Coups de coeur

  • 1979. La révolution islamique gronde à Téhéran. Une des plus vieilles monarchies au monde tombe pour le régime répressif de Khomeiny.
    Contraints de fuir la capitale, Hushang, Roza et leurs trois enfants tentent de reconstruire leur vie dans le petit village reculé de Razan, au coeur de la région montagneuse du Mazandéran. Malgré la terreur, malgré les âmes des martyrs de la révolution qui rôdent en attendant l'heure de la vengeance, malgré la tempête de neige noire, la forêt où poussent les pruniers sauvages offre un refuge aux espoirs et aux rêves de liberté.
    Mais personne n'échappe longtemps à la violence, et le chaos s'étend rapidement à l'ensemble du pays, n'épargnant ni les jeunes, ni les vieux, ni les vivants, ni les morts.
    Djinns, démons, sirènes et fantômes côtoient dictateurs et bourreaux dans ce texte empreint de réalisme magique à la manière d'un poème perse. Un voyage merveilleux et terrifiant dans l'histoire et le folklore iraniens.
    « AVEC UN CHARME DE CONTE DE FÉES, CE RÉCIT CÉLÈBRE LES CONNEXIONS HUMAINES, MÊME DANS LA MORT. » Book list

    En écho aux guerres d'hier, d'aujourd'hui et de demain

    Un roman "à la façon" d'un conte des 1001 nuits où le merveilleux et l'horreur s'entrelacent où, malgré les avertissements des légendes fondatrices, le dogmatisme, le sectarisme et la soif de pouvoir composent la partition inlassablement répétée de l'histoire humaine.

    Florence - Thuard

  • Quelque part en Laponie orientale, comme chaque anne´e en juin, Elina a trois jours et trois nuits pour pe^cher le seul et unique brochet de l'E´tang du Pieu. Or, un cruel ge´nie des eaux re`gne sur les lieux et complique tout. Elina n'a pas d'autre choix que de pactiser avec les forces surnaturelles des marais et d'affronter Jousia, son premier amour. Pendant ce temps, l'inspectrice Janatuinen enque^te sur un myste´rieux meurtre qui la me`ne a` poursuivre l'he´roi¨ne. Avec l'aide d'excentriques locaux, les deux femmes devront associer leur fougue et leur fureur pour re´tablir l'e´quilibre entre les mondes. Roman virtuose et drolatique, La pe^che au petit brochet renouvelle la de´licieuse folie qui a fait le succe`s de la litte´rature finlandaise.

    Le mot du libraire

    Une magnifique histoire d'amour et de promesse. Une malédiction. Une héroïne tendre et bornée. Une enquêtrice (quasi)imperturbable. Des créatures folkloriques omniprésentes (mention spéciale au teignon placide qui accompagne nos personnages, un genre de basajaun/sasquatch nigaud). Un brochet voyageant entre les mondes et portant en lui tout le mystère. Des trognes invraisemblables et tant d'autres choses... On savait les finlandais bardes, poètes et chanteurs depuis la lecture du Kalevala de Lönnrot et bien souvent drôle depuis Paasilina (pour le coup il passe pour un pasteur rigoriste après cette lecture), et voilà donc ce roman comme une épiphanie extraordinaire qui, en plus de nous faire rire, nous touche au coeur et à l'âme comme seuls les grands textes savent le faire. 

    Fred - Librairie Durance

  • bel abîme

    Yamen Manaï

    Un jeune homme s'adresse tour à tour à son avocat et à un psychiatre venus lui rendre visite en prison. Avec une ironie mordante, le narrateur prend à parti ses interlocuteurs. Les charges qui pèsent sur lui sont sérieuses, mais il affirme ne rien regretter. Se dévoilent les raisons qui l'ont poussé au crime : un père qui l'a toujours humilié ; une société gouvernée par les apparences ; la domination des plus forts sans partage ;
    La pauvreté, la saleté, le mépris des animaux et de l'environnement. Les seuls élans d'affection que le jeune homme a connus ont été ceux de Bella, le chiot qu'il a recueilli. Mais dans ce pays, on tue les chiens « pour que la rage ne se propage pas dans le peuple ». Pourtant la rage est déjà là. Alors quand Bella a été tuée, il a fallu la venger.

    Le mot de la libraire

    Yamen Manai, signe avec Bel Abime, un texte brut, chargé de la colère de notre narrateur. Dans un long monologue, le jeune homme nous décrit son portrait de la Tunisie contemporaine, comme critique de la société, de ses dirigeants, de la religion mais aussi et surtout, de la famille, de sa famille. L'adolescent confronte les adultes, les interpellent face à leurs contradictions. Seule trace de lumière, un jeune chiot Bella, qu'il va recueillir et choyer, malgré les interdits. Un texte aussi fulgurant, qui résonne tout particulièrement, à la lumière de l'actualité tunisienne.

    Clémentine - Librairie Durance

  • Ils commencent par là. Par la suspension. Ils mettent, pour la toute première fois, les deux pieds dans l'océan. Ils s'y glissent. A des milliers de kilomètres de toute plage. A bord d'un cargo de marchandises qui traverse l'Atlantique, l'équipage décide un jour, d'un commun accord, de s'offrir une baignade en pleine mer, brèche clandestine dans le cours des choses. De cette baignade, à laquelle seule la commandante ne participe pas, naît un vertige qui contamine la suite du voyage.
    Le bateau n'est-il pas en train de prendre son indépendance ? Ultramarins sacre l'irruption du mystère dans la routine et l'ivresse de la dérive.

