La sélection Du raisin, des bouquins

  • Les ignorants : récit d'une initiation croisée Nouv.

    Il y a tout juste 10 ans, Étienne Davodeau faisait paraître Les ignorants : un livre devenu un véritable phénomène. Un auteur de bande dessinée dans la vigne et un vigneron chez Gibrat ou chez Guibert. Qui sont-ils ? Deux ignorants ! Mais n'y rien connaître, c'est avoir tout à découvrir ! Comment, pourquoi et pour qui faire des livres ou du vin ? Les réponses forment le récit, vivant et joyeux, d'une initiation croisée...
    Une édition anniversaire au tirage unique, augmentée d'un entretien croisé et de photos inédites. Étienne Davodeau et Richard Leroy, le vigneron, reviennent sur cette formidable aventure qui continue encore aujourd'hui.

  • 4e volume du Glou guide, cette fois-ci sous forme de hors série consacré aux terroirs, cépages et élevages rares. 120 vins naturels exceptionnels y sont référencés avec toujours le souci de proposer des cuvées à des prix abordables (moins de 30 euros).

  • Du sol à la bouteille, en passant par la vinification, l'univers des vins d'auteur enfin dévoilé. Tout ce que vous n'avez jamais osé demander à votre caviste dans un ouvrage référence rédigé par Pierrick Jégu, journaliste spécialisé en vin.
    Bio, biodynamie, nature, indigène ?
    De plus en plus présents parmi les quilles de nos cavistes, les vins non-conventionnels, issus d'une viticulture et d'une vinification réfléchies au plus proche du naturel, réussissent la prouesse d'occuper les étals et de remplir nos verres sans pour autant bénéficier d'appellations précises ni même officielles. Bio, biodynamiques, indigènes, nature... ces termes sont certes la promesse de breuvages plus proches de la nature, et loin des pesticides, mais qu'en est-il au juste ?
    Le sujet manquait d'un ouvrage de référence, lourde tâche à laquelle l'équipe de 12°5 s'est attelée avec le sérieux, la pédagogie et le bon goût qu'on lui connaît.
    Un traité complet en 4 grandes parties :
    1-L'univers du vin : histoire, philosophies et démarches.
    2-La production, du sol à la bouteille : le travail du sol, le travail du végétal, le travail à la cave.
    3-La dégustation : la conservation, le service, le goût.
    4-Les principales régions viticoles françaises : leurs principaux cépages, les climats, les sols et un focus sur les vignerons incontournables.

  • Après le« Glou guide» et «Dans ce goût-là», un nouvel ouvrage hors collection consacré au vin naturel. Christophe Beau, ingénieur agronome de formation, possède un petit domaine dans le Languedoc depuis les années 1980. Il a également fait l'acquisition d'un vignoble au Chili et plus récemment en Normandie. Il voit dans le vin un moyen de constituer un lien social, économique, philosophique avec les autres. Dans cet ouvrage, Christophe Beau revient sur son parcours de vigneron qui est autant marqué par son amour pour les vins nature que par les rencontres qui ont accompagné les nombreux voyages qu'il a effectués. Il en rend compte sous forme d'abécédaire, rendant ainsi hommage à ceux qui ont compté dans son parcours et multipliant les points de vue et les approches de la viticulture.

  • Le plaisir que suscite la lecture du Traité de bon usage de vin de François Rabelais est tout d'abord attisé par la curiosité que l'on accorde à la nature même du texte. Ce Traité n'est en effet pas la version originale de l'auteur, mais une version traduite du tchèque vers le français, alors même que la version tchèque émanerait d'une version allemande. La traductrice, fort judicieusement, a opté pour une traduction qui ne cherche pas à restituer le texte original dans la langue de Rabelais. Elle a plutôt choisi d'adopter une langue située à mi-chemin entre le français de l'époque et le français contemporain, souhaitant ainsi rendre la saveur du verbe rabelaisien tout en le laissant accessible au public.
    Traité de bon usage de vin se présente donc comme un petit traité de savoir vivre, dans lequel Rabelais s'amuse à déplacer sur l'échelle des valeurs la place qui est accordée au vin. Pour ce faire, il use de tout son savoir-faire - jeu, farce, raillerie, mensonge, argotisme, détournements et sophismes - et d'un usage savant du langage et des traditions orales populaires. Il parvient ainsi à déclamer une véritable éthique de la vie qui prône l'adoption d'une consommation de vin, érigée en vertu. Et Rabelais va jusqu'à faire de l'usage du vin un attribut anthropologique majeur : « L'usage du vin, outre le verbe prolixe et la prière fervente, est de toutes les actions humaines ce qui le distingue des autres créatures terrestres. »
    Ce Traité de bon usage de vin se révèle être une véritable ode épicurienne dans laquelle Rabelais libère ses aspirations émancipatrices et laisse entrevoir les moeurs qui ont cours parmi les habitants de Thélème.

