Férial

  • Situé à trois quart d'heure de marche du village d'Akunnaaq, au Groenland, le Manguier, ancien remorqueur transformé en navire d'expéditions, se laisse prendre volontairement par la banquise. Dans la baie, une trentaine de maisons colorent le village parmi cette vaste étendue blanche où plusieurs hameaux ne sont plus que des lieux fantômes. Appareil photo visé au poignet, la photographe Férial a vécu un temps sur le navire, aimantée par la beauté polaire et la culture inuite.
    Elle y a découvert ce monde gelé, faussement inhabité par une faune discrète. Au-delà de l'esthétique de ses clichés, des réflexions poétiques et engagées sur ce territoire, elle en a ramené un véritable cri du coeur face au dérèglement climatique. "Nuna" , la terre des hommes, n'appartient pas aux hommes ? ; elle leur est seulement prêtée. Face à l'urgence de conserver toute cette beauté, le moment est donc venu de mettre en oeuvre notre propre passage à l'âge adulte et se souvenir que l'avenir se contruit aujourd'hui.

  • No more, nos morts

    Férial

    « Les premiers matins de l'année ont éclos comme une fleur d'hiver qui s'offre aux rayons d'or. Promesses d'une nouvelle ère, au diable la misère.
    2015 s'est ouvert à nous comme on tend les bras à toutes les premières fois. Allégresses, fougues et plaisirs de soies. Premier jour de janvier, il a neigé et je me suis entendue rêver. Et puis il y a eu ce matin pas comme les autres. Il nous a réveillés avec stupeur, nous a éclaboussés avec horreur. Un matin, au moment où l'on se lève, voir le jour et tomber au bruit sourd. Lundi 7 janvier et tout bascule, matin blafard où tout se bouscule. Les idées, bien sûr, les images, violentes des morsures. De l'âme, du corps, des étendards, de la mort. [...] Panser les plaies de nos dettes, classer nos certitudes obsolètes. J'ai essayé de poser mon regard avec délicatesse. Vos émotions étaient miennes.
    La solidarité, l'esprit de corps pour l'éternité. Nous ne savons pas de quoi sera fait notre avenir. Nous voulons l'imaginer meilleur, fraternel, humaniste. Nous allons y croire coûte que coûte, en connaissance de cause mais le mépris en prose.
    Mes amis, mes soeurs, mes frères, peuples de France et du monde, la vie est ici, ensemble. Haut les coeurs ! » Férial.

  • Portraitiste, mais aussi photographe paysagiste de la ville, Férial nous transporte dans un univers multiculturel à l'aune de son histoire de vie : « L'exil, la nostalgie, substances ex-traites du passé, ont donné naissance à l'élixir de ma mélan-colie et c'est de ce parfum qu'émanent aujourd'hui les êtres de mes photographies. Mon oeil observateur et nostalgique donnera peu à peu le jour à une fervente volonté d'identité et un goût démesuré pour l'équité. Viendront ensuite mes inspi-rations de jeunesse que je puise dans le monde de la contre-culture américaine à travers les musiques de Patti Smith, les écrits de Kerouac ou les poètes beat. » Son oeuvre affirme un réalisme violent, pourtant adouci par un regard altruiste. Photographe sociale engagée ou simple femme à fleur de peau ? Dans cet ouvrage entre noir et blanc et couleurs distillées, l'étonnante photographe Férial nous propose sa vision de l'humanité, soulignant dans un même cliché misère et grandeur d'âme, pour puiser dans les regards une force d'une étrange beauté.

    Sur commande
  • « Pourquoi révéler un secret de famille : la vérité sur l'assassinat de mon arrière-grand-père peu après les massacres coloniaux de Setif, Guelma et Kherrata du 8 mai 1945 ? Le livre plonge dans l'intimité de ce seigneur de « Grande Tente », héritier d'une dynastie du sud algérien, ami de Winston Churchill, du roi Mohammed V du Maroc et du Maréchal Lyautey, à la fois homme du passé et homme du futur, qui affrontait son époque avec une remarquable dignité. Je suis convaincue que tout le monde est préparé pour recevoir cette vérité en France comme en Algérie ».
    Au-delà des liens personnels qui existent entre cette histoire et le combat de l'auteure, ce récit biographique entremêle plusieurs époques. Il offre une immersion dans l'atmosphère singulière de Biskra, « reine des Ziban », une oasis longtemps prisée par les grands de ce monde. Il éclaire aussi des pans occultés de la destinée des grands chefs sahariens, une réalité longtemps censurée par les gouvernements tant français qu'algérien.
     

    Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande

  • Dieses Buch setzt sich mit den afghanischen Gesetzen versus Rechtsanwendungspraxis wissenschaftlich auseinander, mit besonderem Blick auf die Zielgruppe der Frauen und Mädchen. Hierfür untersucht die Autorin die afghanische Verfassung, die Scharia, internationale Menschenrechtsabkommen und das afghanische Jugendstrafrecht. Sie überprüft, inwiefern diese Regelungen konträr zur afghanischen Rechtsanwendungspraxis sind und worin die Unterdrückung von Frauen und Mädchen begründet ist. Für die Untersuchung der Rechtsanwendungspraxis greift die Autorin unter anderem auf Ergebnisse der eigenen Feldforschung in Afghanistan zurück.

  • Aël

    Anne Fériale

    Aël est fils du Ciel. Il a pour soeur La Nuit et pour frères Le Soir et Torrent. Petit garçon vif et insouciant, il n´a qu´une idée en tête: jouer. Pourtant, il lui tarde déjà d´être grand et de tout savoir. Mais il lui faudrait alors abandonner le monde des jeux et des rêves pour devenir raisonnable... et puis surtout travailler. Et ça, Aël ne le veut pas! En attendant, il découvre l´univers avec son regard d´enfant, naïf et juste, et fait la connaissance d´une tortue de mer, de nuages, du Temps, d´Orion... Mais patience, il est encore petit et il lui reste tant à apprendre avant de pouvoir s´occuper de ces mondes qui bientôt seront les siens. Ce conte philosophique à l´univers fantaisiste nous entraîne à la suite des aventures d´Aël. Avec lui, nous faisons l´apprentissage de la sagesse des adultes mais aussi et surtout de celle des enfants: il nous rappelle à quel point le monde des grands peut parfois sembler absurde et l´importance que revêtent les jeux et l´imagination. Car c´est grâce à l´imaginaire et à la poésie de ce récit que l´auteur réussit à restituer toute la vérité de la réalité.

  • La comtesse de...

    Anne Fériale

    • Amalthee
    • 11 Février 2011

    Une femme vers la fin de sa vie raconte une histoire d'amour qui se déroula dans le cadre d'un domaine seigneurial de l'Île-de-France entre 1920 et 1939.
    D'une rencontre de hasard dans un bar particulier naît un amour sensuel envers une autre femme, qui s'inscrit dans une relation maternelle et filiale symbolique.

    De courts récits par aplats dessinent la maturation de la personnalité de la narratrice. Histoire banale, roman intimiste, texte décrivant la réalité dérangeante d'un inceste féminin symbolique, qui sait ?... La description terminale renvoie de l'intériorité d'une femme à celle de tout être humain.

  • Sur commande
empty