    Parenthèse et mutinerie

    On croyait cette commandante de navire rigide et implacable! Eh bien non! Elle accepte que ses marins prennent un grand bain dans l’océan pour quelques précieuses dizaines de minutes. Moteurs à l’arrêt, communications coupées et mer d’huile. Étrange ce moment de baignade pour ces matelots. On est entre bien-être et inquiétude. On est dans une parenthèse volée au temps, volée au monde. Et cet interstice dans la vie de l’équipage se poursuit avec un navire qui a du mal à être entendu par les mécaniciens. Surprenant ce court texte de Mariette Navarro qui nous embarque entre mystères et volupté. Attention à ne pas être piégé par les sirènes de ce navire. Benoît

    Benoît - La Géothèque

  • Un manoir isolé. Un aristocrate dangereusement séduisant. Et une jeune mondaine poussée à dévoiler leurs atroces secrets. Après avoir reçu un mystérieux appel à l'aide de sa cousine récemment mariée, Noemí Taboada se rend à High Place, un manoir isolé dans la campagne mexicaine. Elle ignore ce qu'elle va y trouver, ne connaissant ni la région ni le compagnon de sa cousine, un séduisant Anglais. Avec ses robes chic et son rouge à lèvre, Noemí semble plus à sa place aux soirées mondaines de Mexico que dans une enquête de détective amateur.
    Elle n'a pourtant peur ni de l'époux de sa cousine, un homme à la fois troublant et hostile, ni du patriarche de la famille, fasciné par son invitée... ni du manoir lui-même, qui projette dans les rêves de Noemí des visions de meurtre et de sang. Car High Place cache bien des secrets entre ses murs. Autrefois, la fortune colossale de la famille la préservait des regards indiscrets. Aujourd'hui, Noemí découvre peu à peu d'effrayantes histoires de violence et de folie.

    Vous allez frissoner ...

    Bienvenue à High Place, cossu manoir perché sur les hauteurs du pittoresque village de El Triunfo. Profitez de son ambiance feutrée aux lumières tamisées, du calme de son cimetière et de ses brumes rafraichissantes... Noemi Taboada pense y passer quelques jours agréables quand elle y rejoint sa cousine Catalina, jeune épouse d'un des résidents de ce lieu à nul autre pareil !

    Florence, Victorine et Mathieu - Thuard

  • voilà l'automne

    Pauline Kalioujny

    Voilà l'automne ! Il est temps de se couvrir un peu, chausser ses bottes pour sauter dans les flaques, ramasser de beaux marrons luisants, savourer de bonnes soupes fumantes aux couleurs de l'automne et, bien au chaud, blotti dans sa tanière, regarder les jolies feuilles dorées tomber.
    Dans ce joli livre tout-carton, les animaux, petits et grands, se préparent, comme l'enfant, à entrer dans l'automne. Des pages à caresser, des flaps à soulever, des formes à suivre du bout du doigts pour le plus grand plaisir des tout-petits.

    Pause douceur

    Après Voilà le printemps, le nouvel album de Pauline Kalioujny offre une pause douceur aux tout.e.s petit.e.s et à leur parents. Tous les petits plaisirs de l'automne sont représentés dans la chaleur des tons de cette saison : laine du pull que l'on sort du placard, le ramassage des marrons et des châtaignes, la soupe chaude de potiron... Mmmmh ! A partir d'un an.

    Julie - L'Embellie

  • Une belle bande de rockeuses

    ça rock, ça bouge, ça déménage chez les filles ! Chaque objet se transforme en instrument : le biberon devient micro, le mouchoir se transforme en trompette et le livre en accordéon. En voilà une belle bande de rockeuses ! A partir d'un an.

    Julie - L'Embellie

  • Et si les mots restaient toujours coincés ? Et s'ils ne sortaient jamais comme vous le vouliez ? Quand un garçon qui bégaie se sent isolé, seul et incapable de communiquer comme il le voudrait, une promenade au bord de la rivière avec son papa l'aide à retrouver sa voix.

    Un album puissant et bouleversant, par l'illustrateur de D'ici, je vois la mer.

    De nature, d'amour et de douceur

    Une petite pépite à découvrir au rayon jeunesse ! Quel album magnifique ! Avec une sensibilité extrême, Jordan Scott et Sydney Smith créent un tourbillon de sensations. C’est l’orage de l’enfant qui n’arrive pas à communiquer, dont le rapport au monde devient solitaire car il n’arrive pas à le partager, mais aussi la douceur et l’amour du père qui donne à l’enfant l’image qui lui permettra la construction d’une identité. Et la nature, magnifiquement représentée, qui l’enveloppe, lui donne la possibilité d’être. Un album remarquable !

    Julie - L'Embellie

  • J'avais une amie, une meilleure amie. Un jour, je l'ai appelée. Mais elle n'était pas là. Je l'ai cherchée et je l'ai trouvée... avec un autre ami.

