• Une compensation aux luttes Nouv.

  • Mortelle Sultane

    Marek Corbel

    • Ska
    • 1 Octobre 2016

    Une course-poursuite dans un Paris pétrifié par les assassinats du mois de janvier 2015. « Si vous le dites, brigadière ! » Sans doute s'est-elle rendu compte de l'épaisseur des conneries qu'elle assène. En matière d'épaisseur et de cuisses de dinde, d'ailleurs, l'uniforme, décidément, ne pare pas à toutes les tares esthétiques. Je redescends d'un étage encore. Un silence triste se diffuse. On ne sait plus si on regrette cette insouciance de la France d'avant, si on entend bagarrer pour la liberté d'expression, pour venger le collègue. « Ah oui, capitaine... Un certain Néné a cherché à vous contacter quand vous étiez à la réunion des chefs de brigade. » Malgré la lourdeur émotionnelle étreignant l'étage je reçois un coup de fouet. On retrouve les flics de la série Noir de suiTe dans un Paris traumatisé. L'action est foisonnante, la chronologie du récit bousculée, la réalité mouvante d'un malaise palpable, où les personnages glissent inexorablement vers le pire. Wesh ! Ce polar ancré dans l'actualité vous plongera dans un univers sombre au suspense prenant ! EXTRAIT Une bourrasque sèche l'enroule sur le parvis de la préfecture. Elle sursaute, malgré la doudoune que lui a offerte Diane un mois plus tôt. Elle tressaille à la sirène assourdissante provenant du boulevard Lénine. Sihem semble comme tétanisée tandis qu'elle lève le regard vers le Mac Do. Elle expire en discernant le camion rouge pompier. Des jeunes désoeuvrés de Karl Marx ou de l'Étoile ont dû foutre le feu à une poubelle, ou déclencher une alarme quelconque en fumant du teusch dans une cave. Elle redescend d'un niveau. Oui, Laurence va se foutre d'elle, de son élocution chevrotante. Le J&B altère de plus en plus sa diction. Il faut lui en parler. Pourquoi Dubaï ? Elle se moquera de ses projections plus que de ses goûts de luxe, une fois la cavale derrière elles trois. Laurence ironisera sur ses mastodontes impersonnels de l'émirat, sur leurs vitres bleutées. Elle lui assènera le côté sinistre de ces hôtels en carton pâte. Laurence défendra Collioure, une certitude. Elle est française, elle, après tout. À PROPOS DE L'AUTEUR Né dans le Finistère, Marek Corbel travaille, dans le civil, comme juriste pour le ministère de l'Éducation Nationale, Paris. Il évolue entre le roman noir à coloration politico-historique, et le polar régional, plus classique. Ses influences en matière d'écriture sont diverses puisqu'elles proviennent aussi bien d'Un Pays à l'aube (Dennis Lehane) que des auteurs du néo-polar français.

  • Il était une fois 1945

    Marek Corbel

    Le commissaire Madec, patron d´une des brigades du légendaire « 36, Quai des Orfèvres », s´apprête à coffrer en flagrant délit un important groupe de dealers en banlieue parisienne.

    Mais l´arrestation tourne mal avec la grave blessure d'un policier municipal et surtout la mort de l´un des bandits. Une étrange bavure à l´origine d´émeutes dans les quartiers chauds de la ville.

    La hiérarchie administrative du « 36 » met en avant la responsabilité de Madec, considéré comme un flic réactionnaire et dépassé. Le commandant Le Coz, anti portrait du commissaire, est donc chargé par le syndicat d´organiser la défense de son collègue.

    Au milieu des complots, manipulations et intérêts politiques qui compliquent l'affaire, Le Coz va mener l'enquête sur les origines complexes du drame, dans « une banlieue rouge » meurtrie...

  • Auguste l'aventurier

    Marek Corbel

    Ce roman évoque, à travers une fiction, la vie et l'esprit d'Auguste Le Breton, écrivain majeur du roman policier français des années 1950 et 1960. Auguste Le Breton, l'auteur de plus de 80 policiers est aussi célèbre pour les adaptations cinémas de ses principaux romans : Razzia sur la Chnouff, Le Clan des Siciliens, etc. L'inventeur du « rififi » ou du « verlan », le maître de l'argot, a côté des plus grands acteurs comme des plus grands truands.

    Sur commande
  • Novembre 2011. Plougouvelin, station balnéaire du Nord Finistère.
    La brigade de gendarmerie du Conquet retrouve le cadavre de la riche et très âgée Marie Le Moign dans sa villa, membre de l'empire entrepreneurial porcin du même nom. Quelques heures plus tard, la gendarmerie maritime repêche, dans la rade de Brest, le corps d'Hans Schwitzer, un ancien activiste de la Fraction armée rouge ouest-allemande. Le capitaine Gourmelon et le lieutenant Oudjani vont progressivement unir leurs efforts dans cette enquête après avoir découvert que le meurtre de la veuve fortunée et le supposé suicide de Schwitzer ont été réalisés avec la même arme de guerre, datant de l'époque de l'Occupation.
    Au même moment, Maryse Dantec, jeune retraitée, venue veiller son vieux père souffrant, à Brest, décide de reprendre ses études d'histoire.
    C'est l'occasion, pour l'ex-institutrice de s'intéresser aux premières actions de résistance à l'arsenal et de réveiller les fantômes de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale.

empty