Champ Social

  • Organisé en quatre axes, il suit le continuum propre aux « mondes de l'art?» (Becker, 1998), allant de la production musicale jusqu'à sa réception, en passant par ses divers usages professionnels. Un premier axe aborde les manières dont la musique est créée pour ou avec des personnes concernées par des problématiques de santé mentale. Dans le deuxième axe, trois musicothérapeutes présentent et réfléchissent leur pratique professionnelle et soignante. Le troisième axe est centré sur le médium de la voix et du chant dans des contextes de soins aussi différents que la néonatologie, les hôpitaux de jour, la migration ou la psychogériatrie. Enfin, un dernier axe traite de dispositifs offrant aux patient.e.s psychiatriques des possibilités de s'évader individuellement ou collectivement à travers l'écoute musicale.

  • Depuis plus de dix ans, Caroline de Diesbach alias son clown Vroum, se rend dans les EHPAD, les hôpitaux, les services de soins de suite ou palliatifs. Ce livre, sous forme de petites vignettes, est un hommage aux personnes âgées rencontrées au fil des ans, Claude, Elena, Erneste, Paul, Georgette, Claudine. Un témoignage poétique du temps passé aux côtés de personnes Alzheimer ou souffrant de maladies apparentées, où l´artiste, dans sa singularité et l´exhibition paroxystique de son corps, vient éveiller des émotions, des souvenirs et du vivant. Cette tentative de réanimer quelque chose du désir est aussi désir d´écriture, telle une plongée dans un réel, aussi bien du côté de l´innommable de la vieillesse en institution, que de celui de la mort et du deuil en écho à l´expérience intime de l´auteur.

  • La lutte ou la fuite pour la survie ?

    Sur le territoire des sept royaumes de Westeros, une lutte à mort pour occuper le trône de fer anime des familles ennemies. Par la force ou par la ruse, par l'épée ou par la magie, par l'alliance ou par la trahison, les belligérants mobilisent toutes leurs forces et leurs ressources pour conquérir le trône du pouvoir central dans la capitale de King's Landing. Héritier légitime ou comploteur narcissique, épouse en deuil ou princesse conquérante, noble chevalier ou rusé opportuniste, les puissants sont prêts à s'entre- dévorer pour occuper l'emblème de la puissance : le trône aux mille épées, forgé au feu d'un dragon légendaire. Dans l'ombre cependant, d'autres vies sont animées par des mobiles plus prosaïques : la lutte ou la fuite pour la survie.

  • La zoopédagogie est née de la nécessité de retisser les liens homme-nature qui se sont effilochés au fil du temps, pour ne pas dire interrompus à un moment donné de notre histoire que l´on pourrait situer entre les années 60 et 70, à une époque où les villes promettaient un accès aux richesses et au bien-être, une promesse qui avait un prix que l´on connaît seulement aujourd´hui: le déracinement de la terre et l´oubli - et parfois la méconnaissance - de nos origines animales. Tout était accessible à l´espèce maîtresse de la planète qui a donc procédé à la récupération de toutes les ressources naturelles disponibles pour une croissance sans limites. A l´aube du 21ème siècle, nous sommes arrivés au constat amer que notre planète et ses habitants sont en souffrance. Biodiversité et développement durable sont aujourd´hui des mots qui font partie, ou presque, du quotidien du citoyen.

  • Penser la formation en travail social Nouv.

    Dans cet ouvrage, Nadia Veyrié et Catherine Tourrilhes ont réuni différents auteurs sur la question de la formation en travail social. Qu´est-ce que cette formation qui est souvent méconnue ? Quels étudiants forme-t-elle et qui les forment ? Quels sont les enjeux pédagogiques essentiels face à la souffrance sociale ? Afin de répondre, les auteurs mettent en évidence cette formation en alternance à travers des pédagogies et des recherches déployées. Formateurs et étudiants en travail social pensent-ils leur métier au-delà d´une opérationnalité technique souvent attendue par notre société ?

  • Les épreuves de la sortie des institutions font l´objet d´un intérêt croissant dans la littérature en sciences sociales. Dans ce même mouvement, les études sur la sortie de la protection de l´enfance se multiplient. Dans un contexte de démantèlement du dispositif d´accompagnement à l´âge adulte des jeunes sortant de la protection de l´enfance, cet ouvrage s´intéresse aux recompositions des liens d´affiliation qui s´opèrent pour les jeunes confiés au temps du passage à l´âge adulte. De quels supports disposent-ils pour se définir ? Comment ces jeunes, pris dans des situations de déplacements contraints, parviennent-ils à unifier leurs expériences de vie ?

