Lurlure

  • Je t'aime comme

    Milène Tournier

    • Lurlure
    • 24 Août 2021

    Construit sur le double leitmotiv des termes Aimer et Comme, le nouveau recueil de Milène Tournier est une formidable déclaration d'amour au «tout-ordinaire» qui constitue l'âme de la ville moderne : ses lieux («Je t'aime comme une banque», «Je t'aime comme une bibliothèque», «Je t'aime comme un salon de tatouage»...) mais aussi ses objets, ses usages ou ses emblèmes («Je t'aime comme une gargouille», «Je t'aime comme une manifestation», »Je t'aime comme un pigeon»...). Le regard de la poète, qui voit tantôt avec les yeux de la passante, tantôt avec ceux de l'enfant rêveur ou encore avec ceux de l'amoureuse transie, agit ici comme un puissant révélateur : le banal qui fait partie intégrante de la ville moderne ne l'est aussi que parce que nous ne savons pas - ou plus - le voir. L'écriture de Milène Tournier se dote ainsi d'un pouvoir quasi-performatif : il s'agit rien moins que de réenchanter notre environnement par le verbe poétique.

  • Configures

    Tyhaine Garnier

    • Lurlure
    • 2 Avril 2021

    « Nouements », « Serrement s», « Ressassements », « Fraîchissements », « Dénouages » : les chapitres de « Configures » dessinent à gros traits une « histoire d'amour ». Les acteurs passent et repassent (le poète et sa muse, le peintre et son modèle, l'homme-oiseau de Lascaux et sa bisonne, etc), mais le fond ne change pas : sous ces masques divers, c'est toujours l'éternel tête-à-tête, obsessionnellement rejoué. Si on perçoit partout l'écho d'émotions vraies, exaltées ou chagrines, le tout est rhétoriquement recuit, écumé et mis en pot : poésie ici n'est pas 100 % pur jus de vie, mais confiture : une série d'opérations qui métamorphosent le produit jusqu'à le rendre, bien souvent et heureusement, méconnaissable.

  • Ce recueil est composé des deux textes que Roger Gilbert-Lecomte a consacrés à Arthur Rimbaud. Le premier, "Après Rimbaud la mort des arts", a paru initialement dans la revue Le Grand Jeu au printemps 1929. Le second a paru en introduction au livre Correspondance inédite (1870-1875) d'Arthur Rimbaud (Éditions des Cahiers Libres, 1929). Ils sont précédés d'une préface de Bernard Noël, "La Mort, le Mot et le Mort-Mot". Roger Gilbert-Lecomte entretenait plus qu'une proximité avec Rimbaud, et s'il évoque dans ces deux textes l'oeuvre et la figure du poète, c'est d'abord pour faire sienne la «mission poétique» de Rimbaud. La réédition de ces textes est une vraie redécouverte, de même que la préface de Bernard Noël, réflexion sur le pouvoir d'évocation - voire d'incantation - du langage.

    Sur commande
  • Et voici la chanson Nouv.

    Dans cette Chanson l'oreille voit et l'oeil entend. La recherche visuelle / sonore, l'inventivité De l'écriture donnent naissance à une polyphonie de voix émiettées en séries de lancers, à un éclatement de la parole, parfois jusqu'à sa mise en poudre. Rester en vie, exister ici et maintenant, même dans l'insensé, voilà la chanson de Et voici la chanson avec ses voltes, ses intrications, ses élans, ses ruptures.

  • L'autre jour

    Milène Tournier

    • Lurlure
    • 5 Octobre 2020

    L'écriture de Milène Tournier ne souffre ni borne(s) ni contrainte(s); en vers ou en prose (parfois en mêlant les deux), elle cherche, tente, explore, «explose» (François Bon) grammaire et syntaxe avec talent et virtuosité.
    Dans L'autre jour, son second recueil, son écriture évoque à la fois la perte (de l'enfance, de l'amour), la disparition (de la nature, du silence), la peur (de la mort) mais aussi la beauté simple des choses vues et/ou vécues et le recours que les hommes sont toujours les uns pour les autres dans ce «fabuleux d'exister».

    Sur commande
  • Le confinement du monde

    Pierre Vinclair

    • Lurlure
    • 27 Novembre 2020

    Dans la lignée de Sans adresse (Lurlure, 2018), Pierre Vinclair signe avec Le Confinement du monde un recueil des plus singuliers, composé de trois ensembles de sonnets écrits durant la période de «confinement du monde», au printemps 2020 :
    - le premier, «Chansons covides», fut adressé, via les réseaux sociaux, aux vivants confinés;
    - le deuxième, «Une couronne», est un hommage aux morts du coronavirus (le titre reprend ici la forme : en poésie, une «couronne de sonnets» est un cycle de 14 sonnets s'enchaînant l'un l'autre et s'achevant par un sonnet dit «sonnet maître», élaboré à partir du premier vers de chacun des 14 premiers).
    - le troisième, «Sonnets de chiffon», a été écrit pour un enfant à naître. Dans cet ensemble, la «forme» du sonnet bouge, travaille vers une autre forme, une autre écriture : on ne devine plus que le squelette, «l'image-fantôme» du sonnet classique.
    Tout à la fois chronique du confinement - l'auteur y rapporte, sans fard et sans posture, son quotidien de père de famille et de professeur de lycée, sa traversée de la maladie (il a été personnellement touché par le coronavirus) -, méditation sur la souffrance,

