Ecole Des Loisirs

  • Les presques-soeurs Nouv.

    Emma, une adolescente de 13 ans dont les parents sont divorcés décide d'aller vivre chez son père, et donc chez sa belle-mère et donc chez sa petite soeur, Lucie, six ans et demi. Mais ça tombe mal. Son père n'est pas là. Il est régisseur au théâtre et pour l'instant le spectacle se déroule en Russie. Lucie est ravie d'accueillir sa grande soeur, de lui parler de sa licorne magique, de lui faire écouter sa musique.
    Emma est loin d'être aussi enthousiaste. Pire, elle n'a aucune intention d'être gentille. Et entre les deux, il y a Sophie la mère-belle-mère qui fait tout ce qu'elle peut pour ne pas craquer.

  • Johann, un jeune acteur qui rêve de gloire et d'applaudissements, tombe épuisé sur la scène et s'endort. Penchés sur son sommeil, ses camarades de scène décident de le rejoindre dans la forêt inextricable du sommeil en prenant la forme des personnages de ses songes. Entre cauchemars et rêves éveillés, parviendront-ils à le ramener sur la scène de la vie, que le monde réel semble avoir déserté et où il n'apparaît plus que comme un rêve lointain ?

  • Depuis un événement tragique qui l'a rendue orpheline, Alice vit chez sa tante. Elle a une cousine du même âge, Coline, à qui elle pourrait se confier, mais Alice ne se confie à personne. Certains mots en sa présence sont interdits ; elle prend des douches plusieurs fois par jour ; elle a des crises d'eczéma ; elle ne supporte pas la foule. Jusqu'au jour où elle annonce à sa cousine, stupéfaite, qu'elle a décidé de partir trois semaines pour le Groenland.

    Coline - Tu pars à quelle heure dimanche ?
    Alice - Cinq heures du matin. Tes parents m'emmènent à l'aéroport. Ensuite Reykjavik puis Ilulissat tout à côté du plus gros fjord glacier du Groenland.
    Coline - T'as pas peur ?
    Alice - De ?
    Coline - Que tes angoisses reviennent.
    Alice - Là-bas, je serai neuve. Je ne serai pas l'orpheline du 13. Je pourrai tout inventer. Personne ne me connaîtra.

  • Léa, treize ans, considère que la cabane que lui a construit son frère Nanou est à elle. C'est là qu'elle vient se réfugier. Alors, pas question qu'on vienne la raser, et les arbres, et la forêt ! Et tout ça, pourquoi ? Pour construire un centre commercial et un parking ! Ils ont perdu la tête ou quoi ? Léa va résister, faire des pancartes, empêcher les gens de pénétrer dans son domaine. Mais toute seule, elle n'y arrivera pas. Ca tombe bien, elle a deux copains. Mais peut-elle compter sur eux ?

  • Pépites

    Marion Bonneau

    Fin d'été. Léo est très pressé. Il court rendre visite à sa grand-mère, anxieuse depuis plusieurs jours. En traversant le parc, il se heurte violemment à une fille de son âge qu'il n'a jamais vue. Il veut prendre le temps de s'excuser, de se présenter, de parler un peu, mais la fille, elle, prétend qu'elle n'a rien à lui dire. Alors, ils se taisent. Et le silence parfois dit beaucoup plus que les mots.

  • Lorsqu'il était encore petit, Picot a perdu sa mère. Depuis il vit avec sa grande soeur et son grand frère, et la vie est loin d'être drôle. Le matin, par un froid polaire, au lieu de se rendre à l'école, il prend le bus, conduit par Monsieur Gustave, un russe très gentil qui aurait mangé du phoque. Il descend au terminus et se dirige vers un zoo abandonné. On raconte qu'un jour les animaux s'en sont échappés pour aller chercher ailleurs une vie meilleure. Et Picot ? Peut-il espérer une vie meilleure ?

  • Demain, à l'aube, les démolisseurs viendront, et la vieille maison du phare sera détruite. Pendant treize ans, tous les étés, Perle y retrouvait Logan, son ami de toujours et c'est lui encore qu'elle choisit pour y passer la dernière nuit. Tandis qu'ils sauvent encore quelques vestiges de la maison, Perle trouve de vieilles cartes qui parlent de la Mer Rouge, de l'Erythrée, de l'Ethiopie, de grands voyages. Perle s'exalte ; Logan se trouble. Elle devine qu'il lui cache quelque chose de grave. C'est la première fois qu'ils ne partagent pas un secret, et ça lui fait mal.

  • Une pauvre bûcheronne et un pauvre bûcheron vivent dans une forêt. Ils ont déjà six enfants, trois fois des jumeaux, quand naît le septième, Poucet, si différent des autres : muet et minuscule, sans que l'on sache pourquoi. Sept enfants qui ont faim ! Comment les nourrir ? Il n'y a plus rien à manger ! Les parents doivent se résoudre à les abandonner au plus profond de la forêt. La première fois, Poucet trouve le chemin du retour grâce aux cailloux blancs qu'il a semés. La deuxième fois, ils sont retenus prisonniers dans la maison de l'Ogre. Les frères de Poucet sont terrorisés. Pas lui. Il a même l'air content de le rencontrer.