  • Récit d'une vision humaniste de l'organisation du travail de soin, ce livre est un véritable travail de mémoire destiné aux jeunes professionnels qui abordent ces métiers dans des organisations où le management semble sourd aux enseignements de la clinique institutionnelle. Enfin, il encourage à la lutte et à la résistance contre cette nouvelle normalité : n'oublions pas que les hommes, les femmes et les enfants qui vivent dans ces établissements ne sont pas des marchandises !

  • Le vertige, le débordement, le corps douloureux et palpitant sont les signes de vie qui traversent Alban Berg, en prise avec la passion amoureuse. Insupportables et exquis, ils pointent vers un trou dans le langage, un impossible à dire si féroce qu´il prend les allures d´un trop.

  • Ni manuel d'éthique ni de management, cet ouvrage se veut plutôt un vade-mecum philosophique et littéraire pour penser et survivre à la fonction de direction...

    Souvent seul, bombardé d'injonctions contradictoires, le directeur doit tenir le siège. Ni manuel d'éthique ni de management, cet ouvrage se veut plutôt un vade-mecum philosophique et littéraire pour penser et survivre à la fonction de direction. Comprendre, dire, faire (et ne pas faire) : trois chemins pour cerner au plus près l'expérience existentielle de celle ou celui qui occupe cette place singulière, convoitée, honnie, et dont aujourd'hui on ne sait plus s'il faut en attendre tout, ou rien. À contre-courant de nombreux discours lénifiants, le petit traité que voici propose une réflexion stoïque pour plier sans rompre, faire face avec lucidité, et naviguer par gros temps.

    Sur commande
  • Le coenseignement est défini comme un travail pédagogique en commun, dans un même groupe et dans un même temps, de deux ou de plusieurs enseignants se partageant les responsabilités éducatives pour atteindre les objectifs spécifiques. Cet ouvrage a l'ambition de faire un point sur ce que l'on sait déjà à propos du coenseignement, de ses intérêts, de ses avantages comme de ses limites. Le propos ne se limite pas seulement aux fondements sociohistoriques, aux définitions et aux configurations du concept, mais s'intéresse aux conditions de mises en oeuvre effectives, en n'oubliant pas le travail préalable de planification. Divisé en dix chapitres, cet ouvrage intéressera, au premier plan, les étudiants en Sciences de l'Éducation, les enseignants et les directions d'école souhaitant s'engager dans cette transformation de l'École ou simplement intéressés par cette question.

  • L'accessibilité est progressivement devenue un concept et un principe contemporain presque incontournable : elle s'est imposée à la fois sur le devant de la scène politique avec un vaste canevas légal qui la décline et la soutient et s'inscrit au centre de la scène sociale au sein des revendications associatives et des discours politiques. Elle incarne désormais un impératif nécessaire et indispensable qu'il convient de mettre en oeuvre, de manière urgente, afin de construire une société plus juste et égalitaire, garantissant la cohésion sociale. Nichée au coeur des questions publiques et politiques cristallisées autour du logement, de la mobilité mais aussi du numérique, elle anime les débats, en complément de l'inclusion et l'intégration, non seulement autour de la place des personnes handicapées dans la société mais aussi de l'égalité et de la justice sociale.

  • Les sciences humaines visent d´emblée quelque chose qui leur échappe : une forme de vérité inhérente à l´existence en tant qu´humain. Ce qu´elles étudient, elles ne peuvent tout à fait l´objectiver, au risque de le dissoudre. Ce qu´elles étudient, elles sont aussi conduites à en prendre soin. Il s´agit, dans cet ouvrage, de questionner cette spécificité des sciences humaines et de proposer des voies concrètes pour y avancer. L´idée qui sert de pivot à ce travail est dans son titre : prendre en compte le sujet. Idée souvent revendiquée d´un point de vue éthique, parfois discutée d´un point de vue épistémologique, parfois technicisée d´un point de vue méthodologique, la prise en compte du sujet dans la recherche demeure un problème particulièrement délicat.

