fourmis, entre les pieds de son grandpère et les ronflements de sa mère, Suzy n'a aucune envie de dormir. Curieuse, elle décide de partir à la découverte de l'hôtel...
    Après Le Gravillon du pavillon qui voulait voir la mer, Claire Schvartz signe un deuxième album dans lequel elle développe les thématiques qui lui sont chères : prise d'autonomie, émancipation et découverte du monde.

    Le mot de la libraire

    Fin de vacances agitées pour la famille de scarabées Bouzman ! Il faut repartir en voiture sous une nuit de tempête et s'arrêter promptement! Heureusement un abri est vite trouvé : une chambre à Insect'Hôtel. Mais Suzy, la plus jeune de la famille, souhaite trouver un espace plus tranquille pour dormir et part rôder dans les couloirs. Elle y croise des résidents tous très occupés et qui lui conseillent de vite regagner son lit car un étrange animal se promène à la nuit tombée... Claire Schvartz nous offre une jolie aventure trépidante avec des petits frissons (un couloir qui rappellera aux plus grands un grand moment de cinéma!). Je suis certaine que vous regarderez les hôtels à insectes différemment!

    Hélène - Librairie Durance

  • Printemps 1949. Pour les jeunes filles de la pension Giboulée, c'est l'heure des choix, de ceux qui engagent une vie. Grâce à son prof de l'Actors Studio, Page est propulsée finaliste pour un rôle au théâtre où sa seule rivale est Grace Kelly. Les destins amoureux de Hadley et de Chic vont enfin se rencontrer, se nouer, s'affronter. Qui l'emportera ? Uli Styner est pris dans les pièges de la chasse aux sorcières. Au pied du mur, Manhattan lui dévoilera-t-elle sa véritable identité ? Jocelyn est lui aussi à la croisée des chemins, lorsqu'une figure de son passé en France resurgit...

    Le mot de la libraire

    Malika Ferdjoukh nous invite à un saut dans la passé, la fin des années quarante à New York dans le monde du spectacle, sur la scène et dans les coulisses des théâtres et des cabarets. On suit les chassés croisés des colocataires de Giboulée, une pension de famille tenue par deux vieilles soeurs aussi attachantes que collets montés. On découvre aussi l'Amérique dans le regard d'un jeune français, Jocelyn Brouillard, venu étudier la musique de l'autre côté de l'Atlantique. Artistes de cabaret, détective au grand coeur, jeunes premières délurées, partisans de la liberté d'expression..., le casting des personnages est parfaitement réussi. Dans Broadway Limited, l'amour tient une place essentielle. Mais que vaut la vie sans un coeur qui bat! Une série entrainante, aussi rythmée et musicale qu'un enchainement de claquettes et qui se clôt non pas par un, mais plusieurs Happy end. Une lecture brioche dirait Liselot, la jeune lectrice passionnée de Broadway Limited ! En revanche, c'est biscotte que la série soit terminée !

    Hélène - Librairie Durance

  • Le choeur des femmes

    Aude Mermilliod

    • Lombard
    • 23 Avril 2021

    Jean, major de promo et interne à l'hôpital, doit faire un stage en soins gynécologiques aux côtés du docteur Karma. Mais elle veut faire de la chirurgie, et non écouter des femmes parler d'elles-mêmes et de leur corps ! Elle se désespère de passer son temps auprès de ce médecin qui privilégie l'écoute à la technique. Contraception, maternité, violences conjugales, avortements... de consultations en témoignages, Jean pourrait bien pourtant changer sa vision de la médecine.

    Une adaptation sensible et puissante du roman culte de Martin Winckler.

    Une bande dessinée pleine d'émotions sur l'acceptation identitaire et la sexualité !

    Aude Mermilliod nous propose ici une adaptation en bande dessinée du roman de Martin Winckler, "Le Choeur des femmes". Dans cet album coloré et au trait soigné, nous découvrons l'histoire de Jean, une jeune femme interne en médecine terre-à-terre qui intègre le service de gynécologie d'un médecin atypique, le docteur Karma, dont le travail repose avant tout sur l'écoute que sur la pratique. Progressivement, au contact de ces femmes meurtries et de ce curieux mentor, Jean voit ses convictions se transformer... La quête de soi, l'abandon, les blessures sexuelles, autant de thématiques touchantes et douloureuses abordées avec délicatesse par cette bande dessinée qui saura vous émouvoir.

