Bartillat

  • Lorsqu'il édita ces Mémoires olympiques, Pierre de Coubertin avait 69 ans en 1931. Ce livre est particulièrement utile pour comprendre l'Esprit des Jeux Olympiques de l'ère moderne tels qu'ils ont été recréés sous l'impulsion de Pierre de Coubertin. Car Pierre de Coubertin dut batailler ferme avant de pouvoir imposer son oeuvre qui s'inscrit dans un contexte politique précis dont on retrouve la trace dans son récit : mentalités, us et coutumes, géographie politique, événements historiques forment le décor mouvant dans lequel grandira l'institution olympique au milieu des « entrelacs de difficultés diplomatiques, de petites intrigues personnelles, de susceptibilités à ménager, de vanités blessées, de pièges tendus sous la mousse. » Coubertin rappelle les problèmes que posaient déjà les questions de représentation nationale - celle des communautés englobées dans des empires - celui de la compétition entre villes désirant accueillir les Jeux, celui de l'amateurisme enfin.
    Coubertin raconte la mise en oeuvre du Congrès de 1894 au cours duquel il obtint la proclamation du rétablissement des Jeux qui se tinrent en 1896 à Athènes.
    À plusieurs reprises, il insiste sur le caractère intellectuel et philosophique de son initiative et son désir de placer d'emblée le rôle du CIO très au-dessus de celui des simples groupements sportifs.
    Ces Mémoires olympiques restituent la pureté des intentions de Coubertin en ses textes originaux dont le contenu demeure toujours actuel et qu'il est opportun de rappeler.

empty