Mathilde Chèvre

  • «Qu'est-ce qu'on mange ?», crie Zoé, «De la soupe», répond Maman. Zoé n'aime pas la soupe, elle préfère les repas de la cantine, Maman se lasse et envoie sa petite fille jouer en attendant le dîner. «Trés bien, dit Zoé, je pars vivre pour toujours dans les cabinets !» Là, la tapisserie absorbe Zoé et des oies apparaissent qui la suivent et l'emportent pour finalement, la cuire. Quand Papa vient frapper à la porte des cabinets, Zoé range un à un les jouets qui peuplaient le monde de la tapisserie.

  • Sur les toits du Caire rêve un balayeur de poussière. Il habite une maison toute petite mais très jolie, perchée au milieu des antennes de télévision et des bruits de klaxons.
    Au fil de sa journée, le balayeur ramasse des papiers parmi les tas de poussière, puis la nuit venue, il les lit sans savoir lire et les relit. Jusqu'au jour où il rencontre Louisa et devient... son conteur.

  • La lettre d'amour est l'histoire d'une quête amoureuse dans de grands paysages peints au pastel gras. Page après page, Zayn collecte sa lettre d'amour qu'il agrémentera de trois petits caillloux, de feuilles d'arbre, quelques fleurs. C'est l'histoire bucolique d'une cueillette méthodique et amoureuse.
    Le livre est bilingue en français et en arabe, il se lit à double sens, la lecture dans les deux langues se croise au centre de l'ouvrage. Ainsi un sens de lecture ne prévaut pas sur l'autre. Le livre a deux couvertures, l'une en français, l'autre en arabe. Les illustrations, de grands arbres peints à différentes saisons, servent de support aux deux langues.
    La lettre n'est pas adressée, chacun peut y retrouver son amour.

    Sur commande
  • «Tu iras chercher le pain», dit Maman, «Je joue», répond Zoé qui malgré ses plaintes, prend finalement son vélo et part chercher le pain. Sur le chemin, des monstres aux yeux fermés et très doux l'attendent. Ce sont eux, sans doute, qui mangeront la moitié de son pain sur le chemin du retour.

    Sur commande
  • Le baiser

    Mathilde Chèvre

    "De Mane à Marseille, le père Albert se lance dans un long périple. Maintes fois, il croit reconnaître son poisson rouge, mais c'est toujours un leurre. Feuille d'automne, pomme rouge, bonbon cerise ou soleil couchant, le père Albert en perd la boule et son errance dure, longtemps, jusqu'à ce qu'il se résolve à entamer le chemin du retour.
    Tandis que l'illustration représente ce qui est imaginé par le père Albert, le texte joue sur les mots et se moque de ses hallucinations successives.
    L'histoire est bilingue en français et en arabe. Lorsque le père Albert renonce à sa quête chimérique, l'album change de sens de lecture : l'aller du voyage se lit dans le sens français et le retour dans le sens arabe, d'autant qu'à l'arrivée, à l'entrée du village, une surprise... renversante attend le père Albert. "

    Sur commande
  • "Léa flottait est l'histoire d'une petite fille puis d'une jeune femme, légèrement différente. Les thèmes du regard des autres, de la conscience et de l'acceptation de soi sont abordés de façon métaphorique et poétique.
    Le livre est bilingue en français et en arabe, il se lit à double sens. Les dessins au pastel sec accompagnent le voyage de Léa mais ne l'illustrent pas : des paysages se succèdent, extraits de champs, forêts, fenêtres. Les images vues par les yeux de Léa invitent le lecteur à partager son regard sur le monde. "

  • La maison de sabah

    Mathilde Chèvre

    • Grandir
    • 10 Juillet 2008
    Sur commande
  • Egypte

    Mathilde Chèvre

    • Grandir
    • 8 Juillet 2006
    Sur commande
  • Tarek court après sa roue, c'est son jeu préféré. Un jour pourtant, la roue prend la tangente et s'enfuit dans la pente. Tarek parcourt la grande ville à la recherche de sa roue. Maintes fois il croit la voir, suspendue à l'étal d'un vendeur de pneus, transformée en baignoire par deux gamines espiègles, volée par un chauffeur de taxi...