    Une belle sensibilité

    C’est un hymne aux petits moments joyeux de la vie. Mais il aborde aussi le perte d’un.e ami.e, un sujet peu abordé en littérature jeunesse. Il nous montre une amitié qui se délite comme cela arrive souvent dans l’enfance. Avec douceur, mais sans cacher la tristesse de la situation, sans minimiser la peine de l’enfant, Charlotte Zolotov et Benjamin Chaud nous offrent un bel album sur l’amitié et les relations humaines. Il permettra certainement aux parents d’aborder le sujet avec l’enfant qui vit cette perte, souvent vécue comme douloureuse. Je pense qu’il serait un excellent support pour montrer l’éclaircie et accepter la perte. Avec une très belle sensibilité, l’autrice et l’illustrateur de ce merveilleux album nous racontent l’enfance, ses joies et ses tracas. Un  beau coup de cœur

    Julie - L'Embellie

  • Ce n'est pas vraiment une ville, plutôt une sorte de village de pêcheurs aux maisons d'un étage, en bois peint de couleurs vives, nichées au creux d'un bras de mer qui s'enfonce comme une langue, à l'extrême nord de la Norvège. C'est là que tout commence, ou plutôt que tout semble finir. Ça a débuté avec l'accident sur la plateforme pétrolière, de l'autre côté du chenal. Ça continue avec cette fissure qui menace le glacier, ces poissons qu'on retrouve morts. Quel est le lien entre tous ces événements ? C'est en tant qu'ingénieur que Noah, enfant du pays, va revenir et recroiser la route de trois de ses anciens amis, comme au temps où il était le maître de leurs jeux de rôles, Sigurd, du nom de cette maudite plateforme.

    Magistral

    Noah revient dans son village au nord de la Norvège pour contrôler une plateforme pétrolière après un accident. Ses amis d’enfance y vivent toujours, Anå son ancien amour, Anders devenu glaciologue, Knut qui vit en autarcie… Chacun va voir sa vie ébranlée dans les semaines qui suivent l’accident. Un roman d’aventure captivant qui mêle légende nordique, jeux de rôle et catastrophe climatique. Quand la réalité rattrape la fiction, que l’avenir de notre planète se joue en un lancé de dés… Magistral.

    Eloïse - L'Embellie

  • C'est une sorte de village de pêcheurs aux maisons d'un étage, niché au creux d'un bras de mer qui s'enfonce comme une langue, à l'extrême nord de la Norvège. C'est là que tout a commencé: l'accident sur la plateforme pétrolière, de l'autre côté du chenal, la fissure qui menace dangereusement le glacier et ces poissons qu'on a retrouvés morts. Et si tout était lié ?
    C'est en tant qu'ingénieur géologue que Noah, enfant du pays, va revenir en mission et retrouver Anå, son amour de jeunesse, ainsi que les anciens amis qu'il avait initiés aux jeux de rôle. Il était alors Sigurd, du nom justement de cette maudite plateforme.
    Avec Climax, Thomas B. Reverdy réveille le roman d'aventures en lui offrant une dimension crépusculaire et contemporaine puisque désormais les glaciers fondent, les ours meurent et l'homme a irrémédiablement tout abîmé. Au moins, il reste la fiction pour raconter cette dernière aventure, celle de la fin d'un monde.

    Magistral

    Noah revient dans son village au nord de la Norvège pour contrôler une plateforme pétrolière après un accident. Ses amis d’enfance y vivent toujours, Anå son ancien amour, Anders devenu glaciologue, Knut qui vit en autarcie… Chacun va voir sa vie ébranlée dans les semaines qui suivent l’accident. Un roman d’aventure captivant qui mêle légende nordique, jeux de rôle et catastrophe climatique. Quand la réalité rattrape la fiction, que l’avenir de notre planète se joue en un lancé de dés… Magistral.

    Eloïse - L'Embellie

  • Librement inspiré de la vie du peintre Francis Bacon, Tableau final de l'amour fait le récit d'une quête artistique sans compromis, viscérale, voire dangereuse. Dans une Europe traversée par deux guerres s'impose la vision d'un artiste radical dont l'oeuvre entière, obsédée par le corps, résonne comme un cri. S'adressant à l'amant qui lui a servi de modèle - ce « petit voleur inexpérimenté » qui, en pleine nuit, s'est introduit dans son atelier -, le narrateur retrace les errances de leur relation tumultueuse. Avec ce roman, rappelant l'érotisme de Bataille ou de Leiris, Larry Tremblay poursuit son oeuvre de mise à nu de l'être humain.
    Il ne fallait pas peindre la surface des choses, mais ce qu'elle cachait. Ne pas peindre l'espace, mais le temps. Ne pas peindre ton corps, mais sa mort.

    Grandiose !

    Dans ce roman, Larry Tremblay nous invite à visiter l’antichambre de la création de Bacon et de son histoire d’amour brûlante avec un homme qui fut sa muse et sa souffrance.  Quel texte ! Il y a la fureur, la vitalité, le chaos. Il agit sur nous comme le flux et le reflux de la marée, comme une vague qui emporte tout. Il y a une tension permanente entre Bacon et le monde, entre lui et l’autre, entre le peintre et le corps. Il y a quelque chose qui a trait à la possession : possession des corps, de l’identité comme la confiscation d’un être par le peintre qui le représente. Mais c’est aussi une possession du lecteur, comme pris en otage qui ne sait plus, ne peut plus penser. Il ne peut que ressentir. Il n’y a plus de rationalité possible, que de la sensibilité, pas à fleur de peau, mais la chair à vif. On y retrouve des accents du Théâtre de le Cruauté d’ Antonin Artaud, de la souffrance transfigurée par l’art, que ce soit la peinture de Bacon ou celle de l’écriture de Larry Tremblay elle-même. C’est un texte qui s’infuse dans les veines et qui vient hurler à nos oreilles le chamboulement de la représentation. Un immense coup de cœur !

