Gaia

  • Désirée se rend régulièrement sur la tombe de son mari qui a eu le mauvais goût de mourir trop jeune. Bibliothécaire de métier, et citadine pragmatique, elle vit dans un appartement tout blanc, très tendance. Au cimetière, elle rencontre le mec de la tombe d'à côté, dont l'apparence l'agace autant que la tombe avec sa stèle tape-à-l'oeil.

    Depuis le décès de sa mère, Benny vit seul à la ferme familiale avec ses vingt-quatre vaches laitières. Il s'en sort comme il peut, de façon assez rustique, et grâce à une bonne dose d'humour et d'autodérision. Chaque fois qu'il la rencontre, il s'énerve contre la « Crevette » qui occupe le banc au cimetière avec lui, avec son bonnet de feutre et son petit carnet de poésie. Rien, a priori, ne rapproche ces deux-là, et pourtant, il suffira d'un sourire qui éclate simultanément sur leurs lèvres, pour qu'ils soient tous deux éblouis.

    C'est le début d'une histoire d'amour assez cocasse. Ils sont tout le contraire l'un de l'autre. Elle ne sait pas cuisiner, il lit tout au plus un livre par an. Elle veut aller à l'opéra, lui doit traire les vaches. Il traîne avec lui une odeur d'étable, elle vit dans un appartement aseptisé. Mais leur passion amoureuse est sans bornes.

    Roman d'amour drôle, tendre, à l'humour décapant, Le mec de la tombe d'à côté touche pourtant là où ça fait mal : ce fossé qui sépare les catégories sociales. On ne peut plus contemporain...

  • Le caveau de famille

    Katarina Mazetti

    • Gaia
    • 26 Février 2011

    Après l'immense succès du Mec de la tombe d'à côté, nous sommes des centaines de milliers de lecteurs à nous demander ce qu'il advient de Désirée, la bibliothécaire, et de Benny, le paysan.
    Elle dévore avec autant d'ardeur les livres et les produits bio, lui élève des vaches et n'imagine pas qu'on puisse lire « de son plein gré ». Pourtant, ils se sont promis trois essais pour avoir un enfant ensemble. Si cela ne donne rien, c'est terminé pour toujours. Et si ça marche. Comme le disait un critique littéraire suédois : « Le quotidien tue l'amour, la vie de famille l'enterre. » C'est gai. Bienvenue dans le caveau de famille ! Pétillant et jubilatoire.

    Sur commande
  • Ma vie de pingouin

    Katarina Mazetti

    • Gaia
    • 19 Mars 2015

    En croisière, Tomas et Wilma filent vers l'Antarctique.
    Lui a élu les icebergs comme lieu idéal pour mettre fin à ses jours. Elle reste d'un inébranlable optimisme malgré le secret qui assombrit sa vie.
    Sur le paquebot, on croise aussi une globe-trotteuse septuagénaire qui répertorie les similitudes entre humains et animaux. Elles ne manquent pas face à une brochette de voyageurs bigarrés venus se frotter aux épaulards tueurs, aux éléphants de mer mal élevés et à quelque quatre cent mille manchots royaux.
    Même au beau milieu des glaces, les coeurs en perdition se réchauffent au contact de cette plume malicieuse.
    Katarina Mazetti retrouve ici l'univers de la comédie qui lui va comme... une moufle !

    Sur commande
  • À  la question "Êtes-vous mariée?" l'auteure du «Mec de la tombe d'à côté» clame volontiers : "Je suis entre deux mariages..." Ces «Petites histoires» pleines de malice et de dérision vous le diront, on a toujours mille et une raisons de divorcer - ou de le regretter !