  • Massacres

    Typhaine Garnier

    • Lurlure
    • 28 Juin 2019

    Massacres, ou la mise à sac d'un patrimoine poétique, celui que consacrent notamment les anthologies de poésie. Ici, le propos n'est pas de « dépoussiérer » des « grands classiques » de la poésie française, mais Typhaine Garnier, avec un culot aussi énorme que son talent, et une jubilation contagieuse, dépèce et rosse, travestit, maquille des textes des plus grands poètes français : Ronsard, Baudelaire, Rimbaud, Mallarmé...

  • Vers nouveaux

    Arthur Rimbaud

    • Lurlure
    • 2 Avril 2021

    Écrits en 1872 (Rimbaud est alors âgé de 17 ans), les poèmes qui composent les Vers nouveaux (le titre généralement retenu est : Vers nouveaux et chansons - il n'est pas de Rimbaud, qui n'avait pas titré ces poèmes) par leur ton et par leur liberté formelle, constituent une avancée majeure de la poésie fran-çaise. Cette édition a été préparée et annotée par le poète Ivar Ch'Vavar, dont l'oeuvre de Rimbaud est l'une des grandes influences. Elle pose un regard neuf sur ces poèmes essentiels de notre littérature.

    Sur commande
  • Trubert

    Douin De Lavesne

    • Lurlure
    • 25 Octobre 2019

    Ce poème inclassable, écrit à la fin du XIIIe siècle par un trouvère dont on ne sait rien, est une sape infernalement drôle qui bat en brèche toutes les valeurs auxquelles est adossée la société de ce temps. La violence extrême, réelle ou symbolique, y devient une forme d'art qui, par son systématisme et son apparente gratuité, anticipe de plusieurs siècles certaines performances dadaïstes et surréalistes.

    Sur commande
  • Le déploiement

    Petr Král

    • Lurlure
    • 6 Mars 2020

    Dans la vie comme dans ses écrits, proses et poésies, Petr Král s'attache au moindre détail du monde réel, à tous ces petits riens que d'ordinaire l'on ne voit pas mais qui constituent pourtant la trame intime de l'existence. Son champ d'expérimentation est essentiellement urbain. Il se définit lui-même comme "un piéton métaphysique", si l'on veut bien comprendre que cette métaphysique dont il parle n'est pas au-delà du réel mais qu'au contraire elle en fait partie.

  • Sans adresse

    Pierre Vinclair

    • Lurlure
    • 11 Janvier 2019

    Sans adresse est un recueil de sonnets écrit durant les six derniers mois de la vie de Pierre Vinclair à Shanghai. Après sept ans à l'étranger, le temps se fait long, l'auteur s'ennuie des siens ; en même temps, la métropole chinoise continue de changer, sous ses yeux, offrant un visage toujours renouvelé.

  • Txt n°34 ; travelangue

    Collectif

    • Lurlure
    • 27 Novembre 2020

    Après une interruption de 25 ans, la revue TXT, créée en 1969 à l'initiative de Christian Prigent et Jean-Luc Steinmetz, a ressuscité en 2018 avec un n° 32, « Le retour », dont le principe était que chaque membre du TXT reformé propose un auteur plus jeune. Parmi eux, Typhaine Garnier, Bruno Fern et Yoann Thommerel, qui forment l'actuel comité de rédaction de la revue.

    Sur commande
  • Dans cette conférence prononcée le 3 mai 1986 à l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen, Senghor, Normand d'adoption, définit la Normandité comme le fruit du métissage culturel entre les Nordiques, les Celtes et les Germains.

  • La vache d'entropie

    Ivar Ch'Vavar

    • Lurlure
    • 11 Janvier 2019

    La justification : une contrainte qui conduit à redisposer tous les éléments du poème ; qui permet de poser à nouveaux frais toutes les questions de la poésie ; qui bouleverse du tout au tout les conditions et les moyens de la pratique poétique. Ivar Ch'Vavar a écrit son dernier poème justifié, La vache d'entropie en 2018.

    Sur commande
  • Cet essai, à la fois spéculatif et polémique, vise à une réévaluation du champ de signification de la poésie dans la plupart de ses implications (artistiques, philosophiques, sociologiques, politiques, éthiques, etc.), à la croisée du débat contemporain et de l'histoire des idées. À rebours des partis pris idéologiques, il s'efforce de déchiffrer la situation actuelle de la poésie, compte tenu de son caractère paradoxal : à la fois propagée et méconnue, surmédiatisée et discréditée... Il établit un état résolument critique des arguments, des lieux, des pratiques, des institutions et des moeurs, qui sous couvert de « défendre, de promouvoir la poésie » pousse à son instrumentalisation, à sa réification.