    Julie - L'Embellie

  • Un jour de désoeuvrement, Pablo Martín Sánchez tape son nom dans un moteur de recherche. Par le plus grand des hasards, il se découvre un homonyme au passé héroïque : un anarchiste, condamné à mort en 1924. Férocement intrigué, il se pique au jeu de l'investigation et cherche à savoir qui était... Pablo Martín Sánchez le révolutionnaire.

    Happé, l'auteur se fond dans cette destinée tourbillonnante et picaresque, alternant le récit d'une épopée révolutionnaire dans le Paris des années 1920 où les faubourgs de Belleville abritent d'ardents imprimeurs typographes, et celui d'une jeunesse aventureuse en Espagne jusqu'à les faire converger en un dénouement... tragique.

    Épique, virevoltant, espiègle et foisonnant, L'anarchiste qui s'appelait comme moi dresse le portrait à la fois réaliste et rêvé des utopies montantes du tournant du XXe siècle, dans l'esprit des grands romans populaires où l'amitié, la trahison, l'amour et la peur sont les rouages invisibles qui font tourner le monde.

    Un roman d'aventure virtuose

    Découvrez le destin exceptionnel d’un personnage picaresque qui vous fera rire, qui vous fera trembler, qui raconte grâce à son existence tout un pan de l’histoire espagnole. Pablo Martin Sanchez est un anarchiste qui participa aux nombreuses révoltes qui secouèrent L’Espagne et ébranlèrent la dictature de Primo de Rivera. Ce roman nous raconte son histoire, de son enfance à sa lutte pour la liberté. Les pages de ce roman contiennent tout l’espoir des utopies du début du XXe siècle. Mais avant d’être un roman politique, c’est avant tout un roman d’aventures, plein de péripéties : l’amour contrarié, l’amitié profonde,  les risques de la lutte, les choix d’un homme ordinaire au destin romanesque. L’auteur (qui porte le même nom que son héros) pose sur son personnage un regard facétieux, nous rendant cet anarchiste particulièrement attachant. Un roman passionnant, qui emporte dès la première page.

    Julie - L'Embellie

  • Un jour de désoeuvrement, Pablo Martín Sánchez tape son nom dans un moteur de recherche. Par le plus grand des hasards, il se découvre un homonyme au passé héroïque : un anarchiste, condamné à mort en 1924. Férocement intrigué, il se pique au jeu de l'investigation et cherche à savoir qui était... Pablo Martín Sánchez le révolutionnaire. Happé, l'auteur se fond dans cette destinée tourbillonnante et picaresque, alternant le récit d'une épopée révolutionnaire dans le Paris des années 1920 où les faubourgs de Belleville abritent d'ardents imprimeurs typographes, et celui d'une jeunesse aventureuse en Espagne jusqu'à les faire converger en un dénouement... tragique. Épique, virevoltant, espiègle et foisonnant, L'anarchiste qui s'appelait comme moi dresse le portrait à la fois réaliste et rêvé des utopies montantes du tournant du XXe siècle, dans l'esprit des grands romans populaires où l'amitié, la trahison, l'amour et la peur sont les rouages invisibles qui font tourner le monde.

    Un roman d'aventure virtuose

    Découvrez le destin exceptionnel d’un personnage picaresque qui vous fera rire, qui vous fera trembler, qui raconte grâce à son existence tout un pan de l’histoire espagnole. Pablo Martin Sanchez est un anarchiste qui participa aux nombreuses révoltes qui secouèrent L’Espagne et ébranlèrent la dictature de Primo de Rivera. Ce roman nous raconte son histoire, de son enfance à sa lutte pour la liberté. Les pages de ce roman contiennent tout l’espoir des utopies du début du XXe siècle. Mais avant d’être un roman politique, c’est avant tout un roman d’aventures, plein de péripéties : l’amour contrarié, l’amitié profonde,  les risques de la lutte, les choix d’un homme ordinaire au destin romanesque. L’auteur (qui porte le même nom que son héros) pose sur son personnage un regard facétieux, nous rendant cet anarchiste particulièrement attachant. Un roman passionnant, qui emporte dès la première page.

    Julie - L'Embellie

  • En 1995 à Hawaii, au cours d'une balade familiale en bateau, le petit Nainoa Flores tombe par-dessus bord en plein océan Pacifique. Lorsqu'un banc de requins commence à encercler l'enfant, tous craignent le pire. Contre toute attente, Nainoa est délicatement ramené à sa mère par un requin qui le transporte entre ses mâchoires, scellant cette histoire extraordinaire du sceau de la légende.
    Sur près de quinze ans, nous suivons l'histoire de cette famille qui peine à rebondir après l'effrondrement de la culture de la canne à sucre à Hawaii. Pour Malia et Augie, le sauvetage de leur fils est un signe de la faveur des anciens dieux - une croyance renforcée par les nouvelles capacités déroutantes de guérisseur de Nainoa. Mais au fil du temps, cette supposée faveur divine commence à briser les liens qui unissaient la famille. Chacun devra alors tenter de trouver un équilibre entre une farouche volonté d'indépendance et l'importance de réparer la famille, les coeurs, les corps, et pourquoi pas l'archipel lui-même.
    Avec cet éblouissant premier roman, Kawai Strong Washburn lève le voile sur l'envers du décor hawaiien, à rebours des clichés et du tourisme de luxe. Il offre de ces îles une vision plurielle et bouleversante, servie par un choeur de voix puissant, et livre une histoire familiale unique et inoubliable.