  • Par un beau temps d'hiver, deux individus, bonnets sur la tête, sécateur en main, taillent une vigne. L'un a le geste et la parole assurés. L'autre, plus emprunté, regarde le premier, cherche à comprendre « ce qui relie ce type à sa vigne » et s'étonne de « la singulière fusion entre un individu et un morceau de rocher battu par les vents ». Le premier est vigneron, le second auteur de bandes dessinées. Qu'ont-ils donc en commun ? Pendant un an, Étienne Davodeau va goûter aux joies de la taille, du décavaillonnage, de la tonnellerie ou encore s'interroger sur la biodynamie. Richard Leroy, de son côté, va découvrir des livres de bande dessinée choisis par Étienne, rencontrer des auteurs comme Emmanuel Guibert et Jean-Pierre Gibrat, participer à des salons de bande dessinée, ou encore visiter la maison d'édition Futuropolis. Étienne et Richard échangent leurs savoirs et savoir-faire, mettent en évidence les points que ces pratiques (artistiques et vigneronnes) peuvent avoir en commun. Au bout du compte, l'un et l'autre répondent à ces questions : comment, pourquoi et pour qui faire des livres ou du vin?

    Meilleur Livre du Vin de l'Année, Gourmand Awards 2012.
    Prix de la Réciprocité 2012.
    Sélection officielle 2012 du Festival international de bande dessinée d'Angoulême.
    Prix de la librairie Univers Bd de Caen "Meilleur album de l'année" CoinBD d'Argent 2012 (vote des internautes).
    Sélection pour le prix Bédéis Causa 2012, Festival de la bande dessinée francophone de Québec.
    Sélection pour le Prix des libraires de bande dessinée 2012.
    Prix régional de la bande dessinée des Comités d'entreprise 2012 (Cezam Bretagne).
    Prix du Clos-de-Vougeot, salon Livres en Vignes 2012.

  • Le quartier général des copains : le " café du pauvre ", bistrot vieillot et charmant de la banlieue parisienne.
    Les copains : quatre mousquetaires du zinc qui forment une sorte de bande à bonnot de la chopine. refusant le monde tel qu'il est devenu, ils lui offrent une maligne et haute en couleur résistance passive.
    Comment camadule, poulouc, captain beaujol et debedeux échappent superbement au métro-boulot-jus de fruits, c'est le thème de ce roman tonique et salutaire.

    Sur commande
  • La suite et fin de l'épopée sur le vin nature, racontée par Fleur et Justine, elles ont sillonné la France, interviewé encore des dizaines de vignerons (tous en vin nature) pour leur faire raconter leur manière de « faire » le vin.

    Bien souvent on croit que le vin c'est juste mettre du jus en tonneaux et d'attendre que cela se transforme, et bien non, il y a tout un monde dans les chais, un monde vivant qui permet les fermentations. Il n'y a pas une mais des recettes, pas un vin identique, tous soumis aux aléas climatiques, aux contraintes d'aménagement du chais, les cuves toutes différentes, des millésimes qui ne donneront rien. Dans ce monde, lorsque la fermentation s'arrête dans une cuve, c'est fini, pas moyen de tricher, on en fera rien... Tout aussi difficile que la culture sans antidotes pétrochimiques, la vinification du vin nature relève du défi, les vins obtenus, sont des témoins de la maîtrise et de l'expérience du vigneron. Encore une fois, l'enquête révèle la flamme de ces vignerons pas toujours vainqueurs, mais qui n'abandonnent jamais pour obtenir leur millésime. Une histoire de passion.
    Avec les deux livres, enfin une vision complète de ce monde du vin nature, en plein essor, et tellement vivant.

