Atramenta


  • Où est le vrai trésor de l'humanité ?

    Est-il dans le luxe, les métaux précieux, la pierre, le patrimoine ? Est-il dans tout à la fois ?

    Là où la démesure de fortunes fièrement affichées, contraste avec une pauvreté absolue, dans l'exploitation du dénuement total, des famines et des guerres, où est la vraie richesse de l'humanité ?

    Le Grimoire du Poète Disparu l'évoque, jaillissant au coeur de l'homme en une tumescence, une éclosion, une floraison, telle la lumière et la vie.

    L'illusion d'un bonheur individualiste s'efface alors, pour révéler un monde de correspondances, faisant du savoir vivre ensemble une vraie richesse.

    La poésie idéaliste est peut-être à la nature ce que l'âme est au corps, trésor caché par la logique et l'architecture d'une société matérialiste, menaçant l'instinct naturel des êtres vivants à exprimer la vie, sa biodiversité, sa pluralité ethnique et culturelle.

    « Il y a dans l'oblitération obscurantiste des cultures sous-jacentes comme un volcan qui murmure ».


    - Eric Dracius.

  • À travers une plume légère et sensuelle, Myriam Serra vous invite à voyager à travers ses émotions. Ses poèmes portent en eux des messages presque secrets. Fiévreux, fluides et sonores, ils vous emmèneront dans les profondeurs du ciel, ou de la mer, une quête qui se veut universelle.
    Ce second recueil se partage en trois parties d'Humus et de fiel, d'Amour et d'eau trouble, de Lumière et d'éther. Car en parallèle de l'écriture, un cheminement intérieur s'opère chez elle, une recherche, qui passe par le corps, l'émotion, puis l'esprit.
    Les poèmes de Myriam se lisent mais s'écoutent surtout, tel un chant, une rivière...Des sons au rythme singulier, qui élèvent et transportent.

  • L'espoir de la meute

    Philippe Devos

    La meute, c'est vous, c'est moi.
    D'autres peut-être, qui oseront cheminer à nos côtés à travers ces pages.
    Quelques textes pour faire naître en nos coeurs un ailleurs, sublimer l'habitude, s'enivrer d'amertume, apprivoiser ses chimères...
    Des landes de vers pour une échappée belle hors du temps et des cités stériles où l'homme moderne dérive parmi les ombres anonymes.
    Des poèmes comme autant d'occasions de se retrouver.

  • Meandres

    Mary Glam

    Dans les méandres de nos vies, il est des endroits enchanteurs, havres de paix et de douceur, où l'esprit se prend à rêver.
    Dans les méandres de nos vies, il est des lieux tenus secrets, où les corps, les coeurs en souffrance se terrent, honteux, sous le silence.
    Dans les méandres de nos vies, il est des sentiers écartés, au goût de fruit défendu, pour corps-à-corps improvisés.
    Dans les méandres de nos vies, il est des rencontres fortuites source d'émotions inédites, dans nos coeurs, gravées à jamais.
    Dans les méandres de nos vies, il est des contrées étrangères, au-delà de toute frontière, où l'anglais nous fait voyager sur de douces sonorités.
    Dans les méandres de nos vies, il est de paisibles sentiers où il fait bon se ressourcer en quête de simplicité.

    MÉANDRES est un recueil de 63 textes poétiques, reflets du cours de la vie.
    Une invitation au voyage...
    Alors, sur le flot des mots laissons-nous emporter!

  • Des pages pour une page

    Nathalie Girard

    Le manque d'argent.
    L'enfance, l'adolescence.
    Tristes événements.
    Circonstances, maltraitance.
    Si aimer m'a fait pleurer.
    Aimer m'a aussi comblée.
    Pour qu'il ne manque rien.
    L'amour s'est invité.

  • Recueil de poèmes

    Lorsque d'émotions le coeur s'emplit,
    Sur soi-même difficilement l'on se replie
    L'on veut plus souvent s'exprimer
    Oui, l'on n'a que les mots pour se calmer
    Des émotions, en moi, s'embrasent :
    Un brasier que ma solitude attise
    Des torrents de sensations
    Pourtant très peu d'expressions
    Mon coeur, en volume, n'est qu'insignifiant :
    La densité de mes sentiments,
    Mes émotions et mes opinions,
    N'y permet plus leur compression
    De mon coeur, sortent ces vers
    Qui, vous peignent mon univers
    Ce coeur, meurtri, heureux
    Indigné ou amoureux
    Aujourd'hui tient sa plume
    Et chante ses psaumes et ses amertumes

  • Quelques poèmes accompagnés pour la moitié de mes propres illustrations : fantaisies nées à partir d'un mot, d'une image, d'un sentiment.
    Un vers s'impose, danse et en entraîne d'autres dans sa ronde.
    Posés et ordonnés, voici venu le moment de les partager.