    Vies d'Hawaï

    Au cours d'une sortie en mer, le petit Nainoa tombe à l'eau au milieu des requins. Mais il s'en sort indemne. Pour ses parents, cet enfant est protégé des anciens dieux. Mais sur Hawaï, les légendes ne suffisent pas à nourrir les cinq membres de la famille. Il faut trimer à s'en briser le dos. A travers ce roman à l'écriture mordante, Kawai Strong Washburn raconte les liens familiaux, les compétitions fraternelles, l'attachement aux racines culturelles, les problèmes sociaux qui habitent Hawaï, et en particulier cette famille dont chaque membre parle tour à tour, sur une quinzaine d'années. particulier.  Faustine

    La Géothèque

  • Syrie.
    Un vieil homme rame à bord d'une barque, seul au milieu d'une immense étendue d'eau. En dessous de lui, sa maison d'enfance, engloutie par le lac el-Assad, né de la construction du barrage de Tabqa, en 1973.
    Fermant les yeux sur la guerre qui gronde, muni d'un masque et d'un tuba, il plonge - et c'est sa vie entière qu'il revoit, ses enfants au temps où ils n'étaient pas encore partis se battre, Sarah, sa femme folle amoureuse de poésie, la prison, son premier amour, sa soif de liberté.

    Le mot du libraire

    "Elmachi! Vieux fou, tu finiras par te noyer !" Mahmoud Elmachi, poète, vieillard, syrien et seul, plonge... Tous les jours, il plonge dans le lac El-Assad, bubon sur l'Euphrate, fruit de la folie des grandeurs d'Hafez "le lion". Il plonge et se replonge dans ce qui fut, "Tout suffocant, Et blême, quand, Sonne l'heure, Je me souviens, des jours anciens Et je pleure*". Ce qui fut, c'est son village englouti, sa vie et ses amours, ses souvenirs, ceux qu'il lui reste, sa colère et sa poésie. Ce qui est, c'est la barbarie, partout, ce sont les disparitions et les vexations, c'est notre douleur à ne savoir que faire, une fois de plus. Et c'est la poésie de ce texte que nous propose Antoine Wauters. Un texte majeur, à la beauté foudroyante... Vous finirez par le lire à voix haute et à chercher, en même temps, le silence des eaux.  *Verlaine, Chanson d'automne

    Fred - Librairie Durance

  • Dans le paysage d'eau et de brume de la Bassa, la basse plaine du Pô, le commissaire Soneri est à l'aise. Avec les anciens du coin, il est le seul à bien connaître cette partie du fleuve, à savoir se déplacer entre les rives, les plaines inondables, les fermes éparpillées dans une terre qui semble désormais habitée par des fantômes. Alors quand deux cadavres surgissent soudainement, c'est lui qui est chargé de l'affaire. La première victime est un jeune Hongrois, trouvé dans la boue de la rivière tué d'une balle dans la tête ; le second, un ancien commandant partisan, mort peut-être de vieillesse et de solitude dans sa maison isolée au milieu des peupliers. Deux histoires différentes, mais liées par un fil. Il faudra un certain temps à Soneri pour le retrouver, au cours d'une enquête qui le conduit dans les eaux troubles du nouveau terrorisme rouge, mais aussi dans le passé, au moment de l'occupation allemande...
    Il croisera au cours de ses pérégrinations, et pour notre plus grand plaisir, quelques personnages inoubliables des bords du fleuve, dont Carega, un professeur à la retraite à la sagesse de philosophe.

    Plaine du Pô

    Ce 6ème opus autour du commissaire Soleri et le premier que je lis, a de quoi séduire et pour plusieurs raisons. Déjà, l'auteur nous dépeint à merveille et avec acuité le Pô et les environs de Parme. Ensuite, les personnages de l'intrigue sont bien plantés et ont tous quelque chose à raconter au lecteur. Il y a bien sûr l'intrigue autour des deux morts, et ce butin perdu de la grande guerre. Mais surtout, Varesi nous glisse des morceaux de textes sur notre monde qui prend l'eau (du Pô). Ils sont savoureux. Bref, un bon moment d'instruction ! Benoît

    Benoît - La Géothèque

  • ici, la Béringie

    Jeremie Brugidou

    • L'ogre
    • 19 Août 2021

    "Comment expliquer que les moustiques rêvent aussi ? " "La pointe de la Sibérie orientale recule à mesure que le reflux diminue et que remonte la mer. Encore quelques centimètres et toute cette toundra sera salée. Tout ce qu'elle contient de trésors enfouis sera dévoré par l'indifférence marine. En attendant on profite des quelques degrés supplémentaires pour percer la glace. L'industrie de dragage des dégels bat son plein et j'ai fait jouer la concurrence pour acquérir ce merveilleux système hydraulique.
    Les pompes envoient une eau à très haute pression pour briser les masses de permafrost décompactées et la succion fait le reste. La boue est rejetée et forme une petite péninsule de bouse qui prolonge la falaise. On peut extraire jusqu'à quatre-vingt tonnes par heure dans ce sol de glace et de roche et de comètes argileuses. Aux abords de la zone de fouille on abaissait la pression et progressivement la lance à eau faisait place aux brosses et au souffles de nos bouches.
    Agenouillée avec les autres sur une terre surprise de sa mise à jour soudaine, nous marchions indélicatement sur des rêves".