  • Un grand frère et sa petite soeur sont à l'intérieur d'un grand magasin. Pendant que leur mère tarde à finir ses courses, ils regardent, de l'autre côté de la vitre quelqu'un, couché sur le sol, les yeux clos, emmailloté de la tête jusqu'aux pieds. Pourquoi est-il là ? Et où était-il avant d'être là ? se demandent-ils. Est-il est déjà mort ou en train de mourir ? Il fait si froid dehors. Mais voici qu'il ouvre les yeux, les voit derrière la vitre, et leur fait signe. Que faire ?

  • Ils étaient trois copains. Sur le podium, ils se retrouvaient toujours dans cet ordre : Gus, premier, Brice, deuxième, Jeff, troisième. Mais voilà, Gus n'est plus là. La première place est donc vide. Que faire ? La prendre ? Brice en a très envie, Jeff aussi est tenté. Mais rien à faire, ils n'y arrivent pas. On ne peut pas le remplacer comme ça, Gus. Impossible de l'oublier. Et voilà qu'arrive Taya, une inconnue, chargée d'un bouquet de fleurs... pour qui ? Pour Gus, évidemment.

  • C'est bientôt Noël mais pas pour tout le monde. Ceux qui vivent côté jardin auront bien chaud et plein de cadeaux ; ceux qui vivent côté cour auront froid et faim. Pieds nus, un petit homme découvre un carton dans la rue et n'a d'autre ressource que de s'y réfugier. Un enfant, bien botté, bien habillé s'étonne de le découvrir là. Son père le rassure. Ce n'est pas un homme, voyons, c'est un chien ! Et il pourrait être dangereux ! Le père ne croit pas s'y bien dire.

  • Suzie vit avec sa mère et son père : un homme violent. Pour échapper à ces tempêtes quotidiennes, elle va se réfugier soit chez son grand-père, soit au pied d'un arbre : un saule-pleureur. Au premier qui ne voit rien de sa souffrance bien qu'il l'aime, elle ne dit rien. Au second, auquel elle prête une voix, elle parle. L'arbre l'écoute, la gronde, la console, la fait rire, l'encourage à danser. Mais rien ne change. Jusqu'au jour où éclate une tempête, une vraie.

  • Avril

    Sophie Merceron

    Depuis que sa mère est partie, Avril fait des cauchemars. Il a peur du noir et surtout du loup plat. Il n'aime pas l'école, s'enferme souvent dans le placard, déteste prendre son bain et il n'a pas de copains : sauf un, Stephane Dakota, qu'il est le seul à voir. Son père fait tout ce qu'il peut pour l'aider mais ce n'est pas facile. Jusqu'au jour où Isild vient donner des cours à Avril, à domicile. Et cette fille-là, c'est une vraie tornade.

  • Treizième d'une portée de porcelets, rejeté par ses frères, Porcolino grandit dans une exploitation où chaque porcelet a un projet d'avenir. Entraîné par un coach d'orientation, il s'exerce à devenir du jarret, des côtelettes ou de la viande hachée. Porcolino rêve d'un autre destin. Il choisit la mortadelle : il paraît qu'elle rend les gens heureux. Mais pour cela, il faudrait d'abord qu'il le soit. Est-ce si simple ?

    Lucky - Qu'est-ce qu'il a ?
    Rosalina - Je ne sais pas... il semble malheureux, tout simplement.
    Lucky - Hmm... Qu'est-ce que tu proposes ? Méditation-félicité ? Jeux de hasard ? Rayons ?
    Rosalina - Tout ! Toute la panoplie. Thérapie-bouffe, méditation-félicité, le plaisir par l'amusement, shopping-bonheur, chant, sport, jeux de hasard, formation continue...
    Lucky - Ici, tous les cochons finissent heureux.
    Rosalina - Exactement. On est quand même des pros.
    Lucky - Des pros du bonheur. On finit par les avoir.

  • Juliette observe Aurèle, le nouveau voisin. Il a son âge, treize ans. Qu'est -ce qu'il fait là, penché au-dessus de la mare qui sépare leurs deux maisons ? Il étudie le cycle des grenouilles, c'est ce qu'il lui répond, sans oser la regarder. Bizarre ce garçon, mais ça ne décourage pas Juliette, d'autant qu'Aurèle n'est pas seulement expert en batraciens mais également en signes précurseurs de divorce. Et ça tombe bien, car les parents de Juliette ne s'entendent plus et ça l'inquiète. Aurèle propose de l'aider à y voir plus clair. Elle accepte. A partir de 12 ans.

  • Depuis peu de temps, Marty vit chez sa grand-mère. Tous les jours, il vient observer Emma, la fille qui chante de l'autre côté du grillage, dans le centre, un endroit où GranMa lui interdit d'aller traîner. Dans ce pays pourri où rien ne pousse que des pommes de terre, Emma arrose un oranger qu'elle a planté. Les deux adolescents deviennent amis, au point que Marty, si solitaire jusque-là, confie à Emma son secret le plus lourd.