  • Sur une île du sud de la Suède, un Viking attend en vain le retour de son épouse. Elle a disparu du jour au lendemain, le laissant seul à la ferme avec leurs deux fils, Svarte et Kåre. Ils seront élevés en partie par leur tante, qui est völva, prophétesse, parle aux oiseaux, procède à des incantations et tisse des prédictions.
    Kåre est un garçon tendre et le préféré de son père.
    Svarte à la crinière noire, plus aventurier, rappelle trop la mère disparue.
    Devenus adultes, tous deux partiront naviguer au loin : Svarte pour des expéditions commerciales sur les voies fluviales de l'Est, Kåre vers l'Ouest pour un hypothétique engagement auprès du roi danois. Absent de nombreuses années, il passe pour perdu.

    De l'autre côté de la Baltique, à Kiev, vivent un marchand de soie et sa famille. Radoslav rêve de devenir soldat comme son ami et amant. Milka est une jeune fille qui s'amuse avec ses deux petites esclaves, l'une toute noire et l'autre aux yeux bridés : Petite Marmite et Poisson d'Or. Mais la belle ville d'Orient est sur le point de tomber aux mains de pillards et d'ennemis. Milka et Radoslav trouveront refuge auprès de marchands vikings venus du Nord.

    Dès lors le destin des deux familles sera à jamais mêlé.

    Sur commande
  • Les larmes de Tarzan

    Katarina Mazetti

    • Gaia
    • 16 Octobre 2007

    Mariana est mère de deux enfants en bas âge. Mikael, son grand amour, s'est envolé du foyer, dans une énième crise due à sa schizophrénie. Mariana continue à idolâtrer le poète et l'artiste de la vie qu'il fut et espère toujours son retour, dans une lutte constante pour faire vivre sa famille avec son maigre salaire de professeur d'arts plastiques. Un jour à la plage, elle joue avec ses enfants à se lancer au bout d'une corde, et elle rentre de plein fouet dans Janne, jeune loup au portefeuille bien garni et dont le train de vie est à dix mille lieues de celui de Mariana. Et celui-ci se sent très attiré par cette fille simple, avec les pieds bien sur terre, même si à l'occasion elle joue à la jungle au bout d'une liane, en bikini léopard fait maison. Janne ne peut s'empêcher d'appeler Mariana Tarzan.
    Janne vit dans un monde où il est loin de se douter qu'une mère célibataire puisse ne pas avoir assez d'argent pour faire manger ses enfants et qu'elle doive acheter tous leurs vêtements à la friperie. Quand il finit par s'en rendre compte, il bascule dans le rôle du père Noël et les inonde de cadeaux aussi chers qu'inutiles et de petits plats de chez le traiteur, alors que ce sont les produits de base qui manquent. Il veut tellement bien faire, mais il met en général les pieds dans le plat avec ses cadeaux somptueux.

    Sur commande
  • linnea a seize ans, plein de complexes, et pas mal de questions qui lui trottent dans la tête.
    la seule qui la comprenait, c'était pia. sa meilleure amie, son amie pour la vie. enfin, pour cent vingt jours, " sans compter les week-ends ", linnea a fait le calcul une fois. maintenant que pia est morte. avec pia, elle pouvait parler de tout : de l'amour, de la mode, de markus, le beau gosse dont toutes les filles rêvent, de son père qu'elle voit deux fois par an, de sa mère qui a une liaison tumultueuse.
    et de dieu. qu'est-ce que ça signifie " croire en dieu " ? car ce n'est pas exactement la même chose que le père noël. une chose est sûre, ce n'est pas la peine de compter sur dieu pour résoudre les équations du second degré. seulement voilà, pia s'est jetée sous un train. alors linnea se souvient, puisque comme dit son excentrique grand-mère, " pour pouvoir oublier quelque chose, il faut d'abord bien s'en souvenir ".
    emouvant et drôle.

