Henri Dès

  • Le train fantôme

    Henri Dès

    Gérard Lo Monaco, célèbre créateur de livres pop-up, s'associe une nouvelle fois à Henri Dès, LE chanteur pour enfants par excellence.
    Ensemble, ils nous embarquent à bord du mythique train fantôme, attraction incontournable des parcs à thèmes qui font le bonheur de tous les enfants.
    Sorcières, diablotins, squelettes, château hanté... dans un style désuet inspiré de l'Europe de l'Est des années 50, ce livre en relief subtil et rétro à souhait, met en plus en scène deux petits personnages aussi froussards qu'attachants !
    Au total, 5 scènes animées, soulignées d'un cartouche d'histoire et 11 pages avec les paroles des chansons.
    Sur le CD, les 11 chansons de cette aventure ensorcelée et leurs versions instrumentales.
    Frissons garantis !

  • Ce que l'on préfère à Noël, n'est-ce pas sa préparation ? La magie ne pointe-t-elle pas le bout de son nez avec les premiers chants ? Lorsque chacun s'attelle à parer de lumières et de guirlandes rues et maisons pour leur donner un air de fête ? Quand les enfants trépignent d'impatience et mettent la main à la pâte (feuilletée, à sel, à modeler) ?
    Avec ce livre-CD, toute la famille peut patienter jusqu'au grand soir et chanter les traditionnels Petit papa Noël, Vive le vent, Le petit renne au nez rouge avec Henri Dès, rêver avec les illustrations modernes et poétiques, et décorer la maison grâce à l'activité de loisirs-créatifs en fin de livre !

  • les six plus belles berceuses d'henri dès à écouter dans son petit lit douillet avant de s'endormir.
    attention, le marchand de sable va passer !

  • Chansons en bd

    Henri Dès

    • Delcourt
    • 12 Septembre 2007

    Douze auteurs réinterprètent les plus belles chansons d'Henri Dès : Chanson pour mon chien (A. Nesme), L'Ogre (B. Guilloteau), Une marguerite (M. Fouchier), Drôle de ptit jus (L. Cagniat), La Petite Charlotte (N. Debon), Quand j'étais bébé petit (Ph. Larbier), Les Loups (J-L. Loyer), Un Éléphant (Turf), Le Petit Chemin (C. Chicault), Ma forêt (Th. Coppée), Papa va pas vouloir (Y. Dégruel), Le Petit Zinzin (Th. Murat) et en supplément une planche de Zep !

    Sur commande
  • Anna est une petite fille gentille, très gentille, et obéissante, très obéissante. Jamais ronchon, jamais fâchée. Une crème de petite fille ! Et pourtant, ce jour-là, ficelée à un arbre par ses deux frères, elle s'énerve :« ÇA SUFFIT COMME ÇA ! A partir de maintenant, c'est MOI, le chef ! » Victor et Martin n'ont plus qu'à bien se tenir

  • En quelques lignes, une nouvelle, une lettre, un article, Henry de Monfreid a le don de nous faire entrer dans la liberté et la poésie de la vie. Mais cet écrivain aventurier, comme on l'appelle souvent, nous a laissé bien plus que cela. Dans ses archives, il avait caché un trésor, puzzle de son « testament spirituel », aujourd'hui reconstitué. À travers une interview, un questionnaire (de Proust), ou de multiples textes inédits, il nous parle de lui et de la vie vraie. Celle qui ne s'encombre pas des conventions. Et dans la plus pure tradition des conteurs du soir, il nous donne envie de vivre. Vivre libre.

  • Non-dit

    ,

    Depuis plus de trente ans maintenant, Michel Onfray a donné des centaines d'entretiens dans la presse écrite ou les medias audiovisuels. La plupart du temps, les journalistes qui l'interrogent lui demandent de commenter l'actualité ou de résumer ce qu'il a déjà écrit dans le livre pour lequel il est invité.
    Fort de sa connaissance du corpus des oeuvres du philosophe, Henri de Monvallier, qui a dirigé son Cahier de L'Herne en 2019, lui propose ici un exercice différent : à travers une série d'entretiens amicaux, dire ce qu'il n'a pas écrit sans lien direct avec l'actualité, de sa méthode de travail aux projets à venir en passant par les angles morts de la Contre-histoire de la philosophie et son rapport à la poésie.

  • Les Dimanches d'un bourgeois de Paris est une longue nouvelle, ou mieux encore un petit roman-feuilleton, qui met en scène un personnage comique car ridicule : un petit-bourgeois, employé de ministère (comme Maupassant), vieux garçon. Stéréotype du conformisme et de la bêtise, il pense comme ses collègues et s'offusque des opinions radicales. Se condamnant lui-même à la solitude et à une vie sans ambition, il a pour seule échappée la lecture de romans d'aventures. Que fait un bourgeois le dimanche, quand il ne travaille pas ? Il s'ennuie. Notre héros décide donc, sur les conseils de son médecin, de partir s'aérer à la campagne, autour de Paris. Ce sera pour lui une véritable expédition. Tous les dimanches, il va vivre des aventures, ou plutôt des mésaventures, où il se retrouvera le dindon de la farce : il se fait avoir par une femme qui s'avère être une prostituée ; il se saoule avec un pécheur alcoolique martyrisé par sa femme... Chaque sortie dominicale le renforce dans sa solitude et dans son ridicule. Maupassant compose un anti-roman d'aventures et un anti-récit de voyage, aussi drôle que Bouvard et Pécuchet.