  • Fleur Godart et Justine Saint-Lô nous emmènent à la rencontre des vignerons de demain. Pendant un an, elles ont sillonné le vignoble et découvert ceux qui, à l'écoute de la nature, ont choisi de travailler la vigne autrement.
    La taille, le travail des sols, les traitements, les grandes questions telles que l'équilibre de la faune et de la flore en milieu viticole ou celles, fondamentales, du désir de faire du vin et du sens qui en découle sont abordés. De Collioure à Bordeaux, en passant par la Champagne, la Loire, le Beaujolais, Majorque ou encore l'Auvergne, les traditions diffèrent autant que les contraintes, les pratiques de culture se métissent et c'est cette variété que les deux auteurs partagent et mettent en avant à travers cette bande-dessinée.
    Fleur Godart et Justine Saint Lô nous font découvrir les personnalités, riches et variées des vignerons qui interprètent ces terroirs.
    En plus de ce récit graphique, un lexique viticole complet est présenté en fin d'ouvrage.

  • Monsieur Henri est le chef dévoué du Relais fleuri, un bistrot traditionnel qui régale ses clients de plats généreux et savoureux. Sous les yeux subjugués de Julien, son fils, il élabore d'appétissantes recettes que sa femme Hélène consigne dans un cahier. Mais un jour, Hélène quitte la maison sans explication, emportant avec elle le bonheur de cuisiner. Le cahier de recettes disparaît et Henri décrète que jamais Julien ne deviendra cuisinier. Cela n'empêche pas le garçon de poursuivre sa passion en cachette, entre deux cours de lettres à la fac. Quand Henri, malade, sombre dans le coma, Julien n'a plus qu'une obsession : retrouver le cahier de recettes de son père. Dans sa quête, il découvre d'autres secrets et comprend pourquoi Henri a laissé partir sa femme sans un mot...Ce roman dessine le magnifique portrait d'un homme pour qui la cuisine est plus qu'un métier : le plaisir quotidien du partage et l'art de traverser les épreuves. Une tendre déclaration d'amour filial où, à chaque page, l'écriture sensuelle de l'auteur nous met l'eau à la bouche.

  • On ne devient pas un vin de légende par hasard...

    En 2005, Loïc Pasquet et sa femme Alona, grands amateurs de vin, s'installent à Landiras. L'année suivante, ils produisent leur premier millésime. Ici, les chevaux remplacent les tracteurs, les densités de plantation sont poussées à l'extrême, tout est fait pour redonner au vin le goût et l'authenticité des vins fins de Bordeaux tel qu'il était au moment du Classement Officiel de 1852, avant l'épidémie de phylloxera. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça fonctionne ! Fruit d'une véritable success story, le « Liber Pater » (nommé ainsi d'après le dieu romain du vin, excusez du peu) est devenu en l'espace de quelques années un vin reconnu dans le monde entier, dont le prix des bouteilles s'envole parfois... à plusieurs milliers d'euros !
    Corbeyran et Horne dressent le portrait d'un vin pas comme les autres et de son créateur, formé sur le tard et passionné avant tout. Un roman graphique placé sous le signe de l'oenologie, sincère et captivant, dans la lignée des Ignorants d'Étienne Davodeau.

  • De la sueur, du sang, des larmes, du chardonnay et du grenache. Mimi, Fifi & Glouglou reviennent !
    Après quelques timides tentatives de détox, Mimi, Fifi et Glouglou ont décidé de s'adonner de plus belle à leur occupation favorite : la dégustation à l'aveugle, si possible avec des commentaires savants. Ils se perfectionnent, vont à la rencontre de vignerons, s'aventurent même dans le vignoble et dans les chais. Mais le résultat n'est pas toujours à la hauteur et quelques rencontres féminines leur font comprendre leurs limites. C'est bien la peine de passer autant de temps à s'entraîner pour de si piètres résultats !
    De nombreux pièges guettent celui qui s'expose à parler du vin : snobisme, ignorance, dogmatisme, leçons retenues très approximativement. Pour garder leur dignité, éviter de sombrer dans le ridicule, Mimi, Fifi & Glouglou sont prêts à faire preuve de la pire mauvaise foi. La rivalité exacerbe leur combativité. Pour s'imposer, il ne faut pas hésiter à taper le premier.
    Quand ils se sentent dépassés, nos trois dégustateurs se réfugient dans le rêve. Rêves de gloire, déambulations angoissantes au milieu de bouteilles géantes, rêves qu'un jour, enfin, ils sauront glisser négligeamment en reposant leur verre : « Crozes-Hermitage blanc 2007, 70 % marsanne, 30 % roussane sur sous-sol argilo-calcaire... »