    Sur commande
  • L´expérience analytique, qu´elle soit abordée par la clinique ou à partir des apports théoriques de Freud ou de Lacan, nous conduit à une béance où gît le réel. Cela se manifeste par l´absence de rapport sexuel. Le dernier enseignement de Lacan, que Jacques-Alain Miller nous a permis de découvrir et d´approfondir, loin d´en faire un échec, en fait le pivot de la cure dans une clinique orientée par le réel. À partir de ce point de rebroussement se fait une nouvelle alliance entre le signifiant et la jouissance dont le sujet retire une satisfaction certaine. C´est pourquoi Lacan peut dire : « Tout doit être repris à partir de l´opacité sexuelle », c´est-à-dire de la rencontre éprouvée de ce qui fait trou, qu´il nomme « troumatisme ». L´accueil de ce que le hasard nous offre permet au pouvoir créationniste du signifiant d´opérer pour chaque « UN ».

  • Retracer l´évolution des modèles familiaux, de penser la place et le rôle du travail social, en lien avec les partenaires, dans ses multiples modalités (internat, externat, Sessad et autres services à domicile, protection de l´enfance, secteur adulte.). Le travail avec la famille, une opportunité pour la qualité de l´accompagnement des personnes ?

  • Un véritable manuel éthique du travail social comme d'un manifeste de transition vers la société inclusive.

    Souvent usité par les professionnels du champ social et médicosocial le vocable « posture » se traduit le plus souvent par une manière professionnelle de se tenir tel le « peripateticos » avec des usagers du secteur. Cependant lorsqu'on interroge les professionnels pour donner une définition plus précise de ce terme les travailleurs sociaux sont contraints d'aller chercher dans la langue conceptuelle d'autrui les éléments d'explication. Cet essai est une tentative de clarification de ce que recouvre la posture en même temps qu'il cherche dans la pratique quotidienne les champs de force efficients qui pourraient aider les professionnels à sortir de pseudo techniques ou méthodes proposées par les experts à la mode. C'est dans le temps long au croisement de l'Histoire et de la philosophie mais aussi dans les situations vécues qu'il est proposé de repérer ce que la pratique nous permet de découvrir. Il ne faudra pas chercher ici une énième praxis basée sur la distance, c'est de l'engagement dont il est question ici, au risque de bousculer, de se bousculer. L'essai inclus la parole libre d'acteurs du champ, formateur, usager, pair aidant, consultant apportant leur regard et expérience sur la question de la posture, et pour Yannick Blanc auteur de la postface il s'agit d'un véritable manuel éthique du travail social comme d'un manifeste de transition vers la société inclusive.

    Sur commande
  • Celui qui est privé de sa liberté à la suite d'une condamnation ne peut pas non plus être privé du droit d'être citoyen. Et donc de pouvoir étudier. Par conséquent, l'université doit être un droit pour les détenus. Mais comment ce droit est-il mis en oeuvre dans les prisons en France et en Italie? Le volume se présente comme une oeuvre collective et vise à recueillir interventions de professeurs et de chercheurs français et italiens concernant le droit aux études universitaires en milieu carcéral à travers les principales et les plus récentes perspectives sociologiques. Le livre présente une réflexion chorale et multidisciplinaire sur la responsabilité sociale de l'université et les modalités d'enseignement en milieu carcéral entre enjeux identitaires et ambiguïtés institutionnelles en approfondissant la théorie, la recherche et les pratiques, et décrivant les expériences les plus significatives en forme comparative entre l'Italie et la France.

    Sur commande
  • Ce numéro devrait aider à tirer des enseignements de la crise Covid pour la santé mentale. Les inégalités d'accès aux soins et aux accompagnements, liées à l'hétérogénéité des moyens et des pratiques, ont une nouvelle fois été mises en lumière. Mais surtout, des établissements et services ont démontré leur capacité d'adaptation et de remise en question des cadres et organisations préétablis. Des initiatives allant dans le sens d'une mobilité, réactivité et individualisation plus grandes des réponses, ont été développées. La situation de crise a pu, ici ou là susciter une dynamique et une créativité qui ont bousculé la chronicisation dans laquelle a tendance à s'installer inévitablement toute institution. On peut même aller jusqu'à penser que, dans certains cas des équipes ont redécouvert une certaine militance, base de nombreuses évolutions récentes dans nos domaines. Il s'agit désormais de mettre en valeur et de conforter ces découvertes.

    Sur commande
  • Formations en alternance : des accompagnements humains porteurs de développements originaux.

    Entre de joyeux e´clectismes et nombre de simplifications abusives, parler d'alternance est devenue chose banale. En de´voiler les puissantes et sensibles expe´riences, e´ducatives et for- matives, est un exercice plus rare. Cet ouvrage s'y emploie.
    Alternances singulie`res, ve´cues et agies par l'auteur tout au long de son parcours personnel et professionnel, universitaire et scientifique. Alternances particulie`res, mode´lise´es pour rendre compte d'apprentissages transformateurs.
    Alternances a` requalifier socialement par des inge´nieries co-construites et des conceptions pense´es en termes de viabilite´s, par des accompagnements humains, organisationnels et politiques porteurs de de´veloppements originaux.

