• L'Écume des jours

    Boris Vian

    • Theleme
    • 18 Janvier 2008

    L'Écume des jours de Boris Vian est paru en 1947. À travers l'élaboration d'un univers absurde et surréaliste, le roman construit une forme de fatalité tragique où toutes choses se confondent dans une trajectoire morbide qui ne laisse aucune place à l'amour et la beauté. La maladie et l'obsession avalent tout, "pourquoi ça ne suffit pas de toujours rester ensemble, il faut encore qu'on ait peur", se demande Colin.

  • Antonio José Bolivar connaît les profondeurs de la forêt amazonienne et ses habitants, le noble peuple des Shuars. Lorsque les villageois d'El Idilio les accusent à tort du meurtre d'un chasseur blanc, le vieil homme se révolte. Obligé de quitter ses romans d'amour - seule échappatoire à la barbarie des hommes - pour chasser le vrai coupable, une panthère majestueuse, il replonge dans le charme hypnotique de la forêt.

  • Le joueur d'échecs

    Stefan Zweig

    • Theleme
    • 24 Mai 2006

    Dans l'atmosphère feutrée d'une croisière entre gens de la bonne société, Czentowicz, célèbre champion d'échecs, défie les autres passagers pour les battre à plates coutures. Soudain un inconnu semble capable de l'affronter. Celui-ci a appris les échecs dans un manuel pendant un long séjour dans les geôles nazies. Il va relever le défi et jouer pour la première fois de sa vie avec un véritable échiquier. Dans cette ambiance de croisière il va retrouver sa passion carcérale.
    Publié en 1943, un an après le suicide de son auteur, Le Joueur d'échecs fait figure de testament dans l'oeuvre de Zweig.

  • Très grièvement blessé lors de la guerre de 1914-1918, Maurice Genevoix rassemble ses souvenirs de soldat. Il n'avait que 24 ans lorsqu'il prit le commandement d'une compagnie en août 1914. Tandis que se tissaient des relations faites d'entraide et de peur, il fit face à l'horreur des combats, des cadavres mutilés, de l'inimaginable.

  • Le monde de Sophie

    Jostein Gaarder

    • Seuil
    • 25 Octobre 2001

    Tout commence le jour où Sophie Amundsen, une jeune fille de quinze ans, trouve dans sa boîte une lettre qui lui est adressée, et sur laquelle n'est inscrite qu'une seule phrase : «Qui es-tu ?». Une seconde enveloppe lui parvient, et à l'intérieur un nouveau petit mot : «d'où vient le monde ?». L'expéditeur de ces lettres reste un mystère, mais les questions posées intriguent Sophie. C'est le début d'une étrange correspondance qui va plonger la jeune fille en quête de réponses dans une longue visite des principales figures de la philosophie...

    Ce roman initiatique a conquis des millions de lecteurs à travers le monde. Sans doute parce que Le monde de Sophie ne donne pas de réponses pré-fabriquées mais parce qu'il pose des questions, de vraies questions.

  • Le baron perché

    Italo Calvino

    Monté à douze ans dans les arbres, Côme, baron du Rondeau, décide de ne plus jamais en descendre. Nous sommes en 1770. Des années plus tard, toujours perché, il séduira une marquise fantasque et recevra Napoléon en grande pompe. Ou comment un individu passe toute sa vie dans les arbres, pour prouver à ses contemporains ce que c'est que la liberté et l'intelligence.
    Autoportrait, conte philosophique, Le Baron perché est une éblouissante invention littéraire, où Côme circule au milieu des yeuses comme Calvino dans les lignes.

  • La Métamorphose

    Franz Kafka

    • Theleme
    • 24 Mai 2006

    En se réveillant un matin après des rêves agités, Gregor Samsa se retrouva, dans son lit, métamorphosé en un monstrueux insecte.

  • Le monde selon Garp

    John Irving

    Jenny Fields ne veut pas d'homme dans sa vie, mais elle désire un enfant. Ainsi naît Garp. Il grandit dans un collège où sa mère est infirmière. Puis ils décident tous deux d'écrire, et Jenny devient une icône du féminisme. Garp, heureux mari et père, vit pourtant dans la peur : dans son univers dominé par les femmes, la violence des hommes n'est jamais loin. Un livre culte, à l'imagination débridée, facétieuse satire de notre monde.