    Adrien - Chrysalide

  • Une nuit de tempête, Ben, le gardien du phare de l'île aux Macareux, aperçoit un bateau malmené par les flots déchainés. Il saute dans sa barque pour porter secours aux passagers. Parmi eux, se trouve un petit garçon qui n'est pas près d'oublier qui lui a sauvé la vie.
    Ce garçon, c'était moi, Allen, et cette rencontre allait être le début d'une incroyable aventure.

  • Les lapins aiment vivre entre lapins. Ils ne vont pas chercher plus loin que ce qu'ils connaissent et ce qu'ils aiment bien.Alors, lorsque Lapinette s'éloigne de son terrier : panique ! Le monde extérieur peut être effrayant, surtout lorsqu'il est peuplé de créatures étranges qui ne mangent pas de carottes. Mais est-ce que tous les géants, griffus et poilus sont mauvais ? Lapinette sera-t-elle assez courageuse, et osera-t-elle dépasser ses aprioris ?

  • C'est un lit vertigineux, sur lequel on a empilé une dizaine de matelas. Il trône au centre de la chambre qui accueille les prétendantes de Lord Handerson. Le riche héritier a conçu un test pour choisir au mieux sa future épouse. Chaque candidate est invitée à passer une nuit à Blenkinsop Castle, seule, dans ce lit d'une hauteur invraisemblable. Pour l'heure, les prétendantes, toutes filles de bonne famille, ont été renvoyées chez elles au petit matin, sans aucune explication. Mais voici que Lord Handerson propose à Sadima de passer l'épreuve. Robuste et vaillante, simple femme de chambre, Sadima n'a pourtant rien d'une princesse au petit pois ! Et c'est tant mieux, car nous ne sommes pas dans un conte de fées mais dans une histoire d'amour et de sorcellerie où l'on apprend ce que les jeunes filles font en secret, la nuit, dans leur lit...

  • Bleu et Rouge, deux combattants ennemis d'une étrange guerre temporelle, s'engagent dans une correspondance interdite, à travers les époques et les champs de bataille. Ces lettres, ne pouvant être lues qu'une seule fois, deviennent peu à peu le refuge de leurs doutes et de leurs rêves. De leurs échanges naitra un amour fragile et dangereux qu'il leur faudra préserver envers et contre tous.
    Les Oiseaux du temps fait partie de ces romans inoubliables qui nous ressourcent et nous rappellent avec douceur et justesse que l'humanité, l'altérité et l'amour sont les réponses universelles à nos besoins essentiels.

    À paraître

    Les oiseaux du temps

    "Au centre d’une guerre temporelle volontairement floue se dessine une histoire d’amour entre deux adversaires. Enrobés d’une écriture gracieuse et vibrante, leurs échanges épistolaires sont autant de mots doux transmis avec ingéniosité pour ne pas éveiller les soupçons. Amal El-Mohtar et Max Gladstone ont façonné à quatre mains ce petit texte intense et de toute beauté, véritable mignardise littéraire !"

    Mathieu - L'Atalante

  • ör

    Audur Ava Olafsdóttir

    Jónas Ebeneser, quarante-neuf ans, divorcé, n'a qu'une passion : restaurer, retaper, réparer. Mais le bricoleur connaît une crise profonde. Sans plus de réconfort à attendre des trois Guðrún de sa vie - son ex-femme, sa fille, et sa propre mère -, il décide de se mettre en route à destination d'un pays abîmé par la guerre, avec sa perceuse en bandoulière et sa caisse à outils pour tout bagage...

    La librairie vous conseille

    Jonas se sent et n'a plus goût à rien. Il décide de tout quitter pour un pays sortant de guerre. Là, au milieu de personnes plus démunies que lui, il trouvera peut-être un sens à sa vie.

