Traité de bon usage de vin
 / 

Traité de bon usage de vin

À propos

Le plaisir que suscite la lecture du Traité de bon usage de vin de François Rabelais est tout d'abord attisé par la curiosité que l'on accorde à la nature même du texte. Ce Traité n'est en effet pas la version originale de l'auteur, mais une version traduite du tchèque vers le français, alors même que la version tchèque émanerait d'une version allemande. La traductrice, fort judicieusement, a opté pour une traduction qui ne cherche pas à restituer le texte original dans la langue de Rabelais. Elle a plutôt choisi d'adopter une langue située à mi-chemin entre le français de l'époque et le français contemporain, souhaitant ainsi rendre la saveur du verbe rabelaisien tout en le laissant accessible au public.
Traité de bon usage de vin se présente donc comme un petit traité de savoir vivre, dans lequel Rabelais s'amuse à déplacer sur l'échelle des valeurs la place qui est accordée au vin. Pour ce faire, il use de tout son savoir-faire - jeu, farce, raillerie, mensonge, argotisme, détournements et sophismes - et d'un usage savant du langage et des traditions orales populaires. Il parvient ainsi à déclamer une véritable éthique de la vie qui prône l'adoption d'une consommation de vin, érigée en vertu. Et Rabelais va jusqu'à faire de l'usage du vin un attribut anthropologique majeur : « L'usage du vin, outre le verbe prolixe et la prière fervente, est de toutes les actions humaines ce qui le distingue des autres créatures terrestres. »
Ce Traité de bon usage de vin se révèle être une véritable ode épicurienne dans laquelle Rabelais libère ses aspirations émancipatrices et laisse entrevoir les moeurs qui ont cours parmi les habitants de Thélème.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782844853011

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    48 Pages

  • Longueur

    17 cm

  • Largeur

    10 cm

Infos supplémentaires : Broché  

François Rabelais

1494-1553 François Rabelais naît près de Chinon et reçoit une éducation imprégnée des méthodes scolastiques. Prêtre et moine franciscain au couvent du Puy-Saint-Martin, il fait partie d'un groupe d'érudits qui étudient le grec et le latin avant que la Sorbonne ne s'élève contre la lecture dans le texte des Ecritures. Rabelais passe alors à Maillezais, chez les Bénédictins. En 1530, il est bachelier en médecine et exerce ensuite à Lyon jusqu'en 1535. Il commence à écrire Pantagruel, puis Gargantua. Ses oeuvres, aussitôt parues, seront condamnées par la Sorbonne. Après la publication du Tiers Livre, il se réfugie à Metz, craignant les poursuites. Il obtient la cure de Medon et meurt en homme d'Eglise.ÿLa biographie de Rabelais contient des lacunes que les chercheurs essayent de combler...

empty