• Dans J'écris pour le matin clair de Mads Mygind le narrateur questionne notre recherche de cohérence, de sens, en mettant tout ensemble sur la table poétique : ce qu'il voit, ce qu'il entend, ce qu'il fait, ce qu'il pense, ce qui se dit, ce qui se passe. Il brouille les unités de lieux et de temps, les frontières entre l'anecdote et l'évènement, le trivial et l'existentiel. Se refuse à porter un jugement. Reste en état de choc et d'hébétude et entraîne le lecteur dans un jeu de perceptions à un rythme qui oscille entre scansion emportée et une série de contrepoints d'une lenteur plus mélancolique.

    Sur commande
empty