  • Le papa de César, Bill et Malo est parti faire un tour quelque part dans le ciel, les laissant se débrouiller tout seuls avec les violentes colères de leur mère. Dans la chambre qu'ils se partagent, ils veillent les uns sur les autres, scrutent le ciel, le soleil, les étoiles. Malo espère y apercevoir son père. Bill espère que sa mère redeviendra comme avant. César espère qu'il aura le droit d'aller à la nuit des étoiles. Tous les trois, ils auraient bien besoin d'aide. Mais à qui s'adresser ?

  • Un jour, Léon et Miette se rencontrent. Ils ne se connaissent pas, mais tout de suite ils se sentent attirés l'un vers l'autre, et ça leur fait un peu peur. Qui est cette fille ? Qui est ce garçon ? Que lui dire ? Comment le lui dire ? Que faire ? Comment ça va finir, cette histoire ? Est-ce qu'elle va même commencer ?

  • L'action se passe dans un jardin. On peut y rencontrer Armand l'épouvantail, River l'arrosoir, et bien sûr des escargots, des topinambours et des blaireaux, sans oublier Oskar le hérisson et toutes sortes de fleurs. Evidemment les hérissons et les fleurs n'ont rien à faire ensemble, rien du tout, surtout lorsqu'il s'agit d'une rose aussi raffinée que Miss Kemble. Trop différents, ces deux-là ! Et pourtant, à la stupeur générale, entre Oskar et Miss Kemble, c'est le coup de foudre.
    Personne n'y croit. Sauf eux.

  • Cendi a onze ans et rêve de vivre jusqu'à 117 ans. Avant d'y parvenir, elle doit fuir son pays en guerre et prendre le risque de se noyer en voyageant dans de vieux rafiots. Grâce à sa capacité à vivre sous l'eau, en apnée pendant de longues minutes, Cendi réchappe à un naufrage. Lorsqu'elle e réveille, elle a la surprise de se retrouver dans une station sous-marine. Une vieille muette la regarde ainsi qu'un jeune garçon. Pas si jeune, en fait, le garçon. Immortel. A partir de 8 ans.

  • Alors qu'elle était devant chez elle, tranquillement assise sur un banc avec sa poupée, Iris se voit dérangée par l'arrivée d'une inconnue avec une valise. Pas de doute, c'est une étrange ! Elle doit partir, il n'y a pas de place pour elle ici ! Mais Assia ne fait que cela, partir et avancer. Elle voudrait juste pouvoir trouver un endroit où se reposer. Comment faire pour qu'Iris le comprenne ?

  • Pebbleboy

    Eric Pessan

    Il s'appelle Pierre et ça tombe bien car il est dur comme une pierre. A tous les coups qu'il reçoit, et il en reçoit beaucoup, il ne réagit pas. Rien, pas une grimace, pas une larme. A croire que rien ne peut l'atteindre. Cela finit par susciter la curiosité des élèves de sa classe, des gens, des journalistes ! La rumeur dépasse les frontières : qui est donc ce garçon extraordinaire ? Ainsi naît une légende. Et une légende a besoin d'un héros, comme Superman ou Batman. C'est ainsi que Pierre se baptise Pebbleboy. Pebble de l'anglais : galet, caillou. Mais que cache une telle résistance aux coups ? A partir de 12 ans.

  • Teppogge, le gardien de l'Ombril, s'inquiète. De plus en plus de personnes se défont de leurs ombres, ils n'en veulent plus, elles les encombrent. Même l'homme à la mallette est prêt à payer pour se débarrasser de la sienne parce qu'elle lui fait trop d'ombre ! Découragé, Teppoge abandonne l'Ombril à une nouvelle gardienne. Il partira avec huit ombres, ses préférées. Pour elles, il fondera Le cirque des ombres qui connaîtra un grand succès. Tout va pour le mieux. Jusqu'à ce que l'homme à la mallette revienne.

  • Sept enfants, au moins, se rendent aux funérailles d'un petit oiseau. Ils sont graves. Pour lui, ils ont inventé une cérémonie. Lorsqu'elle s'achève, assis près de la tombe, ils ne disent rien encore, le silence s'installe, et avec lui, le grand mystère. Comment parler de ce que l'on ignore, de ce que l'on ne voit pas, de ce que l'on n'entend pas, de ce qui n'a même pas de nom ? Un enfant se lance, il ose. Puis un autre. Chacun a son avis. Chacun respecte l'avis de l'autre. Enfin, presque.

    Uno - PAS D'YEUX.
    Gus - Pas d'yeux ?
    Acar - On dit pas d'oeil.
    Uno - Le mien c'est : pas d'yeux. Pas d'yeux et pas d'paupières.
    /> Gus - Il est aveugle ?
    Uno - L'a pas besoin d'yeux. Y voit sans. Y voit tout.
    Siran - Mais comment y fait pour dormir ?
    Uno - Y fait semblant.

empty