    Terra incognita

    En 2046, une archéologue  se rend sur le détroit de Béring pour une mission d’urgence : excaver un sanctuaire mis au jour suite à des travaux titanesques. A son arrivée sur place, on lui confie les carnets d'un géologue qui, en 1946, explora la rive russe du détroit à la recherche de preuves de l’existence de la Béringie.. Un troisième personnage vient compléter ce panorama historique, c'est Sélhézé, habitante de la Béringie, qui assiste impuissante à la montée des eaux sur ses terres. Jérémie Brugidou signe un roman passionnant dans lequel l’histoire se répète. La prédation libérale continue de détruire les sols et de chasser sans ménagement les populations dans l'indifférence générale. Faustine

    Faustine - La Géothèque

  • L'héroïsme des bataillons de combattantes kurdes contre Daech attendait son grand roman. Le voici.
    Une journaliste occidentale croit pouvoir enquêter impunément sur le destin magnifique de deux figures légendaires, Tékochine et Gulistan, afin de raconter la pureté de leur cause, l'inflexibilité de leur lutte, les circonstances exceptionnelles de leur mort dans les décombres d'une ville assiégée de l'ancienne Mésopotamie.
    Mais accéder au premier cercle des dirigeants clandestins de cette guerre-là se mérite, et peut-être ne peut-on révéler la vérité qui se cache derrière tant de récits lacunaires et contradictoires qu'en se perdant à son tour : son enquête devient peu à peu parcours initiatique, remontée du fleuve du souvenir, hymne à une liberté dont nous avons perdu le sens en cessant d'être prêts à en payer le prix.
    Dans un paysage de sable et de lumière, S'il n'en reste qu'une est l'histoire de ces femmes confrontées à ce qu'il peut y avoir d'incandescent dans la condition humaine.

    Retour au Kurdistan

    Rachel, reporter, se retrouve à enquêter sur le destin de deux combattantes kurdes qui ont lutté contre Daech : Tékochine et Gulistan. Comme dans un jeu de piste, la reporter va être guidée vers les personnes qui les ont côtoyé de près  et découvrir leur histoire singulière, celle faite d'affrontements avec les pouvoirs turcs, les terroristes islamistes… et les trahisons occidentales. J’ai dévoré cette fiction aux allures de reportage au cœur de l’histoire du Kurdistan syrien qui, à travers la force et l’humanité des portraits de ces combattantes et combattants, nous rend les personnages bien réels. Valérie

    Valérie - La Géothèque

  • l'étrangère

    Olga Merino

    • Dalva
    • 9 Septembre 2021

    Dans ce coin d'Espagne aux terres arides et brûlantes, Angie est revenue vivre en solitaire dans la maison de ses ancêtres, renouant avec leur histoire et leurs fantômes. Au village, elle reste l'étrangère. Celle qu'on regarde avec suspicion, qu'on évite de croiser. Et c'est elle, justement, qui découvre le corps de Don Julián, grand propriétaire de la région, pendu sur la colline. Bientôt, au village, arrivent les jumelles, ses héritières qui entendent exploiter cette terre d'une toute autre manière. Alors, derrière les portes closes, dans des chuchotements sourds, les langues commencent à se délier, racontant des histoires de malédictions et de familles qui se déchirent, de terres conquises et d'amours impossibles.
    Avec cette héroïne qui lutte pour affirmer sa liberté, Olga Merino nous entraîne dans un roman aux accents de western contemporain. Entre le poids de la rumeur publique et celui d'indiscibles secrets, elle donne voix à un monde d'ouvriers et de paysans qui refuse d'être condamné à l'oubli.

    Le grand rien espagnol

    Qu’est ce qu’elle est venue foutre dans ce village paumé du fin fond de l’Espagne, dans ces paysages désolés, où la terre n’est tenue que par quelques grands propriétaires? Et quel est ce hasard qui fait que cette cinquantenaire ait trouvé le corps sans vie de Don Julian? Elle, c’est la peste, c’est la mort qui rôde autour, selon les villageois. Angie, son histoire familiale est lourde. Son histoire personnelle est tout autant chaotique. L’auteure nous offre un roman brillant autour d’une femme opiniâtre. Benoît

    Benoît - La Géothèque

  • Après avoir assisté à l'assassinat de sa mère par des braconniers, un jeune éléphant mène une vie de dur labeur au service des êtres humains. Dévoré par le désir de vengeance, il parvient à se libérer de ses oppresseurs et terrorise les villageois de l'Inde du Sud : il piège ses victimes, puis ensevelit leurs corps sous des tas de feuilles et de poussière, ce qui lui vaut d'être surnommé « Le Fossoyeur ».