  • Poesies du je

    Céline Chevalier

    Entrez dans la ronde, la danse du Je, immergez-vous dans mon monde et explorez... peut-être vous retrouverez-vous au détour d'une rime, dans ce recueil qui se fait hymne à la Poésie.
    Céline Chevalier signe ici son premier recueil de poèmes édité avec l'aimable collaboration d'Atramenta. Poésies du Je s'inscrit dans une volonté de l'auteur d'appropriation et de (ré)création de soi à travers l'art, les mots, les sens et les sons, au diapason de sa rythmique intérieure.

  • Voyage dans un cristal couleur de chair résonne parfois comme un mantra, en exhalant de subtiles fragrances exotiques.
    Il évoque des rencontres, des voyages, réels ou imaginaires.
    Ses mots, imprégnés de philosophie orientale et d'une sensualité mystique, jouent avec le son pour en étendre le sens et tendent vers la transparence en construisant un pont entre folie et extase.
    Questionnant la réalité autant que la vacuité, ils s'interrogent sur l'impermanence de l'être et les pouvoirs cachés du verbe.
    En fin de volume (ni traduction, ni adaptation mais re-création) vingt-deux quatrains librement inspirés d'Omar Khayam, rendent hommage au poète Persan en célébrant l'ivresse divine de la béatitude du vin.

  • Sur l ilot mots

    K Sabine

    Êtes-vous comme moi, un voyageur-conteur ?
    Que vous inspire un lieu ? un paysage ? Une oeuvre ? Une rencontre ? Un moment ?
    Si vous pensez avoir du mal à l'exprimer, alors mon recueil de poésies pourrait bien vous aider à mettre des mots sur quelques impressions et, qui sait ? Peut-être irez-vous à la rencontre des habitants d'une terre inconnue, ou vous prendra-t-il l'envie de créer un land-art éphémère en famille, car rien n'est plus précieux qu'une expérience, rien n'est plus durable en mémoire qu'un souvenir conté.
    À une époque où tant est superficiel, (re)découvrir l'empathie, la sensibilité, l'écoute, l'imaginaire constituent l'essence même de notre humanité.

  • J'ai pavé mes nuits
    Improbables
    De rêves lapis-lazuli
    Insondables,
    Brisé mes amarres
    Aux ports de mes illusoires
    Et de mes certitudes,
    Renoncé aux dérisoires
    Et à l'insignifiant factice
    De la saturne comédie
    Fardé d'interdits et de non-dits,
    Succombé à l'errance délice
    Des outremer désespérances.
    *
    À travers ce nouveau recueil, Bruno Malivert nous entraîne dans un vagabondage poétique nocturne aux portes des entre-deux de l'âme et du coeur.
    L'écho d'un saxo dans les couloirs du métro, l'appel de la môme Zanzi à la promise Avalon : Les Lunes Obsidiennes se sirotent comme vin de palme au clair de lune...

  • Dans ce petit recueil
    Qui saute à la gueule
    Comme une bombe
    À la place du coeur
    J'ai fait une trêve
    Dans mes mauvais rêves
    Et c'est à lire cul sec

    Entre deux toiles que Paul Accattone expose ici et là, ce passionné de Francis Bacon et de Vincent Van Gogh fixe sur des supports argentiques puis numériques ses émotions du moment : paysages, portraits, vie quotidienne... Maintenant orienté webmaster, il continue de photographier ses nouvelles rencontres et prépare une série de photographies intitulée Project womans faces and reflects.

  • Les sons de l'invisible

    Marygrange

    En ces temps de folie où l'humanité met en jeu son existence et celle de sa planète, où les extrêmes ressurgissent et d'autres se créent, où les polémiques jalonnent notre quotidien, où l'on emprisonne et manipule l'intimité et l'esprit des gens, et où l'empathie humaine disparaît chaque jour davantage, une femme d'un certain âge et handicapée moteur obtient la chance inouïe de tourner la page à ce chaos.
    Elle part, tout un été, écrire de la poésie sur une île où les hommes lui semblent s'harmoniser avec la beauté des lieux...

    L'auteur a publié, une première fois, un roman autobiographique, puis un premier recueil de poésie. Elle a eu également, en 2007, la surprise d'intéresser une chanteuse lyrique venue visiter son blog. Lydia Mayo, d'origine espagnole et vivant en Avignon, cherchait des poètes hispaniques contemporains dans l'intention de produire un CD de poèmes espagnols chantés. Il se trouvait que Marygrange écrivait et publiait sur son blog, parmi tous ses textes français, aussi des poèmes en espagnol. Cinq d'entre eux ont donc figuré dans ce CD intitulé A la espera de..., composé par le pianiste, compositeur et chef d'orchestre avignonnais Éric Breton et interprété par la merveilleuse voix de Lydia Mayo.

  • Toujours inspiré par la ville lyonnaise, j'ai cueilli encore plus de fruits à travers mes balades, qui se sont déguisés et se trouvent dans ce recueil sous le nom de la poésie.
    Mes poèmes sont très doux, je vous invite à les lire avec douceur.