  • Avec ses puces sonores musicales, ce recueil est unique. Sur chaque page, l'enfant recherche dans l'illustration le petit bouton qui déclenchera la musique. Ce sont les « tubes » d'Henri Dès que l'on retrouve au fil des pages : « Mon gros loup, mon petit loup » ; « Au marché » ; « Un moineau sur ton dos » ; « Dodo » ; « On ne verra jamais » ; « L'escargot ». Les illustrations joyeuses de Marc Boutavant viennent enrichir cet album plein de gaîté et d'entrain.

    Un livre sonore pour chanter avec Henri Dès.

  • Les sept péchés capitaux, ce ne n'est pas seulement de la théologie, c'est aussi de la littérature. Il fallait Louis-Henri de la Rochefoucauld, l'auteur du Club des vieux garçons, pour nous raconter la tragi-comédie de la mesquinerie.

    «De la même façon qu'il y a un bon et un mauvais cholestérol, n'y a-t-il pas une mauvaise et une bonne avarice ? Contre la mondialisation heureuse à laquelle personne ne croit plus, il y a une radinerie vertueuse. Ne me déplaçant qu'en France, je ne prenais quasiment pas l'avion. Je gardais les mêmes mocassins des années. Je ne jetais rien. Je recyclais au maximum. Je polluais peu la planète.
    Mon avarice était écologique.
    J'étais un Harpagon bio !»

  • Comme Roméo et Juliette, Paul et Virginie sont le symbole de la jeunesse et de l'amour parfait. Leurs mères, rejetées par la société, se sont réfugiées dans l'île de France, aujourd'hui l'île Maurice, et élèvent ensemble leurs enfants. Paul et Virginie se sont baignés dans la même eau, nourris des mêmes fruits. Ils s'aimaient en frère et soeur jusqu'à ce qu'ils grandissent, s'aiment autrement et soient séparés. L'effondrement de leur bonheur au bord de l'eau, à l'ombre des bananiers et des citronniers en fleur, a ému chaque génération depuis 1787. Après Rousseau, Bernardin de Saint-Pierre redit la nostalgie du paradis perdu, le scandale du mal en réponse au bien, la perversion de l'homme naturel par la société. Paul était la générosité, Virginie la vertu. Pourquoi l'océan les a-t-il arrachés l'un à l'autre ?

    Edition présentée et commentée par Jean-Michel Racault.

  • Deux cabanes à flanc de montagne perchées sur le rivage de l'île de France, actuelle île Maurice : c'est là que Paul et Virginie sont élevés comme frère et soeur. Leurs mères, mises à l'écart de la société, y ont trouvé refuge. Depuis, ils vivent le plus simplement du monde, en harmonie avec la nature.
    Mais le paradis exotique est bientôt perdu : alors que Virginie sent grandir son amour pour Paul, elle est contrainte de regagner la métropole. Le retour à la civilisation fait naître le doute et menace leur idylle...
    Conte moral doublé d'une réflexion sur les origines, Paul et Virginie connut un grand succès au XVIIIe siècle et inspira les romantiques.

  • C'était le bon temps, où une gifle pouvait régler tous les problèmes de comportements, d''autorités voire même d'affection. Fut un temps où la fessée était la meilleure façon d'élever ses enfants, où les règles métalliques avaient un succès fou dans les classes de notre belle éducation nationale. La collection « Les 7 péchés capitaux » caresse à rebrousse-poil le politiquement correct de notre société, et met en scène toutes sortes de perversions ou décadence sur un ton à l'humour noir grinçant.

  • C'est pendant la guerre, avec la création de La Reine morte, que Montherlant, célèbre depuis une vingtaine d'années déjà pour ses romans et ses essais, se fait connaître sur la scène française. Persuadé que la tragédie est l'une des clefs pour déchiffrer l'énigme des agissements humains et des rapports entre les êtres, Montherlant ressuscite avec La Reine morte la grande tragédie, mêlant conflits politiques et affrontements familiaux, dressant pour l'éternité dans une lutte à mort le fils contre le père. On connaît l'argument : un roi, très malade, fait tuer la femme, Dona Inès, que son fils Don Pedro a épousée secrètement. Il meurt devant le cadavre de «la reine morte».

  • Léonard de Vinci, pionnier de l'anatomie Nouv.

    Anatomie comparée, biomécanique, bionique et physiognomonie.