  • Le vieillissement de la population en France s'est imposé comme un enjeu majeur des politiques publiques. Il impacte de nombreuses institutions confrontées à des difficultés inédites.
    C'est le cas des établissements pénitentiaires où les personnes détenues âgées de plus de 50 ans représentent 11,9% de la population carcérale au 1er janvier 2018.
    Loin de chercher à appréhender le vieillissement en prison à partir d'un point de vue en surplomb, le vieillissement est analysé à travers la compréhension des expériences vécues par les personnes détenues et celles des personnels. Comment les personnes détenues âgées éprouvent-elles leur incarcération ? En quoi la présence croissante des personnes âgées en détention change-t-elle les manières de travailler en prison ? Ainsi, ce livre analyse la construction sociale du problème de la vieillesse dans l'environnement de la prison. Il porte sur les désajustements et réajustements d'une institution face à un public nouveau qui vient interroger - et donc révéler - ses modes habituels de fonctionnement.
    Les analyses reposent sur une enquête empirique menée dans quatre prisons où 135 entretiens ont été réalisés dont 63 avec des personnes détenues et 72 avec des personnels.

    Sur commande
  • Agir pour les réussites scolaires : approches internationales de l'inclusion Nouv.

    Cet ouvrage collectif comporte dix chapitres rédigés en espagnol ou en français par des chercheurs en éducation appartenant à des universités argentines, colombiennes, françaises et turques. Les auteurs participent à un réseau international de recherche qui travaille depuis plus de dix années sur la question de l'inclusion scolaire dans ses différentes dimensions. Cet ouvrage interroge les cadres épistémologiques pour penser l'inclusion et les politiques qui organisent l'action. Il propose des analyses critiques contextualisées de pratiques inclusives expérimentales menées dans l'enseignement primaire, secondaire et supérieur. Au-delà de la diversité des exemples, l'ambition de cet ouvrage est de mettre en évidence les conditions nécessaires pour promouvoir une éducation inclusive orientée vers les besoins des élèves et lutter contre l'échec scolaire et universitaire.
    />

    Sur commande
  • Ce livre est né d'une double rencontre : celle d'un cas clinique méconnu, décrit par Hippocrate et celle d'une phrase de l'enseignement de Lacan. D'Hippocrate a` Lacan, en passant par Marx et Freud, ce qui pourrait n'être que l'archéologie d'un concept s'éclaire rétroactivement. Ainsi se dégagent les rapports du symptôme a` l'amour et au réel. Au fil de l'expérience clinique les savoirs théoriques se décantent, permettant de cerner ce point de bascule ou` le symptôme se renverse en « effet de création ». Comme le fleuve Alphée, nous remonterons le courant pour aller a` la source. Nous pratiquerons ainsi une archéologie des anticipations géniales pour étudier ce qu'elles reçoivent en retour de nos conceptions actuelles, toujours remaniées. Il n'est pas question ici de faire une étude exhaustive des rapports de l'amour et du symptôme mais seulement d'y contribuer par une étude des textes, en les confrontant a` ce que nous enseigne notre expérience clinique quotidienne, ou` se situe le véritable fondement de notre savoir. Notre boussole sera toujours le réel rencontré dans le singulier du cas clinique. Psychanalyste, confronté a` la singularité de chaque cas, j'ai souhaité approfondir les ponctuations qu'apporte chaque auteur étudié aux notions d'amour, de symptôme et d'invention. Enseignant, j'ai souhaité transmettre ce que j'avais reçu moi-me^me de mes patients, de mes analysants et de mes maîtres. La visée est donc pratique, mais aussi épistémologique, cette vue avec recul sur ce qui fait la spécificité d'une science. Ce livre s'adresse donc aux praticiens, aux médecins, psychiatres, psychologues, psychanalystes, psychothérapeutes... mais aussi a` tous ceux qui de leur place ont a` se confronter plus qu'a` la souffrance, au sujet qui souffre. Il souhaite être accessible a` ceux qui font leurs premiers pas dans notre discipline comme a` ceux pour qui la psychanalyse fait myste`re et qui s'interrogent sur les questions cruciales concernant chacun : les origines, la vie, la mort, le sexe. Toute discipline autonome a sa terminologie propre, son vocabulaire. Elle utilise des mots nouveaux, mais aussi des vocables déjà` connus dans un sens différent, ce qui est source de confusions. C'est le cas pour des mots tels que « symptôme », « inconscient », « jouissance », « pulsion »... Un glossaire en fin de volume aidera a` clarifier ces termes.

