Tournier Milene

  • Je t'aime comme

    Tournier Milene

    • Lurlure
    • 24 Août 2021

    Construit sur le double leitmotiv des termes Aimer et Comme, le nouveau recueil de Milène Tournier est une formidable déclaration d'amour au «tout-ordinaire» qui constitue l'âme de la ville moderne : ses lieux («Je t'aime comme une banque», «Je t'aime comme une bibliothèque», «Je t'aime comme un salon de tatouage»...) mais aussi ses objets, ses usages ou ses emblèmes («Je t'aime comme une gargouille», «Je t'aime comme une manifestation», »Je t'aime comme un pigeon»...). Le regard de la poète, qui voit tantôt avec les yeux de la passante, tantôt avec ceux de l'enfant rêveur ou encore avec ceux de l'amoureuse transie, agit ici comme un puissant révélateur : le banal qui fait partie intégrante de la ville moderne ne l'est aussi que parce que nous ne savons pas - ou plus - le voir. L'écriture de Milène Tournier se dote ainsi d'un pouvoir quasi-performatif : il s'agit rien moins que de réenchanter notre environnement par le verbe poétique.

  • Nuits

    Tournier Milene

    Sur commande
  • L'autre jour

    Milène Tournier

    • Lurlure
    • 5 Octobre 2020

    L'écriture de Milène Tournier ne souffre ni borne(s) ni contrainte(s); en vers ou en prose (parfois en mêlant les deux), elle cherche, tente, explore, «explose» (François Bon) grammaire et syntaxe avec talent et virtuosité.
    Dans L'autre jour, son second recueil, son écriture évoque à la fois la perte (de l'enfance, de l'amour), la disparition (de la nature, du silence), la peur (de la mort) mais aussi la beauté simple des choses vues et/ou vécues et le recours que les hommes sont toujours les uns pour les autres dans ce «fabuleux d'exister».

    Sur commande
  • Enfanter un monstre, ou du moins tel que la société normative vous le renvoie, découvrir la monstruosité présumée de son enfant, vivre avec cela, accepter ou subir ses reproches de l'avoir mis au monde... Milène Tournier développe une tragédie humaine, qui n'est jamais que la métaphore de la vie de tout un chacun dans une époque de l'arase- ment des différences et de l'altérité. Malgré tout, malgré la violence des mots et des situations, et comme la ten- dresse qui subsiste dans cette famille, le monde survivra au passage de cet être, poursuivant son trajet inexorable.
    Grâce à la densité de son texte, au rythme de son écriture, on ressent le roulis de cette partition musicale et poé- tique qui mêle mère et mer, père et perd(re), fils et fils qu'on tente de dénouer, choeur (monstrueux) et coeur (mal de).

    DISTRIBUTION : deux femmes, deux hommes, un choeur.

    GENRE : poème dramatique, drame intime.

empty