  • Engrais chimiques, pesticides, soufre, métaux lourds, ammoniac, colle de poisson, sang de cheval, tannins en poudre, conservateurs, arômes artificiels et acides en tous genres... Si les viticulteurs étaient obligés d'expliquer sur leurs étiquettes comment ils font leurs vins, beaucoup, y compris parmi les plus fameux, auraient déjà fait faillite. Se mettre aux vins bio ou nature, c'est rechercher des vins moins technologiques ou standardisés, souvent meilleurs au goût et pour notre santé. C'est aussi peser sur un choix de société majeur, quand le vignoble français est en grand péril du fait de l'usage abusif de la chimie et du clonage. C'est enfin défendre une vision humaniste de notre rapport à la terre et à une tradition viticole plus que millénaire.
    />

  • Saviez-vous que les Mésopotamiens brassaient l'orge bien avant d'avoir inventé la roue ? Mais que la bière moderne est née en Picardie - une invention attribuée au cousin de Charlemagne. Quant aux premiers distillateurs, ils étaient chassés tels des sorciers avec leur eau de feu. Les femmes et le vin blanc ? Ce cliché relou date de la Grèce antique. Le café ? Début 18e, une tasse coûtait la moitié du salaire quotidien d'un ouvrier. Et quand a-t-on cessé de distribuer des bonbons au pastis aux enfants ? Et quand Coca-Cola a-t-il retiré la cocaïne de sa recette ? En déconstruisant les mythes et clichés qu'on trouve au fond de nos verres, de nos chopes, de nos tasses, de l'Antiquité à nos jours, on comprend mieux le monde qui nous entoure... Après Bouffes bluffantes, bienvenue sur la route de la soif !

  • Côtes-de-duras, Châteaumeillant, côte roannaise, vins du Jura, de Savoie ou d'Auvergne, la 8e cuvée de 12°5 remet au premier plan des appellations, des vignobles qui n'ont pas toujours eu bonne presse mais qui se relèvent et se révèlent depuis quelques années grâce à des vignerons et vigneronnes convaincus qu'il y a de la place pour tout le monde, à condition de faire bon et bio. Grégoire Boeuf a, lui aussi, cherché sa voie entre la fac de droit, la pharmacie paternelle et les petits boulots derrière le comptoir ou les fourneaux. Il s'est alors demandé s'il n'y avait pas moyen de se démarquer et s'est mis en tête de produire en France un saké reconnu et apprécié par les maîtres en la matière au Japon. Des parcours de vie, des envies que ce 8e numéro met en avant à travers des reportages, des entretiens, des histoires ponctués par des rubriques ludiques, pédagogiques, historiques et gourmandes à lire en buvant, avec modération, les cuvées proposées dans La Sélection de la Rédaction comme ce gamay de Laurent Fell dans les Cévennes Ardéchoises, ou un blanc basque, le Txakoli de Getaria.

  • Avec plus de 100 millions de visiteurs attendus dans le monde en 2025 et un chiffre d'affaires qui dépassera 40 milliards de dollars, les châteaux du Bordelais, les distilleries écossaises ou les rhumeries cubaines peuvent avoir le sourire : vive les touristes ! L'oenotourisme et les visites de distilleries constituent désormais un axe majeur du développement économique d'un pays. Ce guide vous propose :

    Une histoire du vin et des spiritueux au fil des siècles ;
    Un panorama de l'oenotourisme et des terroirs produisant des spiritueux en France et dans le monde avec les grandes données par région et les bonnes adresses à ne pas manquer ;
    Des conseils qui guideront les amateurs et les professionnels.

  • Routes des vins dans le monde - 50 itinéraires de rêve vous fera voyager à travers le monde et ses multiples régions viticoles dès la première page. Ce magnifique album se présente comme une splendide source d'inspiration pour imaginer votre futur voyage de rêve.

    Ce livre abondamment illustré de photographies spectaculaires vous fera vivre des moments uniques, comme la dégustation de grands crus dans le Bordelais et de fabuleux rieslings en Allemagne; l'exploration des vignobles de la Rioja et de ses cathédrales mythiques, des paysages à la beauté romantique du Chianti, et de la vallée du Rhône, haut lieu de la gastronomie française; la réalisation d'un road trip à la rencontre de vignerons passionnés dans les États de Washington et de l'Oregon; et la découverte des nectars issus des sols volcaniques de l'Etna, en Sicile, et des cépages autochtones de Cappadoce, en Turquie. Il vous conviera aussi à sillonner la Vénétie pour vous délecter de prosecco et de grands Amarone; à visiter les vignobles de la Loire à vélo; à partager vos journées entre plage, surf et vignobles en Nouvelle-Zélande et en Australie; à survoler la vallée de Napa en montgolfière; et à savourer des vins sur des terrasses avec vues spectaculaires dans la vallée de l'Okanagan. Il vous initiera aux vins de glace de la péninsule du Niagara et du Québec, à l'émergence de l'oenotourisme en Roumanie, aux riches terroirs du Chili, de l'Argentine et de l'Afrique du Sud, et à de véritables trésors cachés en Tchéquie, au Liban, en Israël et au Japon.