    Anne - Le mot de la faim

  • ör

    Audur Ava Olafsdóttir

    Se décrivant lui-même comme un « homme de quarante-neuf ans, divorcé, hétérosexuel, sans envergure, qui n'a pas tenu dans ses bras de corps féminin nu - en tout cas pas délibérément - depuis huit ans et cinq mois », Jónas Ebeneser n'a qu'une passion : restaurer, retaper, réparer. Mais le bricoleur est en crise et la crise est profonde. Et guère de réconfort à attendre des trois Guðrún de sa vie - son ex-femme, un joli accident de jeunesse, sa fille, spécialiste volage de l'écosystème des océans, et sa propre mère, ancienne prof de maths à l'esprit égaré, collectionneuse des données chiffrées de toutes les guerres du monde... Doit-il se faire tatouer une aile de rapace sur l'omoplate ou carrément emprunter le fusil de chasse de son voisin pour en finir à la date de son choix ?
    Autant se mettre en route pour un voyage sans retour à destination d'un pays abîmé par la guerre, avec sa caisse à outils pour tout bagage et sa perceuse en bandoulière.
    Ör (« Cicatrices ») est le roman poétique et profond, drôle, délicat, d'un homme qui s'en va - en quête de réparation.

    La librairie vous conseille

    Jonas se sent et n'a plus goût à rien. Il décide de tout quitter pour un pays sortant de guerre. Là, au milieu de personnes plus démunies que lui, il trouvera peut-être un sens à sa vie.

    Anne - Le mot de la faim

  • « Il a un regard bovin, c'est déprimant ! », « Il a vraiment joué comme une chèvre au dernier match ! », « Quel mouton, ce type... », « Mais elle a le QI d'une poule ! », « Tu manges vraiment comme un cochon ! »...
    Ces expressions sont assez révélatrices de l'image que l'on a généralement des animaux de la ferme : placides et dotés d'une intelligence très limitée.
    Pourtant cette vision est incroyablement éloignée de ce que nous dévoilent les récentes découvertes scientifiques !
    Les poules sont des mathématiciennes et des enseignantes hors pair, les chèvres des aventurières aux ressources quasi illimitées, les moutons des herboristes de talent, les cochons d'excellents cartographes et les vaches des championnes des réseaux sociaux !
    Vous ne me croyez pas ? Alors plongez dans cet ouvrage - résumé de plusieurs centaines de travaux scientifiques des années 1980 à nos jours - qui changera à jamais la vision que vous aviez des animaux de la ferme !

  • Comment vivre avec ses différences quand personne ne sait les expliquer ? Lusun n'est pas comme les autres. Elle déteste qu'on la touche, regarder les gens dans les yeux lui fait peur, le bruit la rend anxieuse et sa franchise maladroite pousse le monde à la considérer d'un oeil curieux... A l'école, tout le monde la rejette et à la maison, elle communique difficilement... Petit à petit, des idées noires s'immiscent dans son esprit : elle ne correspond pas à la norme et c'est un mal dont elle est la seule responsable.
    Aucun mot n'est posé sur ses différences, aucune explication ne lui est donnée sur ses états d'âmes... Pour apprendre à comprendre qui elle est vraiment, devenir autonome et s'accepter, Lusun traverse les vingt premières années de son existence entre doutes, colères et tristesse. Parfois pourtant, elle accède à quelques moments de répits, des petits instants de joie offerts par sa famille, son meilleur ami Jérôme Bouton et son obsession pour le rubik's cube.
    Elle reste toutefois instable jusqu'au jour où un diagnostic est posé sur sa situation : Lusun est Asperger. Enfin elle sait ! Enfin elle comprend ! Enfin ! Elle s'explique ses comportements décalés. Enfin ! Lusun peut être correctement accompagnée. Une nouvelle vie peut commencer. Témoignage autant qu'outil de compréhension Couleur d'asperge met en scène l'anxiété sociale provoquée par le syndrome d'Asperger.
    Cela dit, au fil de la lecture, il devient clair que le mal-être des personnes touchées par cette forme d'autisme n'est pas tant lié à ses symptômes qu'à un manque d'accompagnement et de compréhension. Drakja au scénario et Gery au dessin livrent dans les pages de leur première bande dessinée, un récit de fiction juste et réaliste inspiré de leurs vécus et parsemé d'histoires personnelles. Un roman graphique touchant, optimiste et chaleureux.

  • « La première fois que Mélanie Claux et Clara Roussel se rencontrèrent, Mélanie s'étonna de l'autorité qui émanait d'une femme aussi petite et Clara remarqua les ongles de Mélanie, leur vernis rose à paillettes qui luisait dans l'obscurité. « On dirait une enfant », pensa la première, «elle ressemble à une poupée», songea la seconde.
    Même dans les drames les plus terribles, les apparences ont leur mot à dire. » À travers l'histoire de deux femmes aux destins contraires, Les enfants sont rois explore les dérives d'une époque où l'on ne vit que pour être vu. Des années Loft aux années 2030, marquées par le sacre des réseaux sociaux, Delphine de Vigan offre une plongée glaçante dans un monde où tout s'expose et se vend, jusqu'au bonheur familial.

