Jérôme Mulot

  • Jusqu'où est monté le King avant sa chute finale ? Spiderman ferait-il un circassien de talent ? À quoi ressemblera Paris en 2050 ? Lucky Luke ressemblerait-il toujours à un cow-boy s'il portait un tailleur trop serré ? Vous intéressez-vous à l'art contemporain, au sexe, aux états seconds, au droit des animaux, aux mutilations ?

    Dans la lignée de Panier de Singe (prix Révélation au FIBD 2007) et Safari Monseigneur, Les petits boloss est un recueil de travaux où l'on retrouve avec bonheur la créativité et l'humour cru de Florent Ruppert et Jérôme Mulot. Courses poursuites, séances photo, faux making-of de vraies performances, ils mettent en lumière la trivialité des situations les plus extraordinaires, et jouent de leurs personnages comme du dessin : anamorphoses, coloriage, jeu de société et phénakiscopes sont aussi au sommaire.

    Sortez votre boîte à outils, vous avez du travail !

  • Guy est un pirate, et de la pire (la vraie !) espèce : sans état d'âme, sans morale, sans couilles. Un obscur membre d'équipage, menteur comme il respire, ivrogne, voleur, paresseux. Loin des mythes littéraires ou des images de cinéma, Guy est un authentique gibier de potence, un horrible spécimen dont ne parlent pas les livres d'Histoire et qui s'approche pourtant davantage de la figure véridique du pirate que ses ersatz habituellement répandus dans la culture. Et Guy nous raconte son histoire, sa terrible et fastidieuse poésie entre bagarres, batailles et bitures, à courir les jupons, à rouler sous les tables et à trancher des cous.
    Yo ho, et une bouteille de rhum !

    Vous connaissez des pirates leur version hollywoodienne ou les épopées maritimes de Stevenson ? Oubliez ces images. Ruppert et Mulot, têtes de proue de la bande dessinée indépendante contemporaine, s'associent à leur pendant flamand Olivier Schrauwen pour tirer à boulets rouges sur les codes du genre. Ce récit psychédélique, haut en couleur et en dérision, réunit les plus grandes qualités plastiques et narratives de ces trois flibustiers du strip.

    Un trésor d'humour noir.

    1 autre édition :

  • Une réinterprétation moderne du mythe de la cambrioleuse féline popularisé par "Cat's Eyes" ou "La Main au collet d'Alfred Hitchcock".
    Alex et Carole sont deux cambrioleuses de haut vol, séduisantes et sans complexes, capables d'aller chercher n'importe quel tableau dans n'importe quel musée. À la recherche d'un chauffeur, elles rencontrent Sam, une championne de moto aux multiples talents. Le trio qui vient de naitre est appelé à entrer dans la légende...

    Quand l'étoile montante de la BD française s'associe à l'un des meilleurs duos de la BD indépendante pour réinventer les trois héroïnes les plus connues (et les plus sexy) de l'animation japonaise, le résultat ne peut que faire des étincelles.

  • Le grand retour des braqueuses les plus sexy de la bande dessinée ! On avait quitté les héroïnes de La Grande Odalisque, prix Landerneau 2012, en très mauvaise posture après le périlleux braquage du musée du Louvre. Pour qu'elles reprennent du service, il leur faudra cette fois une mission vraiment incroyable ! Les auteurs à succès Bastien Vivès (Polina, Last Man) et Ruppert & Mulot (La technique du périnée) redonnent vie avec un plaisir évident à cet univers de fantasmes, moderne et terriblement drôle, aux allures de joyeuse série B.

  • Le premier livre de Ruppert & Mulot réédité ! Épuisé depuis plusieurs années, (re)découvrez Safari Monseigneur, délicieuse chronique de guerre coloniale qui mêle avec subtilité les ingrédients historico-politiques et cruauté ordinaire.
    Deux photojournalistes embarquent sur un bateau quelque part en Afrique au début du siècle dernier. Leurs rencontres avec les militaires, les prostitués, le capitaine (sourd et muet) agrémentent un reportage mordant dans lequel tout l'imaginaire colonial se déploie avec horreur, poésie et humour noir. Dans une préface nouvelle et indispensable, Ruppert et Mulot jettent un regard contemporain sur leurs premiers travaux et nous livrent enfin la définition de Safari Monseigneur.

