Ryokan

  • ô pruniers en fleur

    Ryokan

    « Ô pruniers en fleur,Soyez pour mon vieux coeur la consolation !Mes amis d'ancienne dateà présent m'étant ravis. »Célébration de la nature et des saisons, ce petit recueil, extrait de La Rosée d'un lotus, réunit 97 des plus beaux poèmes du maître japonais.

  • Moine-zen de formation, mais surtout ermite et poète, Ryôkan (1758-1831) n'a jamais publié ni fait publier ses oeuvres littéraires. Il les mettait néanmoins au net dans ce qui constitue ses manuscrits autographes, tel celui dont le présent livre respecte l'ordonnance. Ainsi, n'étant pas une anthologie, il ne cache pas les rigueurs et les rudesses philosophiques d'un personnage souvent plus strict que bon enfant, aussi à l'aise dans la satire que dans la sympathie, qui veille à garder ses distances, d'abord vis-à-vis de lui-même. Ce qui frappe, à la lecture de ces poèmes, c'est son naturel et sa sincérité. Et cependant les vers de Ryôkan renferment, dans la  uidité des images et des rythmes, l'essentiel d'un traité de bouddhisme et de vie qu'il aurait jugé trop rigide et qu'il n'était donc pas disposé à écrire, se voulant avant tout vivant et détaché, alternant retraites et pérégrinations, quitte à s'octroyer, de temps à autre, le plaisir des rencontres amicales et des franches rigolades. Le détachement bien compris, loin d'empêcher l'existence, l'enrichit en combinant le trop fameux savoir lâcher prise et le trop méconnu savoir être en prise... Ryôkan se garde bien de tomber dans une pratique formaliste, routinière ou moutonnière, car son zen a pour garde-fous sensibilité, solitude, sociabilité, solidarité, sagesse, satire, spontanéité. Cultivant la lucidité bouddhique jusqu'à critiquer ce que le Zen a d'institutionnalisé ou de discutable, il choisit d'être un maître de zen sans disciple, lui qui reconnaît ses propres limites. Il accède ainsi à la lucidité, goûtant alors des moments d'euphorie ou de simple contemplation. Même indépendamment de la pensée « bouddhique », ces poèmes résonnent en nous plus que jamais, malgré le vacarme et le tumulte environnants.

    Sur commande
  • Parallèlement à la publication d'un recueil majeur de Ryôkan, Alain-Louis Colas regroupe dans le présent petit livre des écrits assez divers mais qui tous éclairent la personnalité si attachante du célèbre ermite et poète japonais.
    De Ryôkan lui-même, tout d'abord: quatre listes d'«avertissements»ou conseils : ceux de la première liste concernent les mésusages de la parole, et pourraient aussi bien être compris comme des objurgations que le maître s'adresse à lui-même, mais les autres semblent être le résultat de «commandes » qu'on lui a faites et dont il s'aquitte avec plus ou moins de bonne grâce mais non sans humour. Ils sont tour à tour adressés spéci quement à «une future jeune mariée», à un jeune homme, à un jeune marchand...
    Mais le meilleur témoignage de l'humour, des qualités humaines et du talent de Ryôkan, le lecteur le découvrira dans les souvenirs de Kera Yoshishige,  ls d'un ami et protecteur de Ryôkan, et qui l'avait donc fréquenté dans son enfance. Kera n'est pas un écrivain mais un simple fonctionnaire de village, et cependant les «histoires très curieuses» dont il se souvient - une soixantaine de minuscules choses vues ou entendues et enregistrées par le très jeune garçon mais consignées bien plus tard - restituent à merveille «le grand caractère de Ryôkan l'indépendant, mais également sa sensibilité discrète à la fois délicate et chaleureuse».
    D'autres textes et documents parachèvent le portrait: l'Ode écrite par Ryôkan pour plaindre la triste destinée échue à l'un de ses camarades d'enfance et un extrait de La Parole amène de Dôgen que le maître avait lui-même recopié avec respect.

  • Les 99 haikus de ryokan

    Ryokan

    • Verdier
    • 1 Mars 1990

    Le haïku, " sorte de balafre légère tracée dans le temps ", comme dit roland barthes, réussit à exprimer en peu de mots ce que l'encre suscite en quelques traits de pinceau dans la calligraphie ou la peinture : un moment privilégié, un instant de lumière, un éveil.
    L'un et l'autre naissent d'un même souffle, d'un même élan, au terme d'un intense recueillement. tenu au bout des doigts, le pinceau, gorgé d'encre, est suspendu verticalement au-dessus du papier puis, d'un seul mouvement, il trace un signe noir qui s'inscrit avec la force de l'évidence sur la surface blanche : un mot, un kaki, un héron.

    Sur commande
  • Portrait, illustré par ses poèmes, du poète Ryokan (1758-1831), moine zen itinérant puis ermite dans son ermitage au toit de chaume.