  • Arthur Rimbaud, mort en 1891 à l'âge de 37 ans, a passé la majeure partie des dix dernières années de sa vie en Arabie et en Afrique, et notamment en Éthiopie (alors nommée Abyssinie). Jean-Michel Cornu de Lenclos, chercheur, éditeur et écrivain, grand connaisseur de l'oeuvre de Rimbaud, a fait de nombreux séjours dans ce pays. Il en a rapporté une série d'études passionnantes - et inédites -, travaux d'historien autant que de critique littéraire, que nous avons choisi de réunir sous le titre L'Abyssinienne de Rimbaud (titre du premier article du livre).

    Sur commande
  • Ivar Ch'Vavar est l'un des poètes contemporains les plus originaux, les plus sidérants. Au fil de quarante années de poésie, il a construit une oeuvre où l'invention formelle libère des images inouïes, où la transgression carnavalesque sert la figuration des formes sensibles et de la vie en commun. Tout en traçant un itinéraire dans cette oeuvre complexe dont il met en évidence les conditions de production, les obsessions et les enjeux, Pierre Vinclair propose des réponses nouvelles à des questions de poétique générale. Guidé par le chamane Ch'Vavar dans un voyage qui mène de la « Grande Picardie Mentale » à Hollywood, Le Chamane et les Phénomènes se fait tout à la fois récit d'initiation à la poésie et ouvrage de critique littéraire, exercice d'admiration, poème et méditation philosophique.

    Sur commande
  • Les Dessous de Paris

    Alfred Delvau

    • Lurlure
    • 5 Septembre 2017

    Dans ce livre, publié initialement en 1860 dans un Paris en pleine frénésie haussmannienne, Alfred Delvau se fait le guide d'un Paris insoupçonné et insolite, sans jamais se départir de l'humour acerbe teinté de mélancolie qui caractérise sa plume.

    Sur commande
  • âprès

    Yannick Torlini

    • Lurlure
    • 6 Juillet 2018

    Qu'est-ce que "l'écrire" à l'heure où les mondes s'effondrent ? "Tenir", grâce à une parole, serait-ce encore imaginable à l'heure des désastres et des résignations ? Ou peut-être faudrait-il seulement accepter, phrase après phrase, ce "rien" qui restera, et seulement cela.

  • Chansons bachiques

    Jean Le Houx

    • Lurlure
    • 6 Juillet 2018

    Jean Le Houx est, en France, l'inventeur d'un genre : la chanson bachique. Ses chants célèbrent inlassablement le vin et les plaisirs de la table. Si ces chansons sont d'inspiration rabelaisienne, le poète ne fait pourtant jamais l'apologie de la débauche mais, au contraire, rejette tout excès de boisson.

    Sur commande
  • Diaboles

    Gregory Halleux

    • Lurlure
    • 6 Mars 2020

    "Pourquoi Diaboles ? Le terme ne peut se comprendre qu'en considération de cet autre plus connu, mais pas tellement plus évident : symbole. Étymologiquement, ce mot rare, qui existe à peine en français, est son opposé : le diabole divise tandis que le symbole réunit. Ce qui m'a d'abord intéressé, c'est l'idée qu'un titre - idéalement, je suppose - se doive d'être symbolique : il doit être en harmo­nie avec le contenu du livre. Si l'on trouve dans mes poèmes de la coupure, de la division, de la sépa­ration, mon titre, paradoxalement, sera donc symbolique et aurait tout aussi bien pu être Symboles.

    Sur commande
  • Le burlesque ou morale de la tarte à la crème Nouv.

    Rares sont les ouvrages qui, au-delà des comiques individuels, sont consacrés à l'ensemble de son univers. Le présent livre, paru pour la première fois en 1984 (chez Stock) et épuisé depuis longtemps, en est un ; le burlesque y est tour à tour éclairé par des vues cinéphiles et esthétiques, certes, mais aussi par des idées d'ordre psychologique, sociologique et même métaphysique. Une place importante est faite à son érotisme, valeur essentielle mais restée pratiquement taboue jusqu'à présent. Enfin, les nombreuses analyses de gags et de séquences, aussi subtiles que précises, sont autant de clés pour comprendre le monde de Chaplin, Langdon, Keaton, Harold Lloyd, Laurel et Hardy, ou des Frères Marx.

    À paraître
  • Lectures (2004-2015) est une anthologie des articles critiques de Laurent Albarracin parus notamment sur le site Poezibao. Le lecteur y croisera les livres de poètes aussi différents qu'Olivier Domerg, Philippe Jaffeux, Eugène Savitskaya ou Marie Huot, l'ensemble dessinant un aperçu très personnel du paysage poétique contemporain.

    Sur commande
  • Deux femmes confient à l'historien Jean-Dominique Jacquemond, des années après, les souvenirs de leurs rencontres avec le peintre Gaston Chaissac.

    Sur commande
empty