    Sur commande
  • En 2006, L'accueil en pratique institutionnelle (Champ social) tentait de renouveler l'approche clinique de ce qu'il est convenu d'appeler « psychothérapie institutionnelle » à partir d'une relecture de certaines propositions théoriques de Winnicott plutôt audacieuses et controversées notamment l'hypothèse d'un féminin non pulsionnel. Le présent ouvrage reprend ce point de départ théorique et le prolonge pour mettre en tension deux paradigmes : le précoce (early) et le profond (deep), en s'appuyant sur une notion winnicottienne particulièrement négligée malgré ses conséquences épistémologiques et thérapeutiques, celle de la double dépendance ou dépendance absolue des premières semaines de la vie. Si la discontinuité de la présence de l'objet est fondatrice de l'accès à la représentation, c'est en personne et en présence que l'autre secourable, le Nebenmensch, le care-giver, se doit aussi de se manifester.
    Dimension incontournable dans la clinique institutionnelle des psychoses, illustrée par quelques vignettes. Cette clinique de l'en-deçà interroge, à travers la non demande des patients, la légitimité de notre offre et de nos dispositifs.
    Dès lors, il sera tout aussi incontournable de ne pas négliger les conditions préalables au soin psychanalytique.
    De psychiatrie en psychanalyse avec Winnicott*, c'est donc depuis l'extérieur qu'est abordé l'espace analytique, le bord externe du cadre en quelque sorte.

    Sur commande
  • Jean Oury, est-il besoin de le rappeler, est actuellement un des psychiatres qui connaît le mieux au monde la problématique de la psychose, à la fois sur les plans clinique, psychopathologique, et surtout thérapeutique.
    La création de la clinique de La Borde a été un des actes les plus significatifs de la psychothérapie institutionnelle, et le travail qui continue de s'y dérouler cinquante ans après sa fondation, sert de référence dans un nombre considérable de pays pour les équipes psychiatriques qui ont décidé de prendre en charge au long cours les patients psychotiques. L'intérêt de republier un tel corpus tient à sa structure de constellation : il rassemble en 24 textes à peu près tous les outils conceptuels que Oury a développés et développe encore aujourd'hui.
    Il part à l'aventure sur l'océan de la folie en abordant dans les principaux ports de la psychose et de l'institution, et, tel un découvreur de contrées nouvelles, il enrichit les espaces connus de nouvelles dimensions, de pistes novatrices, d'horizons inapprochés.

  • Le collectif

    Jean Oury

    Depuis l'élaboration improvisée, comme à l'accoutumée, de ce texte (1984-85) et sa première édition (1986), jean oury continue à bâtir des amers pour le " chemin qui se fait en marchant " au cours de ses séminaires mensuels de sainte-anne.
    Ces soirées sont d'une rare densité, comme le texte qui suit en témoigne, mais tout se lit aisément, tout se lie, se lisse, glisse. pourtant " rome brûle " ; mais parce que, comme le dit le poète, " elle brûle tout l'temps ", il faut bien continuer à penser, parler, écrire, témoigner, tout cela parfois dans la honte ; le rouge au front - au front de la folie - comme notre cher tosquelles empoignant celle-ci au plus près des affrontements sanglants de la guerre civile d'espagne.
    Car c'est là, des leçons de cette guerre, qu'il a bien fallu penser les rapports entre l'etat et ses institutions d'etat, ses " établissements ", et le tissu d'institutions, les associations, amicales, clubs, syndicats, mutuelles, que dire encore !, créées pour être près du " singulier ", de l'être cheminant. c'est précisément là que l'ouvrage, où le lecteur va déambuler, jette une vive lumière. saisissant une première articulation, celle de l'établissement et des institutions de cet établissement, puis une deuxième, celle entre ces institutions et un-chacun (comme le dit tosquelles), cet opérateur qu'est le collectif permet le jeu de cette double articulation.
    Une vraie relation triadique, donc d'un registre conceptuel. c'est là que jean oury, à l'instar de lacan, de peirce, propose d'identifier cet opérateur à ce que permet la double articulation dans le langage. quel bonheur de rendre possible par cette nouvelle édition la continuité de la diffusion de cette parole, de cette pensée ! michel balat.

empty