  • Sur commande
  • Le chant du berger est un poème bilingue en français et en arabe, profondément inspiré et imprégné des codes et des images de la poésie arabe du désert. Il décrit la journée d'un berger au cours de laquelle rien ne se passe, aucun événement, seul le temps continu d'une journée qui s'égraine et d'un enfant berger dont le corps se confond avec les éléments.
    Les illustrations préexistent au texte. Le poème a été inspiré par les dessins, puis traduit en arabe. Le livre se lit à double sens, le début de l'un est la fin de l'autre. La traduction en arabe veille à conserver les images initialement présentes dans le texte, tout en recherchant une musicalité et un respect des codes de la métrique arabe. Les illustrations sont inspirées des paysages de la région volcanique du Sud de la Syrie, aux paysages arides mêlant les roches noires et chaotiques, les oliviers et la terre rouge brique d'argile.

  • Les aventures de Zoë sont de petites aventures de tous les jours :
    Zoë va acheter du pain au village, Zoë n'aime pas la soupe, ni la pluie, Zoë boude toute seule sur le rocher au dessus de sa maison.
    Mais chaque histoire bascule et quitte la réalité. À ce momentlà, le livre se retourne et se lit dans l'autre sens, le style de dessin change : on plonge dans le monde de Zoë, réel, rêvé ou fantasmé.
    Toutes les histoires de la série sont construites sur le même renversement narratif avant de revenir, à l'extrême fin, à la réalité. Ainsi ces petits livres invitent-ils à créer un rituel, une lecture à double sens qui retourne le livre comme la narration retourne l'histoire, entre rêve et réalité. Cette oscillation est comme le jeu des enfants qui soudain bascule d'un monde à l'autre, et puis revient.
    L'arbre relate la découverte de Zoë le jour où elle plante un arbre... Nul ne sait si elle dort, si elle rêve ou si elle vit.

  • Dans Chat perché entre amis, Zoë part dans de nouvelles aventures, l'histoire est liée à l'école, le jeu et à la difficulté de trouver une place parmi les autres.

  • Les Aventures de Zoë sont des aventures de tous les jours : Zoë va acheter du pain au village (Le Pain, 2016), Zoë n'aime pas la soupe (La Soupe, 2016), Zoë boude seule sur son rocher et la nuit l'envahit de monstres (La Nuit, 2017), Zoë a horreur de la pluie (La Pluie, 2017).
    Mais chaque histoire bascule et quitte la réalité quand Zoë se fâche, Zoë s'endort, Zoë a peur... L'aventure quitte le monde de tous les jours pour plonger dans le monde de Zoë. Les Aventures de Zoë sont de petits livres, 10 x 10 cm, faciles à manipuler et à retourner par les petites mains. Ces petits livres invitent-ils à créer un rituel, une lecture à double sens qui retourne le livre comme la narration retourne l'histoire, entre rêve et réalité. L'oscillation fait écho au jeu des enfants, qui soudain basculent d'un monde à l'autre et puis reviennent dans la réalité. Dans La Nuit, Zoë part bouder sur son rocher. Et dans le brouillard montant apparaissent les dragons vaporeux. S'ensuit une course poursuite jusqu'à la tombée de la nuit où, toujours assise sur son rocher, Zoë constate qu'il faut rentrer. Nul ne sait si les dragons ont vraiment existé.

    Sur commande
  • « Le jeudi, de grand matin, Raymond se lève avec entrain. La météo terminée, Raymond se fait beau. Il se peigne, met le parfum, et sur la tête, son chapeau brun. Le jeudi à 9 heures 15, le beau Raymond part à vélo... » « Une ville ancienne, enracinée face à la mer. Beyrouth était ainsi. Bombotiono tournoyait au dessus de nos toits, il poussait un cri à vous déchirer la poitrine, tu ne te souviens pas ?
    - Une mouche ? Un générateur d'électricité ? De quoi parles-tu ? »

    Sur commande
empty