  • Soirée d'un faune est un ballet dessiné contemporain en un acte sur la musique du Prélude à l'après-midi d'un faune de Claude Debussy, elle-même inspirée du poème de Stéphane Mallarmé L'Après-midi d'un faune. Debussy décrit ainsi son oeuvre : « La musique de ce Prélude est une illustration très libre du beau poème de Stéphane Mallarmé.
    Elle ne prétend nullement à une synthèse de celui-ci. Ce sont plutôt des décors successifs à travers lesquels se meuvent les désirs et les rêves d'un faune dans la chaleur de cet après-midi. Puis, las de poursuivre la fuite peureuse des nymphes et des naïades, il se laisse aller au soleil enivrant, rempli de songes enfin réalisés, de possession totale dans l'universelle nature. » Le ballet dessiné Soirée d'un faune se propose de dépeindre le moment qui suit cet après-midi, comme si le faune de Mallarmé avait continué sa journée en enjambant le cours des années et s'était retrouvé dans une soirée du XXIe siècle. L'oeuvre symphonique de Debussy compte 110 mesures, le poème de Mallarmé est lui-même composé de 110 alexandrins et le ballet présenté ici est interprété par 110 danseurs et danseuses. Florent Ruppert et Jérôme Mulot innovent une nouvelle fois en concevant ce ballet dessiné dans un format identique à celui d'une carte routière, offrant deux modes de lecture, par séquences au dépliage, en poster narratif le document déplié.

  • Ruppert et Mulot sont des inventeurs graphiques. Depuis leurs débuts à l'Association jusqu'à leurs récents succès dans la collection "Aire Libre" ? "La technique du périnée" ou encore "La grande odalisque" et "Olympia" en collaboration avec Bastien Vivès, en passant par leurs travaux plastiques et expositions diverses, les dessinateurs de ce binôme n'ont eu de cesse de réinventer, avec humour et légèreté, le langage de la bande dessinée.

    Initialement prépubliés dans le supplément "Culture & idées" du journal Le Monde, Les week-ends de Ruppert & Mulot sont leur nouvelle trouvaille narrative : des strips verticaux qui jouent sur l'espace et les habitudes de lecture, émaillés d'un ton absurde et d'un sens aigu du dialogue.

    Avec un format inédit dans la collection "Aire Libre", ces perles d'humour y trouvent pourtant très logiquement leur place, et ne donnent qu'une envie : passer tous nos week-ends avec Ruppert et Mulot !

    1 autre édition :

  • De l'éclosion du sentiment amoureux par écrans et applis interposés. JH a rencontré une fille via l'appli de rencontres OKCupid. Elle s'appelle Sarah, mais il n'en sait pas davantage. Régulièrement, ils se connectent sur Skype et se font jouir mutuellement. Leurs échanges, brefs et solitaires, finissent par obséder JH, qui essaie de convaincre Sarah de dîner avec lui. S'instaure alors entre eux un étrange jeu de séduction qui ne dit pas son nom, mais qui va amener JH à relever le défi sexuel - ou d'abstinence sexuelle - que lui lance Sarah. Une variation libertine et contemporaine sur le thème de la séduction et de l'éclosion du sentiment amoureux à l'heure de l'hyperconnexion.

  • Avec Famille royale, Ruppert et Mulot reviennent avec une histoire au substrat psycha-nalytique où Eros et Thanatos s'immiscent dans l'univers feutré des têtes couronnées.
    Une princesse danoise délaissée par son prince, profite de son passage à Paris pour consulter, avec son amant qui ne la délaisse pas moins, un célèbre sexologue. On ne tarde pas à découvrir que le sexologue et l'amant sont de mèche pour se faire offrir par la riche princesse, pistolet incrusté de diamants et autre canne en or sertie d'éme-raudes, autant d'accessoires ostentatoires et suggestifs qui donnent le ton de l'analyse entreprise par le couple. Mais bientôt l'irruption vaudevillesque du prince en pleine séance met brutalement fin à la thérapie. S'ensuivront prises d'otage, meurtres, kidnap-ping et se mêleront à cette histoire un bijoutier installé dans un théâtre qui veut faire régler ses factures, une jeune princesse aux pouvoirs étranges, une ribambelle de dan-seuses, tout cela sous la vigilance de la police secrète royale.
    Dans ce récit où le sexe et l'argent sont les ressorts d'une intrigue fantasmagorique, Ruppert et Mulot font de cette famille royale tenaillée par les conventions, des héros de la transgression. Tout est mise en scène, métaphore et symbole, et le lecteur goûtera aussi bien l'humour corrosif du duo que son sens des compositions qui lui est si caracté-ristique.

empty