  • Derive

    Demercastel Thierry

    Je ne sais toujours pas ce qu'est la poésie, on m'a dit que c'était peut-être le chant du coeur, cette pensée qui voyage à chaque mouvement des choses, comme une ombre fragile, passant tel un soupir. Parfois j'ai envie de dire, je vais dessiner un poème, car les mots, je crois, ont leur couleur. Ils s'incrustent sous l'arc-en-ciel des jours, et, de l'éphémère, ont le teint sombre. Souvent ils se dessinent en pluie tiède sous le pinceau d'un peintre imaginaire. Et la nuit, cette voyeuse d'insomnie, gonfle leur petite voile. Je les vois, oui je les vois s'unir, tous ces mots, au souffle mystérieux d'un silence, au royaume des songes. Ce quatrième recueil est un cheminement vers ce qui nous échappe, cette dérive du couchant vers le levant. Parfois couleur de cendre, ces mots appellent les musiques lointaines d'un vieux printemps, ils sont aussi cette marche sans cesse renouvelée, et sans écueil du temps, où la lumière vermeille s'attarde parfois sous la plume d'un poète. Alors je dirai, revêtant l'habit du poète, l'ivresse est mon ile, moi le marin sans barque qui voyage aux voilures de mes chimères. Ma vague est morte en un dernier ressac, je suis l'autre de moi-même sur d'autres mers.
    Thierry Demercastel

  • Le poème, au delà de son aspect esthétique et musical, a pour but de comprendre le monde, en saisir les infinies beautés, il permet de le jauger, le modifier, voire le refaire de but en blanc sur papier: en ce sens, les poètes sont les plus grands révolutionnaires que le monde ait portés.
    L'ennui, le dégoût, l'indifférence, la bêtise, voilà les véritables ennemis de l'humanité: non seulement ils nous font passer à côté de splendides découvertes qui peuvent nous grandir, mais ils sont source de peurs et d'incompréhension qui mènent tout droit à la haine.
    La haine, elle, nous pousse peu ou prou à la guerre. Et si une guerre mondiale éclate aujourd'hui, ce sera une guerre totale, destructrice de l'humanité. Ce sera alors la véritable fin de l'histoire pour l'homme. L'Univers, lui, ne sera - heureusement - pas affecté. Mais sauver ce monde n'en vaut-il pas la peine ?
    Il faut tout faire tout tenter pour que ce joyau qu'est la vie puisse continuer son voyage au sein de l'Univers. Car au sein de ce joyau se cache un trésor plus grand encore: l'intelligence, qui est le plus grand diamant que l'évolution ait porté.

  • Vagabondages

    Michel Lostalem

    Cet ensemble de poèmes en prose aborde différents thèmes : amour, passion, romantisme et non-sens.

  • Synchronie d un enfant

    Deligny Sylvain

    Un destin et une histoire différente pour chacun des enfants... et pourtant les mots viennent relier les destinés croisées.

  • Les gens que l'on rencontre

    Nicolas Vidal

    Au bout du bout du bout du monde ?
    Ou tout juste à côté.
    Une galerie de portraits glanés au hasard des rencontres dans le Jardin Planétaire.
    Sublimés par les sonorités ressenties de son auteur, habitant de la Terre.
    Une invitation au voyage, une invitation au partage.

    L'auteur ? Et si tous ces portraits mosaïques n'en dessinaient qu'un seul ?

  • Polyphobe I

    Iaroslav Ledrômois

    Conseillé aux amateurs de toute poésie qui respire sur cette petite Terre.
    Entre nature et société, pensées et remords, étrangetés et subtilités, le poète tente d'ouvrir sa tête à tout visiteur, du moins en partie... En quête de l'harmonie ou par cri de l'âme, le poète est infiniment déchiré par la question ultime - la vie - et il essaiera, au fil du recueil, d'ensevelir le lecteur vierge, encore intact et ingénu face aux déserts sans horizon de la poésie philosophique. Jean, débutant poète, est tel un petit roseau sous la tempête, pont entre Terre et Ciel, Matière et Esprit ; et cet agencement insolite, qui porte le nom de Polyphobie, du nom de la maladie, sera un envahissement poétique, lorsque vous ouvrirez ce livre...

  • Ce recueil de poèmes couvre une période assez vaste puisqu'ils vont des premiers écrits du temps de l'adolescence au jeune homme épris de musique que je fus. Les thèmes qui y circulent et qui font notre condition d'humain ne sont-ils pas "éternels"? L'amour, la mort, l'espoir, la paix, la justice, l'éveil spirituel, la nature...

  • Rosseries d'Eros

    Michel Lostalem

    Parlent d'Amour, ces vers
    de pierre-ponce ou de soie,
    tantôt roses, tantôt verts,
    mêlés de noir, parfois.

  • Le talon d'achille

    Quiniou Georges-A.

    Poèmes de la jeunesse... Traces de nos amours, nos faiblesses, nos tourments et nos joies. Vestiges de ce que nous fûmes pour devenir enfin ce que nous sommes. De misérables tentatives pour échapper peut-être à notre condition d'esclaves martyrisés du Temps comme l'écrit si douloureusement Baudelaire.

  • Les femmes de ma vie

    Nicolas Vidal

    Un dialogue entre la mère et son enfant
    Sous l'oeil témoin du troisième homme
    Un puissant récit épuisant
    Bribes dérobées de conversations polychromes

empty