Dire son nom

Traduit de l'ANGLAIS (ETATS-UNIS) par GUILLEMETTE DE SAINT-AUBIN

prix Femina (roman étranger) 2011

À propos

Parce que son épouse est décédée accidentellement en faisant du bodysurf sur la côte mexicaine deux mois avant son trentième anniversaire, le romancier Francisco Goldman, accusé par la famille de la défunte d'être responsable de sa mort, dresse la chronique de leur amour. A la singularité de leur vie commune, à l'évocation de la personnalité d'Aura se mêlent à la fois la culpabilité d'être et la réflexion sur la fonction du deuil. « Quelle différence, en fin de compte, qu'on revienne sur les lieux hantés ou qu'on les évite ? D'une façon ou d'une autre, c'est la même chose, exactement la même chose. » Violent, douloureux et magnifique, Dire son nom recèle des pages d'une incontestable valeur littéraire.


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Francisco Goldman

  • Traducteur

    GUILLEMETTE DE SAINT-AUBIN

  • Éditeur

    10/18

  • Distributeur

    INTERFORUM

  • Date de parution

    20/09/2012

  • Collection

    10/18

  • EAN

    9782264055491

  • Disponibilité

    Manque sans date

  • Nombre de pages

    480 Pages

  • Longueur

    17.7 cm

  • Largeur

    10.8 cm

  • Épaisseur

    3 cm

  • Poids

    304 g

  • Support principal

    Poche

Francisco Goldman

  • Naissance : 1-1-1954
  • Age : 70 ans
  • Pays : Etats-unis
  • Langue : Anglais (etats-unis)

Francisco Goldman est né en 1954 à Boston. Écrivain et journaliste, il enseigne au Trinity College dans le Connecticut. Il est l'auteur de quatre romans – Dire son nom (Prix Femina étranger 2011), L'époux divin (Éditions de l'Olivier, 2006), The Ordinary Seaman (1997) et The Long Night of White Chickens (1992) – et d'un ouvrage de non-fiction, The Art of Political Murder (2007). Il a reçu le Sue Kaufman Prize of American Academy of Arts and Letters pour son premier livre. Son second roman figurait parmi les finalistes des prestigieux International IMPAC-Dublin Literary Award et du Los Angeles Times Book Prize. Ses textes de fiction sont fréquemment publiés dans le New Yorker, Harper's, The New York Times Magazine, Esquire, The New York Review of Books, entre autres.
Sa femme, Aura Estrada, est morte tragiquement à l'âge de 30 ans en 2007. C'est en son honneur qu'il a créé et dirige le Aura Estrada Prize remis tous les deux ans à une femme de moins de 35 ans qui écrit en espagnol et vit aux États-Unis ou au Mexique. Francisco Goldman partage son temps entre Brooklyn, New York et Mexico.

empty