  • Mon doudou divin

    Katarina Mazetti

    • Gaia
    • 3 Mars 2012

    Pigiste pour la presse féminine, Wera a épuisé tous les sujets.
    Et ses liquidités ! Elle tombe à la caisse d'un supermarché sur une petite annonce proposant un stage en spiritualité. Un sujet en or ! C'est parti pour trois semaines d'immersion à La Béatitude, en compagnie d'un apprenti gourou, d'une « petite mère », et de quatre autres participants en manque de spiritualité. Il y a un médecin radié, un musulman iranien, une femme invisible, et Madeleine qui porte en permanence son sac à dos comme un fardeau. Ressortiront-ils adeptes d'une nouvelle religion ou déchargés de leurs préjugés ? Car tous, même Wera et son pseudo-cynisme, sont en quête de sacré. N'avons-nous pas tous besoin d'un doudou divin à dorloter ?

    Sur commande
  • Une presse enthousiaste, des libraires conquis, un déferlement de commentaires d'internautes sur les blogs... Force est de constater que l'histoire de Désirée et Benny séduit, amuse et émeut les lecteurs ! Ou comment vivre une passion dévorante quand on n'a rigoureusement rien en commun... Tendre et cocasse.

    Traduit du suédois par Lena Grumbach et Catherine Marcus.

  • C'est l'année du bac pour Linnea. L'année où elle croit voir Pia à la cafèt ! Évidemment non, ce n'est pas Pia puisqu'elle s'est suicidée, c'est son frère Per. Un jeune blanc-bec devenu lieutenant dans la marine. Et qui traîne avec des minettes qui pourraient prétendre au titre de Miss Super Fringues de l'Année. Mais Linnea n'a rien perdu de son franc-parler, et c'est avec elle que Per passe des heures à discuter et batailler.

    Linnea n'aurait jamais cru tomber amoureuse de quelqu'un comme Per. Il y a comme un petit quelque chose qui lui échappe. La question est: jusqu'où peut-elle l'accepter? À partir de quelle petite lâcheté trahit-on l'autre ? À partir de quelle petite faiblesse se trahit-on soi-même ?

    Linnea perd une illusion de plus, et expérimente cette sage vérité: pour pouvoir prendre un nouveau départ, il faut parfois savoir écrire le mot fin.

    Un roman captivant et touchant qui donne à voir de nombreuses facettes de l'Europe d'aujourd'hui.

  • Elle c'est Désirée, la bibliothécaire. Elle dévore les livres comme les produits bio. Elle va régulièrement sur la tombe de son mari qui a eu le mauvais goût de partir trop tôt. Lui c'est Benny, le paysan. Il élève des vaches et n'imagine pas qu'on puisse lire "de son plein gré". Entre deux traites, il ne manque pas d'aller fleurir la tombe - un tant soit peu tape-à-l'oeil - de sa mère. Quand un sourire surprend ces deux-là, leur vie bascule... Pétillant et jubilatoire ! Ce coffret Katarina Mazetti contient l'histoire de Désirée et Benny : Le mec de la tombe d'à côté et Le caveau de famille. En plus : un signet en métal laqué rouge.

    Sur commande
  • Linnea, dix-sept ans, ne s'est pas vraiment remise du suicide de Pia, sa meilleure amie. Elle a bien essayé de se faire de nouvelles copines, mais entre celle qui la suit comme un labrador et celle qui joue la star partout où elle passe, ce n'est pas très brillant. Linnea cherche sa place. Elle cherche le sens de la vie, aussi. Et obtient finalement quelques réponses pas idiotes du tout, en questionnant tout le monde et n'importe qui, genre son petit frère : " C'est comme un film, tant qu'on n'a pas vu la fin, on ne peut pas savoir de quoi ça parle. Si ? " Alors elle envoie tout balader, grâce à sa grand-mère qui lui file un paquet d'argent. Linnea décide de partir en voyage. A la gare de Stockholm elle croise la route de Mark. Un de ces mecs qui bouleversent votre itinéraire. Un de ces loups face auxquels on devient Petit Chaperon rouge.

    Sur commande
empty