    Routes des vins dans le monde - 50 itinéraires de rêve décrit au jour le jour chaque itinéraire, en plus de fournir pour chaque région visitée une fiche technique qui rend compte des principaux cépages et des vignobles à découvrir. Il présente aussi des capsules sur des thèmes liés aux vins et à la gastronomie, en plus de donner des indications sur les grandes célébrations du vin auxquelles participer. Voilà un splendide cadeau à offrir... ou à s'offrir!

  • En vrille

    Deon Meyer

    Dans les environs du Cap, des pluies torrentielles dégagent un cadavre enfoui sous le sable. Celui d'Ernst Richter, fondateur d'un site internet qui fournit des alibis aux époux infidèles... Richter faisait chanter ses clients et était lié à Du Toit, un viticulteur en faillite dont le domaine jouxte la scène du crime. Au coeur des vignobles de Stellenbosch, le capitaine Benny Griessel, plus que jamais tourmenté par ses vieux démons, va devoir faire surgir la vérité...

  • À quarante ans, Catherine Bernard, correspondante de «La Tribune de l'Économie» et de «Libération» à Montpellier, décide de changer de vie et, pour ce faire, passe un BPA de viticulture-oenologie. Depuis, elle cultive 3,60 hectares de vignes en Languedoc et fait du vin. Dans ce livre, elle raconte avec humour son installation, la conversion en bio de ses vignes et la naissance de ses premiers vins. Elle y dresse aussi un portrait sans concession de la viticulture aujourd'hui, entre l'éden des petits chimistes et le graal des oenologues diplômés. « »

  • Vigneronnes propose de découvrir une centaine de femmes qui excellent à faire le vin d'aujourd'hui. Parfois en solo, parfois en couple ou en famille ; renommées ou dans l'ombre, dans des appellations prestigieuses ou sur des terroirs sans pedigree et en vins de France : toutes méritent un bon coup de projecteur.
    Aujourd'hui, les femmes du vin sont là, actives, autonomes, de plus en plus visibles et de plus en plus nombreuses, qu'elles reprennent un domaine familial ou le créent de toutes pièces suite à une reconversion. Ce guide vous entraîne à leur rencontre, dans toute leur diversité de caractères, de pratiques vinicoles, de parcours personnels ; sans oublier, bien sûr, leurs vins remarquables !

  • Terreur dans les vignes

    Peter May

    Gil Petty était un critique redoutable dans le monde des vins, de ceux qui font et défont les rois. La publication de ses notes de dégustation était un moment redouté, susceptible de ruiner un vigneron, ou de lui apporter la fortune. Il s'intéressait au vignoble de Gaillac lorsqu'il a disparu. Et ses fameuses notes semblent s'être évaporées en même temps que lui. Mais, un an après, son cadavre réapparaît, dressé comme un épouvantail dans les vignes, revêtu du costume de cérémonie de l'ordre de la Dive Bouteille, et dans un sale état. Il semble bien avoir séjourné un moment dans une barrique de rouge. Précédé de sa flatteuse réputation d'enquêteur hors pair et bien décidé à approfondir les subtilités des vins de Gaillac, Enzo Macleod décide de reprendre une enquête restée au point mort. C'est que Petty ne manquait pas d'ennemis, en particulier en France où l'on n'appréciait pas cet Américain ayant le culot de dire aux Français si leur vin était bon ou pas. Mais, entre les dégustations de grands crus et l'offensive de charme de la fille du défunt, c'est bel et bien sa peau que Macleod met en jeu. Car le tueur n'est pas à un meurtre près. Bouteilles, cadavres et compagnie, on déguste avec Peter May !

  • Fin XIXe, Maria se retrouve à la tête de la Principal, le domaine viticole familial. Son père a favorisé ses fils, installés à Barcelone, et choisi de lui léguer les vignes, menacées par le phylloxéra. Mais la catastrophe annoncée ne se produit pas, et l'héritière fera fructifier son bien avec une opiniâtreté sans égal, inaugurant une remarquable dynastie de femmes. À l'hiver 1940, un inspecteur se présente à la Principal pour rouvrir l'enquête sur le meurtre d'un contremaître... Une fresque puissante sur la bourgeoisie catalane rurale d'après-guerre.

empty