Bertrand Galic

  • Dans les entrailles du monstre.

    Japon, 11 mars 2011. Un séisme effroyable accouche d'une vague immense, qui vient frapper de plein fouet le nord-est du pays. C'est là que se trouve, entre autres, la centrale de Fukushima-Daiichi... D'une violence inouïe, le cataclysme provoque alors le pire accident nucléaire du XXIe siècle. Comment réagir face au chaos engendré ? Que faire quand l'inconcevable vient d'arriver ? Masao Yoshida doit répondre dans l'urgence. La réputation de son pays est en jeu, la vie de ses employés et de ses concitoyens en dépend. Dans un univers complètement dévasté, où les bâtiments sont plongés dans l'obscurité, tandis que les explosions se multiplient et que les radiations sont toujours plus toxiques, le directeur de la centrale fait preuve d'une ingéniosité et d'un sang-froid hors du commun. Il prend seul des décisions vitales, transgresse les procédures et les directives de sa hiérarchie pour éviter l'apocalypse... Mais, malgré tous ses efforts, après cinq jours durant lesquels les secondes passent comme des heures, un énième incendie se déclare et oblige à l'évacuation de la majorité des employés. Ne reste alors sur place qu'une poignée de volontaires qui travaillera d'arrache-pied pour stabiliser tant bien que mal la situation. Dix ans après, Bertrand Galic et Roger Vidal retracent avec force et détails les premières journées d'une tragédie sans fin. Le récit d'un compte à rebours angoissant, pendant lequel un chef et ses équipes doivent faire face à une catastrophe technologique sans précédent et à des supérieurs complètement dépassés par les événements.

  • Après une attaque de pirates, Lemuel Gulliver cumule les découvertes : l'île volante de Laputa, Balnibarbi, l'Académie de Lagado, Maldonada, l'île de Glubbdubdrib, le royaume de Luggnagg puis le Japon, avant de rejoindre l'Angleterre. Conte philosophique, pamphlet sociétal et politique ou récit fantastique... cette adaptation, de toute beauté, mêle brillamment humour et satire.

  • Violette Morris est l'une des sportives françaises les plus titrées de l'histoire. Une championne toutes catégories : boxe, natation, football, athlétisme, course automobile. Elle devint chanteuse de cabaret et égérie des années 30, amie de Jean Cocteau, de Joséphine Baker, de Brassaï...
    Le 26 avril 1944, elle meurt dans une embuscade organisée par un groupe de résistants qui mitraillent sa voiture. Était-ce elle qui était visée par les maquisards ? Tout porte à le croire. Car sous l'Occupation, elle passe pour la hyène de la Gestapo, une collabo au service de l'Allemagne nazie.
    Voilà pour la légende. Une légende noire. Mais la réalité, quelle est-elle ? L'assassinat de cette femme à abattre par tous moyens ne cache-t-il pas autre chose ? Hors norme, sa personnalité est celle d'une femme impossible à enfermer en cases, son histoire est inouïe, son destin forcément tragique !

  • L'indépendance par le football : l'histoire vraie de la première équipe nationale algérienne. 1958. Alors que la guerre d'indépendance bat son plein en Algérie, dix footballeurs de ligue 1, que l'on surnommera plus tard « fellaghas du ballons rond », décident de quitter clandestinement la France et de rejoindre les rangs du FLN pour créer la première équipe nationale algérienne.
    Une histoire vraie méconnue et unique, un roman graphique captivant, qui retrace, au rythme de matchs enflammés, l'un des plus importants épisodes de notre histoire contemporaine.