  • Pays natal

    Ryokan

    Ryokan (1758-1831), poète et moine zen. "Un homme oisif à une époque de paix" comme il se définissait. Il vécut une grande partie de sa vie dans l'ermitage Gogo an, au sommet du mont Kugami, au bord de la mer du Japon. Le rencontrer c'est, disait-on, "comme si le printemps arrivait par une journée d'hiver obscure".

  • Ryokan (1758-1831), poète et moine zen. "Un homme oisif à une époque de paix" comme il se définissait. Il vécut une grande partie de sa vie dans l'ermitage Gogo an, au sommet du mont Kugami, au bord de la mer du Japon. Le rencontrer c'est, disait-on, "comme si le printemps arrivait par une journée d'hiver obscure".

    Sur commande
  • Contes zen ryokan

    Ryokan

    Ryôkan n'a pas laissé de notes précises sur les événements de sa vie mais a légué, à travers des textes poétiques et son admirable calligraphie, un trésor de sagesse infinie.

    Sur le ton du conte, le lecteur trouvera dans ces pages des anecdotes qui lui permettront de rencontrer ce personnage exceptionnel inscrit dans la mémoire du peuple japonais comme " le moine qui jouait à la balle avec les enfants ".
    A l'écart du monde, dans son ermitage de Gogoan, Ryôkan s'est tenu en silence.
    Aujourd'hui pourtant, l'écho harmonieux de son existence touche chacun de ceux qui l'entendent. En suivant avec candeur et sincérité la voie du dépouillement et de l'effacement de soi, Ryôkan a incarné le Zen le plus pur.

  • Quatrième de couverture Moine zen et poète, peu connu de son temps, mais aujourd'hui très populaire au Japon, Ryôkan (1758-1831) ne se soucia jamais de faire « une oeuvre ». Le premier recueil d'une partie de ses poésies fut constitué, après sa disparition, par une jeune et jolie moniale du nom de Teishin, qui avait eu le privilège de le connaître, de l'aimer, d'être aimée de lui. De cet exemple, assez romanesque, d'amitié amoureuse entre religieux, reste le témoignage qu'ils ont eux-mêmes osé en laisser, sous la forme de courtes poésies, souvent émouvantes, subtiles ou amusantes.
    Ce volume contient le texte et la traduction, annotée, de Hachisu no tsuyu (La Rosée d'un lotus), recueil posthume (1835) comprenant des Poésies de Ryôkan choisies par Teishin et les Poésies échangées par Ryôkan et Teishin.

  • Le chemin vide

    Ryokan/Sable

    • Dervy
    • 28 Mars 2003

    Ryokan est très connu et très aimé au Japon.
    Il est une sorte de Saint François d'Assise bouddhiste auquel on attribue de nombreuses anecdotes plus ou moins légendaires montrant sa grande compassion, sa bonté, son humilité et son détachement. Mais c'était aussi un des plus grands maîtres zen, un authentique " homme de la voie " qui incarnait les enseignements les plus purs de cette école bouddhiste. Il fut, enfin, un remarquable poète et calligraphe qui écrivit plus de 2 800 poèmes en chinois et en japonais.
    Ce petit ouvrage raconte la vie pleine de ferveur, d'innocence et de joie de Ryokan et offre un choix de ses plus beaux poèmes.

    Sur commande
  • Haikus lus par Dani

    , , , ,

    lu par Dani

    Le haiku, poème traditionnel japonais, "sorte de balafre légère tracée dans le temps", comme dit Roland Barthes, réussit à exprimer en peu de mots ce que l'encre suscite en quelques traits de pinceau dans la calligraphie ou la peinture : un moment privilégié, un instant de lumière, un éveil. L'un et l'autre naissent d'un même souffle, d'un même élan, au terme d'un intense recueillement. Cette prosodie singulière de l'impair remonte à la nuit des temps et chaque poème ainsi libellé par de véritables artistes issus d'écoles du genre, évoque un événement insignifiant au premier chef mais cependant témoin d'une harmonie délicate et fugitive des instants de la vie quotidienne. Ainsi en dévoilent-ils l'importance par d'intimes leçons d'espoir, de bonheur, de plaisir ou de résignation. Frémeaux & Associés propose une adaptation sonore des haikus associée aux ambiances naturelles du Japon enregistrés par l'ornithologue-audio naturaliste Olivier Prou. Ce coffret présente les oeuvres de Basho, Buson, Issa, Ryo kan et Shiki, grands maîtres du haiku au travers des temps, et traduits par Joan Titus-Carmel. Dani met ici tout son talent au service de cette prosodie et sa voix chaude nous permet d'entrer dans cette poésie empreinte d'esprit zen." Claude COLOMBINI-FRÉMEAUX

empty