• Caroline Allard est née à Uccle, en Belgique, en 1966... puis à Ottignies, toujours en Belgique, mais en 2018.
    Sa vie professionnelle mouvementée et atypique, allant du management à l'enseignement, se termine brutalement par un A.V.C. à cinquante ans. Pendant sa convalescence, sa neuropsy lui détecte un haut potentiel artistique inexploité. Son bonus de vie est propice à une reconversion thérapeutique. Si son premier roman "Moteur pour Angèle" est une autobiographie romancée, c'est la dystopie qui l'attire aujourd'hui.
    Rose est une enfant intelligente et adorable. Aramis est un papa poule, fier et aimant. Une plage paradisiaque sert d'écrin à ce moment de bonheur inoubliable. Le décor idyllique est planté mais les fléaux annoncés aujourd'hui ont été transformés en réalité pour rendre leur monde nettement moins idéal qu'il n'y paraît. Venez découvrir notre avenir avec eux.
    HP Dystopia vient d'être choisie par un collectif d'artistes pour être adaptée en court-métrage.

  • Une fois qu'on est dans l'indignité, on ne peut plus s'en sortir. On y sombre. Et le fond semble étrangement lointain. On regarde les livres sur nos tablettes : La première année de bébé, Comment nourrir sainement votre progéniture ou Aider votre enfant à bâtir son estime de soi. On les regarde, ces bouquins, et on ricane. La première année de bébé nous semble noyée dans le brouillard du manque de sommeil. Côté nourriture, aucune inquiétude, puisque c'est avec notre équilibre mental que notre progéniture casse la croûte. Quant à l'estime de soi, c'est plutôt celle des parents qu'il faut rebâtir brique par brique, roman policier par roman policier, gin tonic par gin tonic.
    Et tome par tome, d'où ce tome 2 qui, espérons-le, vous fera rigoler autant que le premier. On pourrait aussi bien dire que ça vous fera réfléchir, mais ce serait un mensonge éhonté.


    Longue vie à l'indignité!

    Caroline Allard a mis deux enfants au monde. Bien qu'elle les aime énormément, elle ne peut réprimer une envie irrépressible de défoulement qu'elle soulage en écrivant des chroniques rigolotes à leur sujet. Son premier roman, tiré de son blogue, a remporté le Grand Prix littéraire Archambault et lui a aussi permis de visiter moult Salons du livre, ce qui a pour avantage de l'autoriser à fuir ponctuellement la maison pour s'amuser en bonne compagnie. Son principal projet d'avenir est (cochez la bonne réponse): A) Avoir 13 autres enfants pour subséquemment écrire 13 nouveaux tomes de Mère indigne; B) Attendre que ses filles grandissent pour leur faire rédiger ses chroniques à sa place; ou C) Aller se préparer un gin tonic, parce qu'écrire une bio, ça donne soif.

  • Sur commande

  • Comment le discours autour de l'équilibre est-il devenu aussi confus? Pourquoi recherchons-nous l'équilibre? Certes, la notion renvoie à un état de grâce où rien ne nous manque et où rien n'est de trop, mais l'équilibre ne possède-t-il pas une nature plutôt austère? Quand on y pense, la ligne du milieu est étroite et les motifs de chute, nombreux... Et, pour ce qui est de s'amuser, les excès ont bien meilleure réputation.

  • Une réflexion ludique autour du mot «épique» par l'auteure des Chroniques d'une mère indigne et de Pour en finir avec le sexe (Éditions du Septentrion).

  • Nous affrontons de moins en moins de problèmes, mais relevons de plus en plus de «défis». Que se cache-t-il derrière ce glissement?

  • Comment expliquer notre admiration pour ceux et celles qui performent comme des machines?

  • Le parent du 21e siècle angoisse, rumine et se tourmente: comment favoriser le plein développement de son enfant chéri? C'est la faute de la science, nous dit Caroline Allard. Mais il est grand temps qu'on cesse de se prendre pour des imbéciles.

  • Thomas More, qui avait rêvé d'un monde idéal dans Utopia, a été décapité il y a déjà plusieurs siècles. Les hippies ont depuis longtemps rangé leurs Westfalia, et les projets de société semblent s'élaborer de manière plus cohérente dans le jeu vidéo Civilization qu'au sein des partis politiques. Y a-t-il encore des utopies au 21e siècle?