  • Il pleuvait à torrents et personne, vraiment personne, n'était prêt à ouvrir sa porte, et surtout pas à ces individus. Oui, il y avait des Blancs parmi eux-les humanitaires qui les accompagnaient-mais ils étaient tout aussi étranges que les autres malheureux, mal fagotés et mal en point. Que venaient-ils faire, ces envahisseurs, dans notre petit village où il n'y avait plus de maire, plus d'école, où les trains ne passaient plus et où même nos enfants ne voulaient plus venir? Nous nous demandions comment les affronter, où les abriter puisqu'il le fallait. Eux aussi, les migrants, avaient l'air déboussolés. C'était pour ce coin perdu de Sardaigne, ce petit village délaissé, qu'ils avaient traversé, au péril de leur vie, la Méditerranée? C'était ça, l'Europe?

  • À travers ses quinze Lettres à Samira, écrites entre 2017 et fin 2019, Yassin Al-Haj Saleh survit à l'absence. Dédiée à sa compagne Samira Al-Khalil enlevée en décembre 2013, cette correspondance dresse à la fois l'état des lieux d'un pays en proie à la dictature - et plus largement la situation géopolitique contemporaine - et le portrait de la femme aimée, de leur lutte commune pour la liberté et le respect des droits humains.Ce recueil de lettres permet de découvrir un couple hors du commun, et à travers cette histoire d'amour en temps de guerre, la réalité de la révolution syrienne, ses enjeux, ses questions. D'un abord plus simple que les analyses politiques précédemment publiées, ce livre ouvre des pistes pour comprendre l'épineuse « question syrienne ». Le livre sortira en mars 2021, dix ans après le début de la révolution.

  • Janey a 15 ans lorsqu'elle quitte New York pour rejoindre son père biologique dans l'Iowa. Alors que sa mère lui avait caché l'identité de son géniteur jusque-là, elle se débrouille pour traverser les Etats-Unis, laissant derrière elle sa vie d'avant. Les années passent et Janey doit trouver un travail. Son père l'incite à contacter Cleveland, une vieille connaissance de sa mère qui travaille pour la Fédération des producteurs d'oeufs de l'Iowa. La vie professionnelle de cette dernière bascule le jour où elle s'est retrouvé nez à nez avec une poule venant de s'échapper d'une ferme tout juste inspectée. Cleveland, qui a choisi de la sauver et de repartir en voiture avec elle, prend peu à peu conscience des conditions dans lesquelles vivent les poules pondeuses et décide de passer à l'action.
    Janey travaille depuis quelques temps aux côtés de Cleveland lorsqu'elle découvre ces opérations clandestines : vidéos illégales, photographies, et surtout vol d'animaux. Mais quand Janey la prend sur le fait, sa supérieure la convainc de se rallier à la cause et de monter avec elle sur une opération qui marquerait le monde à jamais. L'idée est simple : braquer discrètement La Ferme Heureuse de la Famille Green où s'accumulent près d'un million de poules et subtiliser, en une nuit, toutes ces volailles sans éveiller l'attention des propriétaires. Du jamais vu. Pour réaliser ce « casse », Cleveland et Janey vont faire appel à une centaine d'activistes, emprunter plus de 60 camions et réunir beaucoup de courage pour tenter de libérer ces poules-pondeuses.
    Les pondeuses de l'Iowa est une tragi-comédie loufoque et terriblement efficace. A la croisée de Chicken Run pour ses envolées burlesques et de La casa de papel pour la préparation de cette opération hors du commun, le roman de Deb Olin Unferth est un livre polyphonique et absolument addictif. L'auteure fait preuve d'une maîtrise narrative et stylistique impressionnante pour parler de la campagne américaine du Midwest, de la défense de la cause animale, mais aussi du destin de deux femmes à la recherche d'amour et de sens.

