Flies France

  • Le conte antillais est né et s'est développé à partir du XVIe siècle dans les habitations coloniales. En général, une fois la nuit tombée, le maître « béké » (blanc) autorisait ses esclaves à se réunir afin d'écouter celui qui allait leur raconter des histoires : le conteur.
    Aux Antilles, le conte, dont les racines provenaient de différents pays d'Afrique, avait comme partout pour fonction principale de distraire et d'amuser, mais ici il avait aussi une fonction de « résistance », à travers laquelle on pouvait deviner des paroles et des messages interdits, et certains héros et personnages récurrents représentaient les esclaves eux-mêmes, ou bien le maître.
    Toutes ces histoires recueillies en créole auprès des amis et de la famille du couple REUSSNLIBA sont classées en deux grandes catégories : les contes d'animaux et les contes d'humains et de créatures surnaturelles. Les contes d'animaux forment des cycles centrés sur les aventures d'un héros récurrent comme, par exemple, le cycle de la baleine, de l'éléphant, de la tortue, et surtout celui de Compère Lapin. La plupart des animaux appartiennent évidemment à la faune antillaise : on y trouve des araignées, des colibris, des serpents et bien sûr des lapins. Par contre, d'autres n'y ont jamais eu d'existence réelle : l'éléphant, le lion ou le tigre ne vivent qu'en Afrique ou en Asie, et le singe a été exterminé aux Antilles il y a bien longtemps.
    Les contes à personnages humains et surnaturels sont souvent des histoires romanesques, des contes d'amour, ou des contes d'inspiration morale et religieuse. Ces contes nous emmènent dans un monde où peuvent s'entremêler la fiction et le quotidien, et où la faiblesse, associée à l'esprit d'initiative et à l'intelligence, se trouve opposée à la force cruelle : dans ces histoires, le Grand Diable, la Diablesse, le Monstre symbolisent la force mauvaise, alors que des fillettes, Cécène, Ti-Choute ou Petite Marie représentent la faiblesse, l'innocence, mais aussi la pureté.
    Pour lutter contre les forces du mal, intervient généralement un jeune garçon, pas très costaud mais très futé, comme par exemple Ti Jean.

empty