    Loin des regards, Léonard éclaire le corps d'un Homme grâce à la lampe à huit faces qu'il a conçue. Il l'ouvre et le dissèque en scrutant le moindre détail, puis remplit ses carnets. Le dessinateur virtuose décrit tout : le squelette, les muscles, les articulations, les viscères, les veines, les nerfs. En ingénieur, il s'interroge sur leur arrangement, sur la ou les fonctions de tels organes. Et, lorsque Ludovic Sforza lui demande une sculpture équestre monumentale, il dissèque un cheval et multiplie les dessins des coupes et des profils, cherchant dans la nature des solutions au défi technique. Léonard est un chercheur de génie, un pionnier de l'anatomie, un précurseur de la bionique.
    Deux cents planches nous sont connues, qui mêlent notations et dessins, croquis. À l'exception de quelques figures célèbres de l'histoire de l'art, ce corpus « anatomique » reste encore peu étudié.
    Dans cet ouvrage, ceux qui connaissent le mieux les corps, les paléontologues, les anthropologues, les biologistes, les médecins, les chirurgiens, reviennent sur le sens de cette oeuvre, sur ses qualités. Ils relisent les dessins, de main ou de crâne par exemple, et les comparent à la science d'aujourd'hui, en recourant aux représentations les plus contemporaines (3D, IRM).
    Les vingt contributions en français ou en anglais, abondamment illustrées, sont issues d'un colloque tenu au Château Royal d'Amboise et au Clos Lucé pour le 500e anniversaire de la mort de Léonard de Vinci en 2019. Chacun des textes est suivi d'une série de questions-réponses permettant un accès plus aisé à certaines notions spécifiques.

  • Il était le dernier corsaire des temps modernes. Explorateur, contrebandier, figure de référence pour les aventuriers en devenir, Henry de Monfreid se raconte comme jamais dans cet ultime carnet de bord. Romanesque par ses voyages comme par sa personnalité, il revient sur ses exploits d'aventurier de la mer Rouge et d'ailleurs. Il évoque aussi son enfance, sa famille et le parcours qui l'a finalement fait céder à l'appel de l'aventure.

  • En se penchant un peu en arrière, il voyait, derrière le dos de solange, la jeune femme qui était assise à côté d'elle ; adossée dans son fauteuil, elle écoutait, bouche entrouverte et les yeux clos.
    Elle n'était pas jolie, mais costals la désirait : 1° parce qu'il trouvait convenable que, dans la même minute où il caressait pour la première fois une jeune personne, il en désirât une autre; 2° parce que, donnant l'apparence du sommeil, il était impossible qu'elle ne levât pas en lui la pensée d'abuser de ce sommeil; 3° parce qu'il lui semblait que, pour éprouver une telle extase d'un phénomène aussi insipide que cette musique, il fallait qu'elle fût détraquée ; or, il n'aimait que les filles saines et simples, comme solange, c'est pourquoi cela lui était agréable d'avoir envie d'une femme détraquée.

  • 15 chansons incontournables d'Henri Dès mises en partition pour piano !

  • C'est pendant la guerre, avec la création de La Reine morte, que Montherlant, célèbre depuis une vingtaine d'années déjà pour ses romans et ses essais, se fait connaître sur la scène française. Persuadé que la tragédie est l'une des clefs pour déchiffrer l'énigme des agissements humains et des rapports entre les êtres, Montherlant ressuscite avec La Reine morte la grande tragédie, mêlant conflits politiques et affrontements familiaux, dressant pour l'éternité dans une lutte à mort le fils contre le père. On connaît l'argument : un roi, très malade, fait tuer la femme, Dona Inès, que son fils Don Pedro a épousée secrètement. Il meurt devant le cadavre de « la reine morte ».

    Sur commande
  • Henry de monfreid arrive à trente-deux ans à djibouti oú il devient commerçant en cuirs et cafés.
    Cette existence le lasse vite, et il achète un boutre, engage deux matelots somalis, un mousse et se lance dans l'aventure. la pêche aux perles d'abord, puis surtout le commerce des armes. ce ne sont plus que bagarres, poursuites, chassés-croisés entre trafiquants et policiers de la mer, tempêtes, sur cette mer rouge qui retint henry de monfreid sa vie durant et qui fascinera tous les lecteurs de cette extraordinaire épopée.

  • Henri de Toulouse-Lautrec (dit Toulouse-Lautrec) est né le 24 novembre 1864 à Albi et mort le 9 septembre 1901, au château Malromé, à Saint-André-du-Bois.

    « Je voudrais vous parler un peu de ce que je fais, mais c'est tellement spécial, tellement hors la loi. » Principales collections en France :
    - Albi, musée Toulouse-Lautrec ;
    - Paris, musée d'Orsay.

    Événement :
    Toulouse-Lautrec : absolument moderne, Paris, Grand Palais, du 9 octobre 2019 au 27 janvier 2020.

empty