  • Dimanche 29 août 1937. Un sous-marin républicain espagnol sort son nez des eaux troubles, pour faire surface au milieu des brumes de la rade de Brest, où personne ne l'attend. La Guerre d'Espagne vient de s'inviter à la pointe du Finistère, clandestinement. Déjà, petits et gros poissons s'agitent dans leur bocal, remuent la queue dans tous les sens... Il va y avoir du rififi dans la Cité du Ponant ! Sous la houlette de l'affreux Troncoso, un commando franquiste se monte en effet très vite, dans le but de s'emparer du navire. Ces hommes-là sont des barbouzes, qui savent pouvoir compter sur l'appui des fascistes locaux. Afin d'optimiser leurs chances de réussite, la belle Mingua est recrutée. Elle constitue un renfort de choix, de charme et de choc. Avec de tels atouts, comment l'entreprise nationaliste pourrait-elle échouer ? C'est sans compter que, dans le camp d'en face, on s'organise également... Les forces de gauche, communistes et anarchistes en tête, sont prêtes à faire front et préparent la résistance, du port de commerce au centre-ville, de Saint-Pierre à Recouvrance. Leur mot d'ordre est catégorique : « No pasarán ! Mort au fascisme ! ».

  • La guerre est un sport exigeant, qui nécessite un engagement total. Le coeur gonflé, le souffle haletant, sept athlètes choisissent l'épreuve du feu. Au nom de la liberté... Quel genre de médailles récolteront-ils à l'arrivée ?

    Barcelone, juillet 1936. Pour contrer les Jeux olympiques de Berlin et la propagande nazie déjà planifiée, des sportifs du monde entier investissent la capitale catalane et organisent leur propre cérémonie. Mais, à la veille de l'inauguration, Franco s'empare du pouvoir. La guerre d'Espagne débute... Parmi les athlètes pris au piège, sept hommes et femmes font le choix des armes. D'origines diverses mais d'idéaux communs, ils vont s'unir à la vie, à la mort... et à l'amour aussi.

  • À l'heure de commémorer les 40 ans du Cheval d'Orgueil, Bertrand Galic et Marc Lizano proposent l'unique adaptation en bande dessinée de ce best-seller. Un petit bijou scintillant de charme et de sensibilité. Récit autobiographique, Le Cheval d'Orgueil de Pierre-Jakez Hélias a rencontré un succès phénoménal en librairie (près de 2 millions d'exemplaires circulent à ce jour dans le monde). Cette oeuvre, qui brille par son authenticité et sa force, retrace l'enfance et l'adolescence d'un petit Breton du pays bigouden, entre la Première Guerre mondiale et le milieu des années 30. Avec lui, se révèlent les visages d'une famille, la personnalité d'un village, les contours d'une région. On découvre un « pays », celui d'une nation paysanne luttant pour sa survie. Touchés par la sensibilité qui émane du regard de l'enfant, Bertrand Galic et Marc Lizano ont souhaité revisiter un passé, un patrimoine en explorant, dépoussiérant et adaptant ce récit pétri de mystère, de rêve et d'aventure. Et quel plus beau moment que celui de la commémoration des 20 ans de la disparition de l'auteur et des 40 ans de l'oeuvre !

  • Après le succès de l'unique adaptation en bande dessinée du chef-d'oeuvre de Pierre-Jakez Hélias, Bertrand Galic et Marc Lizano proposent une édition limitée en breton.

    Cette édition limitée est traduite par Mannaig Thomas, maître de conférences en littérature bretonne à l'Université de Brest. Elle a réalisé l'inventaire du fonds d'archives Pierre-Jakez Hélias déposé au Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC), et a soutenu, en 2010, une thèse sur Le Cheval d'orgueil (Pierre-Jakez Hélias et Le Cheval d'orgueil : le regard d'un enfant, l'oeil d'un peintre). Plus récemment, en 2015, elle a publié - en collaboration avec Ronan Calvez - une édition critique des manuscrits des pièces de théâtre de Pierre Jakez Hélias sous le titre, Théâtre social.

    /> La graphie qui a été utilisée est celle qui est actuellement majoritaire dans les écoles immersives et bilingues (breton-français) en Bretagne.

    Sur commande
empty