    « Le romancier est un médecin qui ne s'occuperait que des incurables. et nous sommes tous des incurables. » Le Monde selon Garp, partiellement autobiographique, a connu un succès mondial et a été porté à l'écran.

  • Ce roman est la suite de La Course au mouton sauvage. Le narrateur retourne à Sapporo (Hokkaïdo), à l'Hôtel du Dauphin, à la recherche de Kiki, la call-girl de luxe aux merveilleuses oreilles dont il a entendu en rêve l'appel au secours. L'Hôtel du Dauphin est devenu un immense palace, financé par la spéculation immobiliaire et la corruption. L'un des leitmotive du roman est une scène d'un film de série B, Amour sans espoir, dans lequel tourne l'un de ses anciens condisciples, Gotanda, avec l'énigmatique Kiki. Le narrateur, à Sapporo puis à Tokyo, visionne ce navet de façon obsessionnelle, renoue avec Gotanda et découvre l'existence d'un réseau international de call-girls de luxe. A la fin du livre Gotanda avoue qu'il a tué Kiki, et met fin à ses jours. Entretemps le narrateur aura aimé May, collègue de Kiki, peu après retrouvée étranglée.
    Dans une réalité parallèle, l'Homme mouton, déjà messager de l'autre-monde dans La Course au mouton sauvage, rencontré dans les ténèbres paranormales du 15e étage de l'Hôtel du Dauphin, lui aura délivré son injonction: «Danse, continue à danser», qui donne le titre du livre. C'est dans cet hôtel que le narrateur noue une idylle d'abord platonique avec Yumioshi, la jeune fille de la réception, avec laquelle il aura finalement une relation amoureuse, revenant en sa compagnie du monde des ténébres.

  • A Tokyo, un jeune cadre publicitaire mène une existence tranquille. Il est amoureux d'une jeune fille par fascination pour ses oreilles, est l'ami d'un correspondant qui refuse de lui donner son adresse pour de confuses raisons..., jusqu'au jour où cette routine confortable se brise.Pour avoir utilisé une photographie apparemment banale où figure un mouton, sa vie bascule. Menacé par une organisation d'extrême droite, il va se mettre en quête de cet animal particulier, censé confèrer des pouvoirs supra-naturels.


    L'écriture de Murakami, à mi-chemin entre réalisme et fantastique,  par son inventivité et son humour, place ce roman dans un univers qui paraîtne rien devoir aux classiques japonais. Son auteur est sans aucun doute l'un des représentants les plus originaux de la littérature nippone contemporaine.

  • Les Fleurs du Mal

    Charles Baudelaire

    • Theleme
    • 10 Avril 2003

    Recueil de poèmes de Charles Baudelaire, publié en 1857. La modernité et le renversement des valeurs établis a valu à ce livre d'être condamné pour outrage aux bonnes moeurs.

  • Effroyables jardins

    Michel Quint

    • Theleme
    • 25 Avril 2008

    "Certains témoins mentionnent qu'aux derniers jours du procès de Maurice Papon, la police a empêché un clown, un auguste, au demeurant fort mal maquillé et au costume de scène bien dépenaillé, de s'introduire dans la salle d'audience du palais de justice de Bordeaux. Il semble que ce même jour, il ait attendu la sortie de l'accusé et l'ait simplement considéré, à distance, sans chercher à lui adresser la parole. L'ancien secrétaire général de la préfecture de Gironde a peut-être remarqué ce clown mais rien n'est moins sér. Plus tard, l'homme est revenu régulièrement, sans son déguisement, assister à la fin des audiences et aux plaidoiries. A chaque fois il posait sur ses genoux une mallette dont il caressait le cuir tout éraflé.", Michel Quint, Effroyables jardins.

  • Les lettres à un jeune poète comptent parmi les plus beaux textes de Rainer Maria Rilke et constituent sans doute la meilleure introduction à son oeuvre poétique. Répondant à son jeune correspondant, F. X. Kappus, Rilke - alors âgé de 28 ans - traite au fil de ces lettres des questions essentielles que connaît tout poète, avec cette affirmation centrale : nous devons nous abandonner sans réserve à cette nécessaire solitude que nous découvrons en nous-mêmes, car c'est d'elle que jaillit toute clarté...