    Manu, le fils d'un riziculteur pauvre, se trouve emporté contre son gré dans le milieu sordide du trafic d'ivoire, aux côtés de son frère Jayan, jeune homme incontrôlable et dangereux qui voit dans le braconnage un moyen d'échapper à la misère des campagnes.

    /> En parallèle, Emma, une Américaine, réalise un film documentaire sur Ravi Varma, un charismatique vétérinaire qui recueille et soigne de jeunes éléphants orphelins au sein d'une réserve naturelle. Témoin de pratiques douteuses entre certains responsables de la réserve et des sociétés d'exploitation forestière, elle se retrouve impliquée dans une affaire qui remet en cause ses convictions bien établies.

    À travers ces trois destins, Tania James nous livre un récit déchirant et haletant sur le commerce de l'ivoire, et explore la frontière poreuse entre conservation et corruption. Ce roman dépeint la complexité morale de l'homme, qui oscille entre amour et trahison, devoir et loyauté, ainsi que sa relation brisée avec les animaux et la nature.

    Pachyderme et paradoxe

    Dans son roman, Tania James met en lumière les enjeux tristement contradictoires qui se jouent en Inde. Si des parcs sont créés pour maintenir une population de pachydermes libres et protégés, l’exploitation forestière tue à petit feu les plantes endémiques, poussant les éléphants vers les cultures des paysans démunis face à 4 tonnes de gourmandise. Avec délicatesse mais sans concession, l’écrivaine saisit le désarroi de chacun, en particulier celui de l’éléphant, pion d’un jeu dont il ne connaît pas les règles. Faustine

    Faustine - La Géothèque

  • l'ours

    Krivak Andrew

    Ils ne sont que deux survivants humains, un père et sa petite fille, dans une maison au bord d'un lac. Leurs voisins ? Des arbres centenaires, des plantes millénaires, des oiseaux dont les appels trouent les ciels, des traces d'ours sur les troncs et une montagne qui n'a pas changé depuis qu'Emerson et Thoreau y puisaient leur force et leur sagesse. Au fur et à mesure que la fille grandit, son père lui apprend tout ce qu'il peut, pour la préparer à une vie en harmonie avec une nature majestueuse et tutélaire.
    Et quand la fille se retrouvera seule, c'est l'ours du titre qui lui servira de guide ultime pour s'orienter à travers un environnement aussi rude que prodigue, dans une communion élégiaque.

    L'enfant et l'animal

    Dans un “après chaos”, un père et une fille vivent seuls sur le flanc d’une montagne, dans une maison en bois au bord d’un lac. A chacun de ses anniversaires, le père offre à la fillette un objet “précieux” qui vient raconter son histoire, et dont elle aura besoin pour vivre en symbiose avec la nature… Jusqu’au jour où, suite à un accident malheureux, elle va poursuivre la route seule… où presque ! Ce roman initiatique aux allures de fable se lit avec délectation. En dépit d’une certaine réalité cruelle de “la vie dans les bois”, il y flotte un souffle de douceur et d’espoir. Valérie

    Valérie - La Géothèque

  • Skalde et sa mère Edith vivent dans leur maison isolée à l'orée de la forêt. L'adolescente n'a jamais vu le bleu du ciel : leur région est en proie au brouillard et à la sécheresse depuis si longtemps. Les derniers habitants du coin, après avoir fait sauter l'unique pont qui les reliait au reste du monde, espèrent ainsi que leur autarcie volontaire les protègera du chaos. Un jour, Skalde découvre dans une clairière une enfant à la chevelure rouge feu. D'où vient-elle ? Comment a-t-elle pu arriver jusqu'ici ? Consciente de sa transgression, l'adolescente recueille la petite fille, sous le regard méfiant de sa mère Edith. Car les deux femmes ne se sont jamais vraiment intégrées à cette communauté pétrie de peurs et de superstitions. Tandis que les villageois s'organisent, le trio devra bientôt faire face à une véritable chasse aux sorcières.


    Premier roman frappant, Les Dents de lait est une fable moderne sur la peur et la différence.

    Huis clos de fin du monde

    Ils se sont planqués dans la forêt, avec des provisions pour des années, ont coupé le pont qui menait au reste du monde, avec pour seul objectif de vivre au sein de la communauté. Et nous allons suivre Skalde, adolescente vivant des moments houleux avec sa mère et outrepassant les lois de cette “tribu” pour accueillir Meisis. Cette dystopie qui peut ressembler à la route de Mc Carthy s’en éloigne bien vite, pour s’orienter vers des petites querelles de privilégiés climatiques. A découvrir vite. Benoît

    Benoît - La Géothèque

  • « Mes parents, j'avais l'impression de les connai^tre comme si je les avais faits. Cette jeune femme tre`s Nouvelle Vague, cinquante de tour de taille, des dents blanches et bien aligne´es, grande douceur un peu triste, c'e´tait ma maman. L'autre, si grand que la plupart du temps je ne savais pas trop a` quoi il ressemblait la`-haut, une voix qui descendait d'entre les nuages, c'e´tait le professeur. Mon papa. » Dans cette petite famille se joue l'e´ternelle aventure de l'enfance. Il y a les combats acharne´s contre les copains cow-boys, les stratage`mes habiles pour trouver sa place dans la cour de re´cre´, les questionnements existentiels et la fascination pour les femmes si inde´chiffrables. Et pendant ce temps, d'autres luttent pour la liberte´, tuent des pre´sidents, marchent sur la lune, me`nent une guerre froide...
    Des souvenirs vagues de la maternelle aux e´lans de l'adolescence, Luc Chomarat nous invite a` rede´couvrir un monde empli de myste`res et peuple´ d'amis imaginaires. De sa plume impertinente et pleine d'esprit, il propose de cheminer a` hauteur d'enfant sur la route faite de re^ves et de de´fis qui me`ne a` l'âge adulte.