  • Universel coiffure

    Caroline Allard

    « Sur la planète de Ti-Luc et Jean-Pierre, avoir une belle coiffure était un droit humain fondamental. ».
    Enlevée à Saint-Lin-Laurentides par deux psychopathes soidisant extraterrestres, la coiffeuse Sylvie Chénier se voit forcée d'annoncer aux Québécois que le bonheur passe par une belle coupe de cheveux. Cette révélation chamboulera la vie de Sylvie et celle du Québec au complet. Meurtres, attentats et soulèvements populaires se succèdent, ponctués par une grosse colère de Jean-Luc Mongrain, la création d'une Commission Bouchard- Taylor sur les exigences raisonnables en matière de coiffure et un incident diplomatique au terme duquel les Iraniens menacent de faire sauter la planète.

  • **Format papier épuisé** Le premier numéro du magazine Nouveau Projet. Inclut notre dossier «(Sur)vivre au 21e siècle», avec des textes de Charles Taylor, Joseph Heath et Andrew Potter, Mathieu Arsenault, Caroline Allard, Hugo Séguin, Nicholas Carr et autres.

  • Avez-vous de mauvaises pensées en changeant des couches ? Aimez-vous préparer des fêtes d'anniversaire pour vos bambins ? Et la sexualité après l'accouchement, vous y croyez ? Attention, vous êtes peut-être une Mère indigne sans le savoir. Pour être définitivement fixée sur vos tendances, savourez les anecdotes hilarantes, le style irrésistible de Mère indigne et vous serez décomplexée ! Fini la culpabilité, fini l'autoflagellation, vous allez pouvoir rire de vos enfants, de vous-même et de Père indigne, bien sûr !

  • Changer des couches quinze fois par jour encouragerait les pensées impures? On pourrait le croire en lisant les aventures et les réflexions d'une mère de famille qui, après sept mois de congé de maternité, s'est soudainement révélée à elle-même et à la communauté virtuelle comme étant irréversiblement une mère indigne.

    Depuis mars 2006, elle entretient les lecteurs de son blogue de tous les aspects cachés, et parfois tabous, de la maternité: des pièges que recèle la préparation des fêtes d'anniversaire pour plusieurs enfants au cauchemar d'endormir un bébé qui a la volonté plus arrêtée qu'un dictateur, en passant par les dessous nauséabonds de l'accouchement, rien ne leur est épargné.

    Les Chroniques d'une mère indigne souhaitent démontrer aux parents qu'il est parfois bon de rire de la vie familiale et même de leurs enfants. Loin d'être répréhensible, l'indignité est une question de survie!

  • Parce qu'on lit une bonne histoire de filles comme on part en vacances au soleil en hiver, pour se détendre et pour s'évader, "Histoires de filles sous le soleil", c'est trois romans dont les héroïnes passent une semaine dans le Sud pendant l'hiver. En croisière, dans un tout-inclus avec sa famille ou avec ses meilleures amies, chacune d'entre elles saura tour à tour vous faire rire, vous emballer et vous attendrir. Trois auteures aux plumes aussi raffinées et drôles que différentes qui offrent ici trois histoires qui font du bien !

  • L'univers de la maternit' fait l'objet d'innombrables ouvrages dans lesquels les conseils d'experts jouent un rôle prédominant. Ce livre parodie astucieusement ces bibles éducatives.
    Issu de la collaboration de deux auteures reconnues pour leur sens de la dérision, Les joies de la maternité (poil au nez) présente des conseils suspects, des cas vécus effarants, des avis d'experts intraitables, de fausses publicités absurdes et des suggestions pédagogiques à  faire dresser les cheveux sur la tête.
    A offrir à  toutes les mères de bonne volonté, qui ont absorbé tous les préceptes éducatifs des livres sérieux et qui sont mères pour une bonne dose d'humour et d'é©vasion.

  • Trois histoires de filles qui ont décidé de partir une semaine au soleil pour passer du bon temps, faire le point sur leur vie, se retrouver entre copines, prendre de grandes décisions... Au choix, ou tout en même temps : à vous de lire !

    Donne-moi ton coeur.
    Nadia Lakhdari King nous emmène à Cuba, en compagnie d'Eva, partie assister au mariage de sa soeur. Cette " pause " pas toujours de tout repos va la renvoyer sans ménagement à l'absurdité d'un modèle auquel, pourtant, elle s'évertue de ressembler. Et si, plutôt que de s'empresser de cocher toutes les cases d'une vie d'adulte bien comme il faut, elle s'autorisait le luxe de " prendre le temps de prendre le temps " ?

