• Mondiale boucherie

    Olivier Costes

    • Oskar
    • 10 Août 2014

    À 58 ans, Philippe Piétrain envisage de raccrocher sa blouse d'artisan boucher. Mais un événement vient contrarier ses projets de retraite : l'invasion de la charcuterie allemande. Joseph Jouffre, le grand patron de la boucherie française, fait appel à lui pour reprendre en main les abattoirs de Verdun et sauver l'honneur de la viande de terroir. S'engage alors une lutte à couteaux tirés où tous les moyens sont bons pour défendre son bifteck, même l'alliance avec les rosbifs. Au menu de ce roman saignant, beaucoup de viandes froides et d'humour noir.

  • Les cerveaux casses

    Olivier Costes

    • Fauves
    • 11 Septembre 2018
    Sur commande
  • Fraîchement arrivé au lycée, Adolf est un ado moustachu, envahissant et totalement ingérable, aussi cruel que raciste. Pourtant, la directrice, Madame Maréchal, octogénaire prête à tout pour défendre la devise de son établissement, Travail, Famille, Poterie, est très accommodante. Plutôt que d'affronter le tyran en herbe, elle préfère collaborer avec sa clique aussi grotesque que maléfique : Hermann, Heinrich, Martin, Klaus... et la blonde Eva...

    Inspiré de faits réels et d'anecdotes méconnues, le roman fait de troublants allers-retours entre présent et passé, réalité et fiction. C'est ainsi qu'on découvre une petite histoire qui ressemble à la grande.

  • Lulu et son chienchien sont de super copains, mais attention : Zinzin n'est pas un toutou comme les autres. Lui, il est magichien ! Quels sorts ces deux zozos réservent-ils à Lili la nounou ?

  • La Terre est désespérée ; le concours de la plus belle planète, organisé par le maître du Cosmos, a lieu dans quelques jours et elle n'est absolument pas présentable ! La Terre se gratte et plus elle se gratte, plus elle s'inquiète. Quand son amie la Lune jette un coup d'oeil sur sa tête, le verdict tombe comme un couperet : la Terre est couverte d'affreux zumains !
    La voici partie en quête de solutions, chez le vent, la pluie et enfin le soleil. Cyclones, ouragans, tornades, inondations, baisers brûlants, ce qu'ils proposent pour éliminer les zumains paraît un peu violent à la Terre.
    Mais voilà qu'un zumain se retrouve sur son doigt. Alors que la Terre s'apprête à lui faire passer un mauvais quart d'heure (il faut dire que le maître du Cosmos a menacé les perdantes de les faire disparaître dans un trou noir...), le zumain, concerné, propose de lui refaire une beauté aidé de tous ses copains.
    Et c'est une planète pimpante et pleine de vie qui va pouvoir se présenter au concours !

    Sur commande
  • Denis Fifty-Fifty a 6 ans et demi, et il fait tout à moitié.
    Le matin, il avale une demi-baguette, puis se brosse les dents du bas. Au foot, il joue milieu de terrain. À chaque match, il se donne à 50 %. Du coup, il marque un but sur deux. Mais ce qu'il préfère évidemment, c'est la mitemps.
    À l'école, Denis a toujours 5 sur 10. Son papa et sa belle-mère sont moyennement contents... De toute façon, c'est simple, ce qu'il veut, c'est passer la moitié de sa vie à jouer, et l'autre à s'amuser. Oui mais voilà, même quand on fait tout à moitié on peut réussir ses bêtises en entier...
    Des personnages attachants incarnés par le coup de crayon vif de Laurent Simon. Entre gags visuels et jeux de mots, un album qui traite du thème des familles recomposées avec humour et décalage.

    Sur commande
  • Le matin, en s'habillant, Denis Fifty-Fifty n'enfile qu'une manche sur deux, ne met qu'une seule chaussette, et qu'une seule chaussure. Il se lave les dents du bas le matin, et celles du haut le soir. À l'école, Denis a toujours 5/10 ou 10/20. C'est en faisant tout à moitié que, par un enchainement catastrophique, Denis se retrouve dans sa maison à moitié enflammée et à moitié innondée... Portée par les illustrations fourmillantes de détails d'Arnaud Boutin, cette histoire signée Olivier Costes est drôle et piquante à souhait. Denis Fifty-Fifty est un personnage terriblement humain, auquel enfants et adultes n'auront aucun mal à s'identifier.

empty