  • bel abîme

    Yamen Manaï

    Un jeune homme s'adresse tour à tour à son avocat et à un psychiatre venus lui rendre visite en prison. Avec une ironie mordante, le narrateur prend à parti ses interlocuteurs. Les charges qui pèsent sur lui sont sérieuses, mais il affirme ne rien regretter. Se dévoilent les raisons qui l'ont poussé au crime : un père qui l'a toujours humilié ; une société gouvernée par les apparences ; la domination des plus forts sans partage ;
    La pauvreté, la saleté, le mépris des animaux et de l'environnement. Les seuls élans d'affection que le jeune homme a connus ont été ceux de Bella, le chiot qu'il a recueilli. Mais dans ce pays, on tue les chiens « pour que la rage ne se propage pas dans le peuple ». Pourtant la rage est déjà là. Alors quand Bella a été tuée, il a fallu la venger.

    Le mot de la libraire

    Yamen Manai, signe avec Bel Abime, un texte brut, chargé de la colère de notre narrateur. Dans un long monologue, le jeune homme nous décrit son portrait de la Tunisie contemporaine, comme critique de la société, de ses dirigeants, de la religion mais aussi et surtout, de la famille, de sa famille. L'adolescent confronte les adultes, les interpellent face à leurs contradictions. Seule trace de lumière, un jeune chiot Bella, qu'il va recueillir et choyer, malgré les interdits. Un texte aussi fulgurant, qui résonne tout particulièrement, à la lumière de l'actualité tunisienne.

    Clémentine - Librairie Durance

  • Quelque part en Laponie orientale, comme chaque anne´e en juin, Elina a trois jours et trois nuits pour pe^cher le seul et unique brochet de l'E´tang du Pieu. Or, un cruel ge´nie des eaux re`gne sur les lieux et complique tout. Elina n'a pas d'autre choix que de pactiser avec les forces surnaturelles des marais et d'affronter Jousia, son premier amour. Pendant ce temps, l'inspectrice Janatuinen enque^te sur un myste´rieux meurtre qui la me`ne a` poursuivre l'he´roi¨ne. Avec l'aide d'excentriques locaux, les deux femmes devront associer leur fougue et leur fureur pour re´tablir l'e´quilibre entre les mondes. Roman virtuose et drolatique, La pe^che au petit brochet renouvelle la de´licieuse folie qui a fait le succe`s de la litte´rature finlandaise.

    Le mot du libraire

    Une magnifique histoire d'amour et de promesse. Une malédiction. Une héroïne tendre et bornée. Une enquêtrice (quasi)imperturbable. Des créatures folkloriques omniprésentes (mention spéciale au teignon placide qui accompagne nos personnages, un genre de basajaun/sasquatch nigaud). Un brochet voyageant entre les mondes et portant en lui tout le mystère. Des trognes invraisemblables et tant d'autres choses... On savait les finlandais bardes, poètes et chanteurs depuis la lecture du Kalevala de Lönnrot et bien souvent drôle depuis Paasilina (pour le coup il passe pour un pasteur rigoriste après cette lecture), et voilà donc ce roman comme une épiphanie extraordinaire qui, en plus de nous faire rire, nous touche au coeur et à l'âme comme seuls les grands textes savent le faire. 

    Fred - Librairie Durance

  • Syrie.
    Un vieil homme rame à bord d'une barque, seul au milieu d'une immense étendue d'eau. En dessous de lui, sa maison d'enfance, engloutie par le lac el-Assad, né de la construction du barrage de Tabqa, en 1973.
    Fermant les yeux sur la guerre qui gronde, muni d'un masque et d'un tuba, il plonge - et c'est sa vie entière qu'il revoit, ses enfants au temps où ils n'étaient pas encore partis se battre, Sarah, sa femme folle amoureuse de poésie, la prison, son premier amour, sa soif de liberté.

    Le mot du libraire

    "Elmachi! Vieux fou, tu finiras par te noyer !" Mahmoud Elmachi, poète, vieillard, syrien et seul, plonge... Tous les jours, il plonge dans le lac El-Assad, bubon sur l'Euphrate, fruit de la folie des grandeurs d'Hafez "le lion". Il plonge et se replonge dans ce qui fut, "Tout suffocant, Et blême, quand, Sonne l'heure, Je me souviens, des jours anciens Et je pleure*". Ce qui fut, c'est son village englouti, sa vie et ses amours, ses souvenirs, ceux qu'il lui reste, sa colère et sa poésie. Ce qui est, c'est la barbarie, partout, ce sont les disparitions et les vexations, c'est notre douleur à ne savoir que faire, une fois de plus. Et c'est la poésie de ce texte que nous propose Antoine Wauters. Un texte majeur, à la beauté foudroyante... Vous finirez par le lire à voix haute et à chercher, en même temps, le silence des eaux.  *Verlaine, Chanson d'automne

    Fred - Librairie Durance

empty