  • Un jour

    Maurice Genevoix

    • Seuil
    • 1 Janvier 1976
  • Nadja

    André Breton

    • Theleme
    • 21 Mai 2006

    Nadja, c'est le récit d'une vraie rencontre, celle avec une jeune femme dont Breton croise la route en octobre 1926 à Paris et qu'il voit jusqu'en février 1927, jusqu'à ce quelle soit internée en hôpital psychiatrique. Femme mystérieuse, "âme errante", elle a choisi elle-même son prénom : "Nadja, parce qu'en russe, c'est le commencement." Tout au long des pages, Breton explore sa propre vérité intérieure, au fil de ses déambulations dans Paris aux côtés de Nadja, imprévisible dans sa passion et son appréhension sensible du monde.

  • Mrs Dalloway

    Virginia Woolf

    • Theleme
    • 24 Mai 2006

    Récit d'une journée de printemps, marquée par les sonneries du clocher de Big Ben et les états d'âme de Mrs Dalloway, une promenade dans Londres comme une exploration de l'être, des sensations et des réminiscences qui résonnent sur l'horloge de la vie.

  • Ce n'est pas un hasard si nous voyons rouge, rions jaune, devenons verts de peur, bleus de colère ou blancs comme un linge. Les couleurs ne sont pas anodines. Elles véhiculent des tabous, des préjugés auxquels nous obéissons sans le savoir, elles possèdent des sens cachés qui influencent notre environnement, nos comportements, notre langage, notre imaginaire. Les couleurs ont une histoire mouvementée qui raconte l'évolution des mentalités.
    L'art, la peinture, la décoration, l'architecture, la publicité, nos produits de consommation, nos vêtements, nos voitures, tout est régi par ce code non écrit. Apprenez à penser en couleurs et vous verrez la réalité autrement !

  • Le Très-Bas

    Christian Bobin

    • Theleme
    • 21 Mai 2006

    L'enfant partit avec l'ange et le chien suivit derrire. Cette phrase convient merveilleusement ˆ Saint-Franois d'Assise. On sait de lui peu de choses et c'est tant mieux. Ce qu'on sait de quelqu'un empche de le conna»tre. Ce qu'on en dit, en croyant savoir ce qu'on dit, rend difficile de le voir.

  • "Enfin, dans la lumière du feu, sa silhouette massive apparaissait en chaloupant sur les jambes trop courtes. Ses deux longs bras frôlaient le sol, sa tête était enfoncée dans ses épaules épaisses et velues, ses yeux étaient injectés de sang, et il retroussait ses lèvres dans un effort constant pour bien dégager les canines. Quand j'étais petit garçon, son expression me terrifiait. En fait, elle ressemblait plutôt au sourire figé de l'homme qui s'ennuie à mort dans un pique-nique." "Je ris, et tu riras, c'est le livre le plus drôle de toutes ces années, mais ce n'en est pas moins l'ouvrage le plus documenté sur l'homme à ses origines."

  • Peau noire, masques blancs La décolonisation faite, cet essai de compréhension du rapport Noir-Blanc a gardé toute sa valeur prophétique : car le racisme, malgré les horreurs dont il a affligé le monde, reste un problème d'avenir.

    Il est ici abordé et combattu de front, avec toutes les ressources des sciences de l'homme et avec la passion de celui qui allait devenir un maître à penser pour beaucoup d'intellectuels du tiers monde.



    Frantz Fanon (1925-1961) Né à Fort-de-France, il s'engage dans les Forces française libre en 1943, puis étudie la médecine, la philosophie et la psychologie à Lyon. Il devient médecin-chef de l'hôpital psychiatrique de Blida, mais il est expulsé d'Algérie en 1957 et s'installe à Tunis où il reste lié avec les dirigeants du GPRA. Il meurt d'une leucémie après avoir publié deux autres ouvrages consacrés à la révolution algérienne et à la décolonisation.

  • Une vie francaise

    Jean-Paul Dubois

    Paul Blick a huit ans lorsque son frère meurt brutalement, le jour où la France entérine la Ve République.
    De Charles de Gaulle à Jacques Chirac, des premiers baisers aux premiers cheveux blancs, Blick hésite entre désir de révolte, confort bourgeois et recherche d'un absolu désillusionné. Cette vie française, à laquelle chacun peut s'identifier, est inscrite dans une Histoire en marche et subit le monde autant qu'elle le construit.

empty