  • «Quand la connexion s'établit, tout est relié et converge vers un moment d'émotion partagée, vers une affinité créatrice qui arrime chaque personne à un présent vécu comme une expérience collective. » Printemps 2020 : alors que la crise du Covid-19 impose au monde de se calfeutrer et prive de scène des milliers d'artistes, Kae Tempest nous livre une réflexion toute personnelle sur la créativité et ce qui la nourrit. À l'heure où les réseaux sociaux nous poussent à la représentation perpétuelle, où l'apathie nous gagne au point de nous faire oublier qui nous sommes, Tempest crie l'urgence de nous reconnecter. À nous-mêmes, aux autres, à la réalité, pour que jaillisse l'étincelle vitale de la création. On retrouve dans ce texte tout ce qui fait sa force : une voix qui porte, cogne parfois, et une grâce hors du temps.

  • Transitions

    Elodie Durand

    Vous savez, les genres féminin et masculin sont les deux extrêmes d'un état. Chacun est libre de mettre le curseur où il veut, où il peut.
    Les mots de la psychologue du planning familial bousculent Anne. Elle n'a rien vu venir. Sa fille est un garçon... Anne bataille, se déconstruit, apprend, s'ajuste à son enfant, pour se fabriquer un autre regard, un nouveau paradigme.

  • Dessiner encore

    Coco

    • Arenes
    • 11 Mars 2021

    « Seule dans le cabinet du psycho-thérapeute, j'essaie de mettre des mots sur l'indicible. L'attentat terroriste du 7 janvier 2015 tourne en boucle dans ma tête. La prise d'otage.
    Les tirs. Le silence. Les images. Comment expliquer l'effroi ?
    Pourquoi est-ce que je me sens si coupable ?
    Qui pourra comprendre l'extrême solitude qui m'a traversée ce jour-là ? J'explore un brouillard épais de sensations, d'émotions, de doutes.
    Les souvenirs, parfois, sont rendus flous par le choc traumatique. Je rencontre des morceaux de mémoire abîmés, incomplets. Tout est épars. Je tente de reconstituer l'après. Retrouver les vivants. Trouver la force de continuer malgré le traumatisme. Faire le journal dans le chaos et le deuil. Et dessiner...
    Je ne suis pas morte. Je ne suis pas blessée. Et pourtant quelque chose s'est fracturé. Je vis avec. Avec ce « 7 », lourd à porter, aussi écrasant que mon sentiment d'impuissance face aux deux djihadistes surarmés.
    Je dessine pour ne plus penser au « 7 ». Tout fout le camp en moi mais le dessin résiste. Alors je dessine et je dessine encore. »

  • Savez-vous que le mot « féminisme » est issu du vocabulaire médical ? Que l'on doit l'un des discours les plus importants de l'histoire des femmes à une esclave afro-américaine qui ne savait pas lire ? Que les femmes n'ont jamais brûlé leur soutien-gorge dans les années 1970 ? Que Wonder Woman a été créée par un homme polyamoureux adepte de bondage, qui souhaitait faire de la propagande féministe ?

    Concepts, théorie, mèmes, figures marquantes, petites et grandes histoires, références indispensables... De A comme Adelphité à W comme Womanism, Herstory vous propose une plongée passionnante dans l'histoire des féminismes.

  • Au pays de Canidies, règne la princesse Polly toujours accompagnée de son fidèle corgi, Waïkiki ! Hommes et canidés vivent en parfaite harmonie jusqu'au jour où ces derniers disparaissent mystérieusement.

    Polly, téméraire, part alors à leur recherche à travers les Bois-Maudits-du-Bout-de-la-Nuit. Elle y rencontre une monstresse terrifiante, Salmonella, friande de viande de chien, qui retient prisonniers les malheureux animaux. La sorcière est prête à les épargner mais seulement en échange d'un briquet magique, gardé par trois chiens géants...

    Adapté très (très) librement du conte d'Andersen, Le briquet, Polly et les trois chiens est une déclaration d'amour d'Adèle Verlinden aux canidés, qu'elle adore dessiner, et particulièrement aux corgis, chiens préférés des têtes couronnées !

  • "J'ai écrit ce livre en hommage à ma grand-mère maternelle, Idiss. Il ne prétend être ni une biographie, ni une étude de la condition des immigrés juifs de l'Empire russe venus à Paris avant 1914. Il est simplement le récit d'une destinée singulière à laquelle j'ai souvent rêvé. Puisse-t-il être aussi, au-delà du temps écoulé, un témoignage d'amour de son petit-fils".

    Robert Badinter. Richard Malka et Fred Bernard s'emparent de ce récit poignant et intime pour en livrer une interprétation lumineuse tout en pudeur et à l'émotion intacte.

empty