    ¡ Salud !
    Emmanuelle la susceptible, Charlotte l'hypersensible, Mélodie l'extravertie et Caroline la control freak sont quatre amies de lycée dont la vie a un peu distendu les liens. Pour ressouder le groupe, Caroline propose aux trois filles de partir au Mexique, pour quelques jours de vacances entre copines, avec au programme plages de sable blanc, mer turquoise, G.O musclés et margaritas à gogo. Une chronique pleine de vie et d'humour sur l'amitié, signée Catherine Girard-Audet, l'auteure à succès de la série " La Vie compliquée de Léa Olivier ", qui dévoile ici une autre facette, plus adulte, de son talent.

    Il était un petit navire.
    Julie ne demande pas mieux qu'une croisière au soleil avec son amoureux et ses amis. Sauf qu'un détail lui avait échappé : la croisière c'est entre copains certes, mais en famille aussi. Et qui est la bonne poire, sans enfants à charge, qui se retrouve à " baby-sitter " ceux des autres ? Julie... Laquelle, malgré son "enfantophobie " affichée, va devoir apprendre à composer avec ces êtres bizarres, mais finalement attachants, que sont les enfants. Un récit drôle et distancié de Caroline Allard, qui interroge la part d'enfance qui demeure en chacun de nous.

  • **Format papier épuisé** Le premier numéro du magazine Nouveau Projet. Inclut notre dossier «(Sur)vivre au 21e siècle», avec des textes de Charles Taylor, Joseph Heath et Andrew Potter, Mathieu Arsenault, Caroline Allard, Hugo Séguin, Nicholas Carr et autres.

  • À l'origine, le thème de ce numéro désirait attenter à la rectitude politique ambiante qui interdit de dire que le roi est nu : le cynisme se porte mal et le ridicule triomphe! Bien vite, cependant, cette idée de départ est apparu trop restrictive, tant l'univers du ridicule se déployait, immense et multiforme, au fur et à mesure que s'élaborait le numéro. Il n'y a pas de frontière, de limite, de forme parfaite, d'entéléchie du ridicule qui ne pourrait être dépassée, comme le démontrent la variété, l'abondance et la qualité des textes réunis dans ce numéro. Mais ceux-ci ont en commun de tous conduire au même constat : bien que l'on souhaite généralement l'éviter, personne n'échappe au ridicule. Sous la direction de François Lepage.

  • Le trou d'cul est-il un concept pertinent pour comprendre les dérives du capitalisme contemporain? Qu'est-ce que ça signifie, en 2013 «devenir écrivain»? L'embourgeoisement des quartiers laisse-t-il uniquement derrière lui des loyers élevés et du meilleur café? Et si l'électrification des transports était une fausse bonne idée? Voilà quelques-unes des questions que soulève le quatrième numéro du magazine Nouveau Projet, un semestriel qui cherche à renouveler le débat d'idées, loin de la pensée en silo. Des drones à l'accouchement naturel, du Mali à Montréal-Nord, de la philosophie à la fiction, de l'économie à la poésie en passant par l'urbanisme et les racines canadiennes-françaises de Jack Kerouac, cette édition de Nouveau Projet offre une pause dans le récit du monde, confronte les points de vue et bouscule les habitudes de lectures. Le numéro présente également une nouvelle inédite de Louis Hamelin.

  • C'est une sorte de hasard, mais on parle beaucoup d'action, dans ce troisième numéro de Nouveau Projet. Ce qu'il faut faire, maintenant, pour revoir la production de nos aliments, pour couper le quart de nos émissions de gaz à effet de serre, ou pour rendre la fonction publique plus attirante pour les jeunes Québécois. On découvre l'urbanisme tactique, qui délaisse les lentes consultations et les grands plans d'ensemble pour se concentrer sur des actions immédiates et concrètes. On réfléchit à la procrastination, ce terrible frein à l'action, ainsi qu'à la brièveté de la vie et à la nécessité de consacrer son temps aux activités utiles. On s'attarde aussi sur la condition d'artiste et le difficile équilibre entre l'action et la réflexion. Et bien d'autres choses qu'on vous laisse découvrir.
    Avec des textes de Denis Côté, Nicolas Langelier, Jocelyn Maclure, Samuel Mercier, Caroline Allard, Chris Turner, Daniel Weinstock, Sénèque...

empty